Jean-Yves Hayez Jean-Yves Hayez Jean-Yves Hayez Jean-Yves Hayez

L'adoption et son

contexte psychosocial

contemporain

* biographie et recueil de publications scientifiques du professeur Jean-Yves Hayez.
   cochez nouveautés pour voir les textes les plus récents
" La vraie trahison est de suivre le monde comme il va et d'employer l'esprit à le justifier." Jean Guéhenno.
Jean-Yves Hayez
a le plaisir de vous proposer




L'adoption et son contexte psychosocial contemporain



What about adoption in 2007 : a clinical synthesis current and future psychosocial realities of the adoption



Paru dans Neuropsychiatrie de l'enfance et de l'adolescence 54 (2006) 228-232

Article original Reçu le 15 mars 2006 ; accepté le 16 mai 2006

J.-Y. HAYEZ (*)

Psychiatre infanto-juvénile, docteur en psychologie, professeur émérite à la faculté de médecine de l'université catholique de Louvain, past chef de service de psychiatrie infanto-juvénile des cliniques universitaires Saint-Luc, 10 avenue Hippocrate, B-1200 Bruxelles.

1. L'évolution du contexte social


 un petit esquimau

Si je survole mes 35 ans de carrière, que d'eau a coulé sous les ponts de la Belgique !

  Certes, l'attitude générale de la société face à l'adoption a conservé bien des dimensions stables : la majorité des gens, tout comme les politiques sociales, continuent à penser que l'adoption, c'est donner une famille à un enfant en détresse. Plus rarement, en outre, c'est une manière de solutionner des drames familiaux - par exemple l'adoption intrafamiliale après décès accidentel des parents -, ou encore une manière de régler des questions financières de succession - via l'adoption simple de personnes plus âgées. L'opinion publique regarde cette pratique avec ce que j'appellerais « un rien de bienveillance passive ». Je n'ai pas souvenance qu'il y ait jamais eu de campagne pour promouvoir l'adoption. Et le RTBF n'a plus consacré d'émission à l'adoption par un couple hétéro depuis les années 1980.

Ce qui s'est mobilisé, en revanche, dans une partie encore minoritaire de l'opinion publique, c'est qu'on peut adopter pour donner un enfant à des adultes : un couple homosexuel, par exemple. Dans cette perspective, il est plutôt rare que l'on aille chercher un enfant en détresse. On s'arrange artificiellement et activement pour qu'il soit conçu et porté au bénéfice de ceux qui l'attendent. Aux Etats-Unis, il est tout à fait légal de commercialiser ces pratiques. Un couple de parents candidats fortuné achète très cher l'ovule d'une egggiver, puis le ventre d'une mère porteuse, avant de récolter le produit fini. Je ne sais pas s'il est jetable au cas où il ne conviendrait pas. Quoi qu'il en soit, nous devons nous préparer à l'augmentation du nombre de ces enfants « fabriqués sur mesure » ;

  ce qui s'est considérablement accru également, c'est la volonté de contrôle des Etats sur le processus, autour de la convention de La Haye et des législations nationales qui s'en sont suivies. C'est dans l'ensemble une bonne chose, encore que certains points de détails me laissent perplexes : je ne suis pas certain, par exemple, qu'on gagne à obliger des candidats à suivre des formations préparatoires. En revanche, on gagnerait à étoffer le nombre de professionnels spécialisés, bienveillants et disponibles qui seraient au service des parents, surtout si l'on s'oriente progressivement vers l'adoption d'enfants plus difficiles.

Malheureusement, le contrôle de l'État ne permettra jamais d'éradiquer les pratiques mafieuses ou les simples passe-droits - quand on connaît très bien une vieille religieuse d'un orphelinat de Calcutta, c'est toujours intéressant ! - Internet facilite évidemment pas mal les pratiques illégales ;

  ce qui a beaucoup augmenté aussi, c'est le coût de l'adoption internationale. Et donc, la proportion de parents candidats ayant déjà des enfants naturels a diminué, de même que l'accueil dans des familles nombreuses en général. De même, l'adoption internationale, au moins elle, reste largement l'apanage des classes aisées des populations, avec un risque un peu accru d'attentes culturelles excessives sur l'enfant ;

  le nombre global des enfants candidats à l'adoption a diminué à cause de la dénatalité dans le monde et d'une plus grande banalisation de l'avortement. Jouent aussi, jusqu'à un certain point, les politiques issues de la convention de La Haye, encourageant les adoptions nationales dans les pays émergents eux-mêmes. L'idée du maintien de la famille naturelle à quasi tout prix, et peut-être parfois une relative inertie des services compétents, fait garder en pouponnière, en home d'enfants, ou en famille d'accueil, des enfants « nationaux » qui n'ont pourtant et durablement plus ou presque plus de contacts avec leurs parents biologiques.

 le livre de la jungle 003

2. La sélection des parents candidats


Appelons un chat un chat : c'est bien d'une sélection qu'il s'agit, et elle est plus que jamais à l'ordre du jour. La majorité des parents candidats à l'adoption en détestent cordialement le principe, trouvant injustes d'être évalués là où la société ne le fait pas pour la filiation naturelle. Néanmoins, je pense que cette disposition sociale doit tenir, parce qu'aucun enfant n'est la propriété de ses parents et qu'ici la société, qui a hérité d'un enfant en manque de parents, a l'opportunité d'évaluer l'adéquation potentielle de cet enfant, souvent plus vulnérable, avec des parents candidats à qui elle pourrait le confier irrévocablement.

Néanmoins, il s'agit de faire cette sélection avec humilité et fraternité, et avec beaucoup d'ouverture d'esprit. Humilité et fraternité, car celui qui fait l'évaluation n'est en rien d'une qualité supérieure à ceux qu'il évalue. Il est porteur, lui aussi, de richesses et de manques ; mais il a reçu une délégation sociale - ni plus, ni moins - pour remplir correctement sa tâche.

Ouverture d'esprit ? Il n'a jamais été question de faire une sélection tatillonne, où seuls seraient retenus quelques valeurs et traits de personnalité plus ou moins conformes à l'air ambiant. Dans le champ psychoaffectif, il s'agit plutôt d'apprécier quelques dispositions fondamentales comme :

  l'intérêt profond porté au projet par les parents candidats et surtout par celui qui sera le « caregiver », la présence quotidienne la plus effective. Pas toujours facile de débusquer des pseudoadhésions conformistes, émises pour ne pas contrarier le partenaire ou essayer de garder ou de bloquer celui-ci au foyer ! Pas toujours facile, non, mais tellement important !  (1)

  le fait d'avoir dépassé suffisamment bien des limites ou des traumatismes de la vie, comme la stérilité, l'échec de la procréation assistée ou la mort d'un enfant précédent. Les avoir suffisamment cicatrisés pour que l'enfant que l'on souhaite ne soit pas principalement le bouche-trou d'une douleur ou d'une blessure narcissique trop lourde à porter. Pour qu'il ne soit pas vécu comme un enfant de seconde zone, en compensation médiocre d'un rêve de parentalité qui s'est effondré ;

  la capacité de pressentir et de respecter l'altérité de l'enfant qui va venir. Rêver pour lui d'un destin positif, certes, mais s'apprêter aussi à lui laisser suivre son chemin de sujet original. A tout le moins, ne pas dénier les possibles difficultés du parcours.

 adoption

A travers mille indices, mille manières de fonctionner dans le hic et nunc de l'interview, des équipes expérimentées - et elles se doivent de l'être ! - peuvent approcher la réponse vécue des candidats à ces quelques questions fondamentales.

Vous remarquerez que, dans ma façon de présenter les choses, je n'ai implicitement pas fait référence à l'adoption par des célibataires : à mon sens, même si la loi l'autorise, elle devrait rester exceptionnelle.

3. Quelques données psychologiques, du côté de l'enfant


  L'enfant adopté n'est pas la chose de ses parents adoptifs, mais un sujet humain autre qu'ils ont le projet d'accueillir à part entière dans leur coeur et dans leur famille. Du côté des parents, un processus intrapsychique d'adoption, la vraie, l'intime, qui est spirituelle et affective, doit donc se mettre en route et grandir autour de leurs premières confrontations physiques et de l'arrivée de l'enfant dans leur foyer. C'est ce qui se passe dans la majorité des cas  (2)  [3] , mais pas toujours. Ces rares vécus de rejet sont évidemment très difficiles à communiquer, entre autres à cause du regard social. Néanmoins, on éviterait parfois de terribles et durables drames ultérieurs si les parents profitaient de la période d'accueil, avant les signatures officielles qui installent une filiation irréversible, pour faire ce que l'on pourrait appeler ici une « révision déchirante » de leur projet  (3) Et cela, en veillant aux intérêts de l'enfant que, bien sûr, il ne s'agit pas de renvoyer sans autre forme de procès vers ses terres d'origine, souvent misérables.

La réciproque est vraie. L'enfant adopté lui aussi doit se voir reconnu le droit de s'attacher suffisamment bien à sa famille adoptive, ou d'en être incapable ou non désireux. Ce mouvement intime tiendra à la fois à son éventuelle problématique affective et aux choix de sa liberté intérieure. Pour les plus âgés de ces enfants, quand ils ne sont encore que candidats, des examens psychologiques et même une interpellation directe délicate pourraient amener des hypothèses probabilistes plausibles à ce propos. Et après l'arrivée au foyer des parents toujours candidats adoptifs, les quelques premiers mois de vie commune devraient aussi apporter leur part de réponse. Pour la suite, ou pourrait raisonner comme je viens de le faire à propos des parents (4) Cela dit, restons raisonnablement optimistes, dans la majorité des cas, l'attachement réciproque parents-enfants se fait, même entaché de problèmes de comportement dans le chef de celui-ci, et d'autres types de problème, comme des attentes illusoires ou la peur d'être trop autoritaires, dans le chef des parents. Mais même dans ce contexte où ça va suffisamment bien, il n'est pas inutile que les parents adoptifs, ou d'autres adultes, disent et redisent à l'enfant adopté qu'il n'a aucune dette objective à leur égard ; eux ont désiré l'accueillir parce que ça les amenait à se sentir plus heureux, plus en paix avec leur projet de vie à eux, eux les premiers ; et si ça se passe bien, c'est entre autres parce que lui, l'enfant ou l'adolescent, a également décidé librement de les adopter et de les aimer. [2]  (5)  ;

 adoption xx

  quels sont les principaux problèmes de vie susceptibles d'être vécus chez les enfants et les adolescents adoptés suite aux conditions sociales défavorables de leurs origines ? En voici cinq catégories :

  o l'enfant est inévitablement porteur de traumatismes précoces ; même lorsqu'il n'a pas été négligé ou maltraité, même lorsqu'il n'a pas vécu des scènes effrayantes, il a toujours vécu une - ou plus souvent plusieurs - vraie(s) perte(s) irréversible(s) de personnes importantes ; l'arrivée chez ses parents adoptifs, par exemple, constitue le plus souvent (6) une perte radicale des repères et des liens affectifs précédents. Ce qu'il vit à ce propos, les traces qu'il en conserve, constituent souvent la source de troubles variés du comportement, qui s'expriment plus ou moins vite, fort et durablement [5] . Les enfants y dégorgent les sources d'angoisse de leur passé ; ils y expriment leur insécurité, leur difficulté à avoir vraiment confiance dans les promesses d'amour des adultes, ou encore leur agressivité face à ces nouveaux adultes qui ont eu la puissance de les prendre là où ils étaient. Souvent, la compréhension émanant des parents adoptifs, leur patience et leur bon niveau de tolérance, couplée à de la fermeté autour de quelques limites essentielles, permettront que ces blessures cicatrisent en tout ou en partie. Il faudra néanmoins accepter que quelques enfants restent des écorchés hypersensibles ;

 le livre de la jungle 52

  o de petits ou grands déficits dans l'équipement intellectuel, sensoriel, psychomoteur ou affectif sont plus fréquents chez les enfants adoptés, surtout s'ils sont à besoins spéciaux, que chez les autres. C'est la conséquence des mauvaises conditions de vie précoces qu'ils ont endurées ; l'amour et les stimulations de leur nouvelle famille ne sont pas toujours en mesure de combler ces manques ; au contraire, en matière de stimulations, l'excès nuit régulièrement au bien. L'expression de ces déficits peut donc s'avérer de plus en plus gênante au fur et à mesure que l'enfant grandit [6] . Certains, par exemple, manquent de pétillance, de créativité, de capacité à avoir un projet autonome. Ils s'installent dans la dépendance et la passivité - il faut tout faire pour eux, entend-on les parents dire -, non par mauvaise volonté, mais parce que, dans leur cerveau, suite à une ambiance d'hypostimulation, des circuits associatifs n'ont pas pu se développer au bon moment.

Certaines familles ne tolèrent pas ces faibles rendements et harcèlent l'enfant bien au-delà de ses moyens ; celui-ci finit par s'opposer plus ou moins ouvertement à ce qu'il ressent comme une injustice ; ayant une image négative de lui, cela peut le conduire, surtout à partir de l'adolescence, à frimer via toutes sortes de conduites antisociales, jusqu'à la rupture du lien. Je le redis donc, dans un certain nombre de cas, il faut aider les parents adoptifs à faire le deuil de ce que l'enfant n'a pas et à le valoriser pour ce qu'il a (7)  ;

  o tôt ou tard l'enfant, qui écoute, observe ce qui se passe autour de lui et réfléchit, enregistre la différence essentielle entre lui et beaucoup de ses copains ; dans son psychisme, il met progressivement en place une histoire, son histoire telle qu'il se la représente, et qui répond à l'énigme du pourquoi, en fonction plus de sa subjectivité que de ce qu'on lui a raconté. Malheureusement, il se fait le plus souvent des idées noires quant à ce pourquoi : je ne valais rien et on m'a viré ; mes parents biologiques sont des salauds pour m'avoir viré, moi qui valais quelque chose ; mes parents adoptifs m'ont volé ... ma vraie famille me recherche et en plus ce sont des maharadjahs : voici, en résumé, trois thèmes parmi les plus fréquents, aux antipodes de l'image d'Épinal que ses parents adoptifs essaient de lui vendre ( ta maman du ventre, pauvre mais digne, t'a donné par amour à des braves gens qui passaient justement par là, nous, tes parents de coeur ) Ces romans noirs écrits par l'enfant sont à l'origine de comportements perturbés eux aussi, du moins quand il y pense plus intensément comme, par exemple, au début de l'adolescence. Ces comportements difficiles laissent transparaître sa mauvaise estime de soi et son négativisme, son insécurité et son besoin de procéder à des tests sur la fidélité dans l'amour. Il y a aussi ses doutes sur l'intention des autres, sa peur de la puissance de ses parents adoptifs, - qui peut vraiment lui garantir que ce qui lui est arrivé un jour ne se reproduira pas ? - son agressivité face aux adultes lâcheurs ou voleurs. Ici aussi, accueil continué, patience et tolérance non démissionnaires peuvent finir par faire douter l'enfant de la valeur de ses propres théories noires. S'y ajoute bien sûr le dialogue sur l'adoption - par petits bouts qui s'étalent dans la durée. Les parents devraient en expliquer la raison d'être, en termes authentiques, je l'ai déjà dit ( Pas de dette - nous désirions un enfant pour être plus heureux ) Ils devraient également construire un savoir commun sur l'histoire de l'enfant : qu'est-ce que celui-ci en sait ou en imagine ? Qu'est-ce qu'ils en savent eux, sans entrer nécessairement dans tous les détails d'un possible sordide ? Et s'il persiste des zones d'ignorance, qu'est-ce qu'on peut imaginer pour les remplir ? Mais redisons-le, ce sont surtout les actes d'investissement, patiemment répétés, qui finissent par apprivoiser beaucoup d'enfants et par leur montrer qu'ils ne sont ni inférieurs aux autres, ni dans de mauvaises mains ;

  o tous les vrais adolescents se reconstruisent une identité nouvelle, en prenant quelques distances par rapport à leurs parents. Ils l'affichent plus ou moins ostensiblement via des signes, des croyances ou des valeurs qui ne plaisent pas toujours à ceux-ci. Pourtant, à la fin de leur adolescence, on constate souvent que, s'il y a du neuf en eux, il existe aussi la perpétuation de quelque chose du style de vie et des valeurs de leur famille, le plus précieux parfois, qu'ils n'ont pas renié.

 légende de Mowgli

Pour nombre d'adolescents adoptés, la phase de prise de distance des parents adoptifs, de réaffirmation de leur liberté et de recréation d'un nouveau Soi, se fait en empruntant des références à leur premier monde de vie. S'ils n'en connaissent pas grand-chose, ils inventent, en fonction de ce que leur indique l'histoire de vie qu'ils se racontent. II ne s'agit pas toujours de choses mineures, comme le choix d'un vêtement. Des ruptures scolaires, des réorientations professionnelles, des choix sentimentaux inattendus peuvent s'expliquer à partir de là. Je dis bien « peuvent ». Pour en être plus sûrs, il faudrait que l'adolescent ait accès au plus intime de ses motivations, comme on le voit parfois dans des psychothérapies profondes. « Peuvent », parce qu'il ne faut pas non plus réduire l'adolescent à son vécu autour de son adoption. Un certain nombre de ses choix différents, c'est aussi pour faire de la libre expérimentation, ou pour faire comme les copains. Les adolescents qui n'en ont vraiment rien à cirer, de leur passé d'adopté, ça existe aussi ... tiens, peut-être un peu plus dans les familles adoptives ouvertes, où ça ferait tellement plaisir aux parents adoptifs que l'ado se reconnaisse une racine hindoue ou colombienne. Décidément, rien n'est jamais simple au monde des ados !

  o La cinquième catégorie de problèmes est heureusement rare, mais réellement préoccupante. Il s'agit de la non-greffe ou du rejet progressif du greffon. La responsabilité en revient principalement soit à l'enfant - souvent devenu adolescent - soit aux parents, soit aux deux. Alors, la vie quotidienne peut se transformer en enfer, avec d'énormes troubles du comportement. Pas question pourtant de renier un lien de filiation irréversible ! Les jeunes adoptés devraient pouvoir bénéficier de toutes les mesures sociales ou thérapeutiques de mise à distance accessibles à tous les jeunes et à leurs familles en situation analogue. Malheureusement, l'expérience montre que si l'on pense plus vite à ce genre de mesures pour l'enfant adopté, l'application de l'idée, elle, est moins fréquente [1]  [4]  (8)  ;

  et la nouvelle vague des enfants adoptés fabriqués sur mesure ?

On a trop peu de recul pour évaluer précisément les répercussions de leur statut très particulier sur leur développement psychique. Je me hasarde donc prudemment à faire les hypothèses que voici :

  o ce sont des enfants très attendus, qui seront très probablement choyés, et objets d'une éducation vigilante ;

  o en contrepartie, les risques spécifiques pourraient être les suivants :

  - si d'aventure on se dirigeait vers une sélection génétique active visant à installer chez l'enfant des caractéristiques positives précises, comme, par exemple, le degré de son intelligence, il me semble que les parents exerceraient de la sorte une volonté de puissance excessive contre les hasards de la vie. Par la suite, il est probable qu'ils auraient des attentes fortes, encore moins réalistes que celles de tous les autres parents. L'enfant aurait l'intuition ou la connaissance de tout cela, et plus probablement qu'un autre, il pourrait se révolter ou se déprimer s'il ne correspond pas aux attentes pesant sur lui, ou alors croire lui aussi qu'il est un surhomme sélectionné et exceptionnel ;

  - le sentiment d'une dette, avec tout ce qu'il a d'intolérable serait également bien fort si l'enfant découvrait un jour qu'il a été acheté comme une marchandise précieuse, avec ou sans sélection génétique en prime. Peu probable en Europe, me direz-vous, où l'on n'est pas prêt de commercialiser la circulation des produits et organes humains et encore moins celle des personnes ? Non, bien sûr, à un niveau légal. Mais nous avons déjà connu de douloureux problèmes avec des mères porteuses rémunérées. Les paillettes de sperme peuvent s'acheter sans difficulté sur Internet. Et il y a toutes les mafias internationales ;

  o ce qui nous amène à parler du risque suivant : l'arrivée de quelques enfants s'entoure de secrets sordides, honteux : par exemple, ils ont été arrachés à leur famille d'origine et vendus par quelque groupe mafieux, et les parents adoptifs en devinent passablement quelque chose. Ces enfants n'ont donc pas échappé à des traumatismes relationnels précoces. Et puis, pas facile d'aimer sereinement, en le regardant dans les yeux et en lui inculquant des valeurs, l'enfant que par exemple, on a volé ou obtenu à l'arraché au terme d'une sorte de jugement de Salomon avec la mère porteuse. Par ailleurs, un certain nombre de secrets s'éventent et l'enfant, mis au parfum, peut être tout à fait abattu par ce qu'il apprend sur ses origines, et perdre définitivement confiance dans des parents qui l'ont bel et bien trompé.

  o à côté des secrets les plus scandaleux, certaines fantaisies acrobatiques qui font la nique aux lois naturelles de la vie, ne sont pas tristes non plus et pas facile à gérer émotionnellement, ni pour l'enfant, ni par l'adulte. Quand deux homosexuels masculins mélangent leur sperme pour inséminer une copine lesbienne, et récupérer en retour l'enfant attendu par ses deux papas, bien sûrs d'avoir fait tout ce qu'il faut pour gommer les différences entre eux, est-ce si sécurisant ? Et si, au nom de motivations prosélytes, ils expliquent tous les détails de son origine à l'enfant, est-ce si sûr que c'est gérable par lui ?

  o Enfin, last but not least, la fabrication sur mesure peut faire arriver l'enfant dans des constellations familiales qui, à mon sens, n'ont pas la même valence positive que la bonne vieille structure « homme + femme qui s'aiment bien et témoignent dans le quotidien de leur complémentarité sexuée, et de l'égale importance de principe qu'ils reconnaissent à chaque sexe ». Aussi, je continue à émettre des réserves à propos de l'adoption en milieu homosexuel pur, où ne saurait pas exister ce témoignage sur la complémentarité au coeur de la relation, et où, en plus, on a introduit ce bouleversement anthropologique symbolique majeur de déclarer que l'on peut être enfant ou de deux papas ou de deux mamans (9) On ne rappellera donc jamais assez que l'adoption, c'est donner une famille à un enfant qui en a besoin et pas donner, ni a fortiori fabriquer, un enfant pour des adultes qui en ont envie. Il n'y a pas un droit à l'enfant, mais bien un devoir de solidarité sociale à l'égard d'enfants en grande souffrance.



Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 



- Notes -

(*) Adresse e-mail : jyhayez@uclouvain.be ( J.-Y. Hayez )

1. Ce critère est d'autant plus important à examiner que la législation belge a actuellement autorisé l'adoption en couple pour les cohabitants non mariés. Dans un premier temps, en exigeant pour tous les couples non mariés une cohabitation préalable et permanente de trois ans mais ensuite, au nom du principe d'égalité, en ouvrant même l'adoption aux couples ayant tait une déclaration de cohabitation légale, alors même que cette déclaration peut être aussitôt révoquée par l'un ou l'autre des partenaires du couple. Les cohabitants non mariés ... Ceux-ci peuvent donc se présenter après relativement peu de temps passé ensemble, peu d'habitude l'un de l'autre, peu de période de maturation de leurs désirs.

2. « ... Dans toute filiation, même celle dite « naturelle », une démarche d'adoption au sens privé. intrapsychique et relationnel du terme, doit avoir lieu ; elle doit émaner autant de ceux qui exercent la fonction parentale, en direction de l'enfant, que de celui-ci à leur égard. Elle constitue une condition nécessaire à leur épanouissement, mais qui est librement mise en place. » [3] .

3. Dans un certain nombre de cas, cette possibilité risque néanmoins d'être rendue impossible ou quasi par les procédures en usage. En effet, nombre de pays « donneurs » de l'enfant exigent que l'adoption officielle ait lieu sur leur territoire national, après un séjour des parents candidats relativement bref et peu propice à un apprivoisement mutuel fiable ; certes, cet acte passé à l'étranger doit le plus souvent être légalement confirmé par la suite au pays d'accueil ... mais cette confirmation pourra-t-elle parfois avoir valeur de réévaluation véritable, allant jusqu'à annuler un acte déjà passé ? Très peu vraisemblable !

4. Ce ne sont pas des associations de parents comme « Pétales Belgique, ou Pétales France » qui me démentiront. Elles ont été constituées autour du concept de « troubles de l'attachement » pour (faire) mieux connaître celui-ci et trouver de meilleures techniques de prise en charge.

5. Lorsqu'il y a une fratrie, adoptée ou biologique, cette liberté d'aimer existe également entre enfants ! La leur reconnaître, en leur demandant tout au plus de se respecter courtoisement, cela empêche parfois des exacerbations de jalousie, de sentiments de persécution, de haine ... et même, des liens positifs peuvent finir par se nouer, si les enfants sont reconnus comme libres de les mettre en place.

6. Le plus souvent ? Certains enfants « nationaux » sont adoptés tardivement par la famille d'accueil où ils vivaient, ou bien gardent des contacts avec celle-ci après leur adoption. II y a également les adoptions à l'intérieur de la famille d'origine, ou par un beau-père, etc., situations où les repères ne sont pas perdus.

7. « ... S'il est bon que l'enfant adopté, comme tout être investi, se sente enveloppé dans un amour qui n'est pas totalement gratuit ... encore faut-il que, pour lui comme pour tout un chacun, cette ambiance faite d'attentes positives ait sa propre limite ... Le renoncement, alors, sera dicté par la prise en compte soit de limites, soit du désir d'altérité existant chez l'enfant adopté ... » [2] .

8. En Belgique, dans la plus grande discrétion, sans ouvrir un débat de société à ce propos, la loi sur l'adoption a mis en place une erreur anthropologique potentiellement bien lourde : le procureur du roi peut, dans des cas très graves, procéder à la révision ( ?! ) de l'adoption, même plénière et, en principe, réorienter le jeune vers une autre famille adoptive ...Cette « broutille » de la loi met un terme au concept précieux de l'irrévocabilité de l'adoption plénière ... c'est la porte ouverte à toutes les insécurités et à tous les abus, même si, pour se donner bonne conscience, on dit que le procureur du roi doit établir la grande gravité de la situation. Exemple typique d'une société qui veut tout dominer et boucher tous les trous. Mon point de vue est radicalement différent : en cas de grande souffrance, il faut placer le jeune ou lui trouver une famille d'accueil, mais pas lui enlever le nom qu'on s'est engagé à lui donner pour toujours.

9. Ceci du moins dans les pays où la loi sur l'adoption par les couples homosexuels a été votée, comme la Belgique ou le Québec.




Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 



- Références. -


[1]. Cohen N.J., et al. Adopted and biological children in the clinic : family, parental and child characteristics. J Child Psychol Psychiat 1993;34(4): 545-62.

[2]. Hayez J.-Y. L'éducation quotidienne de l'enfant adopté. Neuropsychiatr Enfance Adolesc 1995;43(10-11):470-6.

[3]. Hayez J.-Y., Melckenbeeck C. L'adoption, une autre forme de naissance. Louvain 2005;134:25-7.

[4]. Nickman S. et al. Adoptive families and professionals : when the experts make things worse. J Am Acad Child and adolesc Psychiatry 1994.33 (3)

[5]. Verhulst F., et al. Problem behaviours in internationals adoptees - an epidemiological study. J Am Acad Child and adolesc Psychiatry 1990;(29-1):94-103.

[6]. Verhulst F., et al. Developmental course of problem behaviours in adolescent adoptees. J Am Acad Child and adolesc Psychiatry 1995;(34-2): 151-9.




Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 

RESUMES.

Résumé en français.

Cet article constitue un essai de synthèse où l'auteur, au terme de 35 ans de carrière, fait le point sur ce qui reste constant et évolue dans le champ de l'adoption. En évolution, la raréfaction des enfants adoptables qui n'ont pas de besoins spéciaux ; en croissance, la volonté de contrôle des États sur le processus et l'arrivée d'enfants à adopter « fabriqués sur mesure » à l'intention de familles non traditionnelles. Stable, les processus et les critères de sélection des parents candidats ; les vécus psychologiques de l'enfant adopté, qui doit intégrer les traumatismes de sa vie, se reconstruire une histoire acceptable, appuyer son identité sur son double enracinement et être accueilli sans attentes excessives.

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir.


Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 

Résumé en anglais : Abstract

This paper consists in an attempt of synthesis in which the author, after a 35-year-long career, updates what stays the same and what changes in the field of adoption. In the changes, there are the scarcity of adoptable children who do not have special needs ; in what is growing, there is the States will of control upon the process and the coming of adopted children which are " made-to-measure " for non-traditional families. What stays the same is the processes and selection criteria for candidates-parents ; the psychological experience of the adopted child, who have to integrate the trauma of their life, reconstruct themselves with an acceptable history, lean their identity against their double settling and be welcome without excessive hopes.

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir.


Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Mots clés

Adoption ; Sélection des parents adoptifs ; Enfants adoptés sur mesure

Keywords

Adoption ; Choice of adoptive parents ; Made-to-measure adopted children

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir.



Retour au menu princeps
Retour au début

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 

Création le 20 janvier 2007.
Dernière mise à jour le dimanche 28 mars 2010.

ds.ds


 


Fin du dossier























































































































































































... Inutile de continuer à dérouler car ce qui suit n'est constitué que d'informations techniques automatiques dont les textes sont déjà repris plus haut.

... Ce qui suit ne mérite pas d'être imprimé pour les mêmes raisons et n'a rien à voir avec le texte du professeur Jean-Yves Hayez.





































 
Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 

































































































































































































Bravo de m'avoir trouvé

Félicitations

Ce site a été composé par un bénévole sans aucune rémunération sinon l'estime et l'amitié du professeur Hayez.

C'est dans un mail que le professeur Hayez lui adressait qu'il l'a traité de fourmi laborieuse.

L'hébergement du site est situé sur lycos depuis le début en 2001 et nous les remercions ici d'avoir pratiqué cette action bénévolement également avec beaucoup de professionnalisme.

Malheureusement le site gratuit chez Multimania-Lycos a été supprimé par Lycos le 15 octobre 2006 pour une raison non expliquée. Nous le regrettons vivement et ceci altère fortement ce que nous disions au paragraphe précédent.



... L'empreinte digitale dans le coin gauche de l'en-tête appartient au pouce droit du professeur Jean-Yves Hayez ... a été retirée par souci de simplicité.







Vérification d'accessibilité

Le site est bien visible avec Internet Explorer 3.0 et plus et Netscape ( quelques instructions ignorées )

Vérification faite avec windows 3.0/95/98/XP

La présentation est prévue pour écran 640x480 mais est encore correcte avec les écrans plus grands 1600x1200 ou autres.


Mes plus vifs remerciements vont à mon webmaster, le docteur Guy De Saedeleer : sans sa créativité et son infatigable persévérance, ce site n'existerait pas.
Ce 22 septembre 2008,
Jean-Yves Hayez

Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 







































































































































































































































































































































































































... Inutile de continuer à dérouler car ce qui suit n'est constitué que d'informations techniques automatiques dont les textes sont déjà repris plus haut.

... Ce qui suit ne mérite pas d'être imprimé pour les mêmes raisons et n'a rien à voir avec le texte du professeur Jean-Yves Hayez.





































 
Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 




















































































































































































Ce site a été composé par un bénévole sans aucune rémunération sinon l'estime et l'amitié du professeur Hayez.

C'est dans un mail que le professeur Hayez lui adressait qu'il l'a traité de fourmi laborieuse.

L'hébergement du site est situé sur lycos depuis le début en 2001 et nous les remercions ici d'avoir pratiqué cette action bénévolement également avec beaucoup de professionnalisme.

Malheureusement le site gratuit chez Multimania-Lycos a été supprimé par Lycos le 15 octobre 2006 pour une raison non expliquée. Nous le regrettons vivement et ceci altère fortement ce que nous disions au paragraphe précédent.



... L'empreinte digitale dans le coin gauche de l'en-tête appartient au pouce droit du professeur Jean-Yves Hayez ... a été retirée par souci de simplicité.








Vérification d'accessibilité

Le site est bien visible avec Internet Explorer 3.0 et plus et Netscape ( quelques instructions ignorées )
Vérification faite avec windows 3.0/95/98/XP

La présentation est prévue pour écran 640x480 mais est encore correcte avec les écrans plus grands 1600x1200 ou autres.


Mes plus vifs remerciements vont à mon webmaster, le docteur Guy De Saedeleer : sans sa créativité et son infatigable persévérance, ce site n'existerait pas.
Ce 22 septembre 2008,
Jean-Yves Hayez

Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 
























































































































































































































 



Résumé - Abstract.     ici

Mots clés.     ici

Bibliographie.     ici

Notes.     ici

Télécharger.     ici

Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 




































RESUMES.

Résumé en français : Résumé.     ici

Résumé en anglais : Summary.     ici



Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 



































- Notes automatiques. -

.
.
Note *.


(*) Adresse e-mail : jyhayez@uclouvain.be ( J.-Y. Hayez )


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir.


Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 1.


(1) Ce critère est d'autant plus important à examiner que la législation belge a actuellement autorisé l'adoption en couple pour les cohabitants non mariés. Dans un premier temps, en exigeant pour tous les couples non mariés une cohabitation préalable et permanente de trois ans mais ensuite, au nom du principe d'égalité, en ouvrant même l'adoption aux couples ayant tait une déclaration de cohabitation légale, alors même que cette déclaration peut être aussitôt révoquée par l'un ou l'autre des partenaires du couple. Les cohabitants non mariés ... Ceux-ci peuvent donc se présenter après relativement peu de temps passé ensemble, peu d'habitude l'un de l'autre, peu de période de maturation de leurs désirs.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


Retour au menu princeps
Retour au début

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 2.


(2) « ... Dans toute filiation, même celle dite « naturelle », une démarche d'adoption au sens privé. intrapsychique et relationnel du terme, doit avoir lieu ; elle doit émaner autant de ceux qui exercent la fonction parentale, en direction de l'enfant, que de celui-ci à leur égard. Elle constitue une condition nécessaire à leur épanouissement, mais qui est librement mise en place. » [3]


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

Retour au menu princeps
Retour au début

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 3.


(3) Dans un certain nombre de cas, cette possibilité risque néanmoins d'être rendue impossible ou quasi par les procédures en usage. En effet, nombre de pays « donneurs » de l'enfant exigent que l'adoption officielle ait lieu sur leur territoire national, après un séjour des parents candidats relativement bref et peu propice à un apprivoisement mutuel fiable ; certes, cet acte passé à l'étranger doit le plus souvent être légalement confirmé par la suite au pays d'accueil ... mais cette confirmation pourra-t-elle parfois avoir valeur de réévaluation véritable, allant jusqu'à annuler un acte déjà passé ? Très peu vraisemblable !

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

Retour au menu princeps
Retour au début
 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 4.


(4) Ce ne sont pas des associations de parents comme « Pétales Belgique, ou Pétales France » qui me démentiront. Elles ont été constituées autour du concept de « troubles de l'attachement » pour (faire) mieux connaître celui-ci et trouver de meilleures techniques de prise en charge.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

Retour au menu princeps
Retour au début
 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 5.


(5) Lorsqu'il y a une fratrie, adoptée ou biologique, cette liberté d'aimer existe également entre enfants ! La leur reconnaître, en leur demandant tout au plus de se respecter courtoisement, cela empêche parfois des exacerbations de jalousie, de sentiments de persécution, de haine ... et même, des liens positifs peuvent finir par se nouer, si les enfants sont reconnus comme libres de les mettre en place.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

Retour au menu princeps
Retour au début
 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 6.


(6) Le plus souvent ? Certains enfants « nationaux » sont adoptés tardivement par la famille d'accueil où ils vivaient, ou bien gardent des contacts avec celle-ci après leur adoption. II y a également les adoptions à l'intérieur de la famille d'origine, ou par un beau-père, etc., situations où les repères ne sont pas perdus.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

Retour au menu princeps
Retour au début
 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 7.


(7) « ... S'il est bon que l'enfant adopté, comme tout être investi, se sente enveloppé dans un amour qui n'est pas totalement gratuit ... encore faut-il que, pour lui comme pour tout un chacun, cette ambiance faite d'attentes positives ait sa propre limite ... Le renoncement, alors, sera dicté par la prise en compte soit de limites, soit du désir d'altérité existant chez l'enfant adopté ... » [2]

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

Retour au menu princeps
Retour au début
 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 8.


(8) En Belgique, dans la plus grande discrétion, sans ouvrir un débat de société à ce propos, la loi sur l'adoption a mis en place une erreur anthropologique potentiellement bien lourde : le procureur du roi peut, dans des cas très graves, procéder à la révision ( ?! ) de l'adoption, même plénière et, en principe, réorienter le jeune vers une autre famille adoptive ...Cette « broutille » de la loi met un terme au concept précieux de l'irrévocabilité de l'adoption plénière ... c'est la porte ouverte à toutes les insécurités et à tous les abus, même si, pour se donner bonne conscience, on dit que le procureur du roi doit établir la grande gravité de la situation. Exemple typique d'une société qui veut tout dominer et boucher tous les trous. Mon point de vue est radicalement différent : en cas de grande souffrance, il faut placer le jeune ou lui trouver une famille d'accueil, mais pas lui enlever le nom qu'on s'est engagé à lui donner pour toujours.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

Retour au menu princeps
Retour au début
 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 9.


(9) Ceci du moins dans les pays où la loi sur l'adoption par les couples homosexuels a été votée, comme la Belgique ou le Québec.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

Retour au menu princeps
Retour au début
 


Fin du dossier























































































































































































- Bibliographie automatique. -


.
.
Bibliographie numéro 1.


[1]. Cohen N.J., et al. Adopted and biological children in the clinic : family, parental and child characteristics. J Child Psychol Psychiat 1993;34(4): 545-62.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

Retour au menu princeps
Retour au début

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Bibliographie numéro 2.


[2]. Hayez J.-Y. L'éducation quotidienne de l'enfant adopté. Neuropsychiatr Enfance Adolesc 1995;43(10-11):470-6.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir




je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

Retour au menu princeps
Retour au début

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Bibliographie numéro 3.


[3]. Hayez J.-Y., Melckenbeeck C. L'adoption, une autre forme de naissance. Louvain 2005;134:25-7.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

Retour au menu princeps
Retour au début

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Bibliographie numéro 4.


[4]. Nickman S. et al. Adoptive families and professionals : when the experts make things worse. J Am Acad Child and adolesc Psychiatry 1994.33 (3)


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

Retour au menu princeps
Retour au début

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Bibliographie numéro 5.


[5]. Verhulst F., et al. Problem behaviours in internationals adoptees - an epidemiological study. J Am Acad Child and adolesc Psychiatry 1990;(29-1):94-103.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

Retour au menu princeps
Retour au début

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Bibliographie numéro 6.


[6]. Verhulst F., et al. Developmental course of problem behaviours in adolescent adoptees. J Am Acad Child and adolesc Psychiatry 1995;(34-2): 151-9.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

Retour au menu princeps
Retour au début

 


Fin du dossier























































































































































































Pour télécharger ce site ...

L'adoption et son contexte psychosocial contemporain


... en format traitement de texte, vous avez les choix suivants :

Format word 9 (2000)

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

Retour au menu princeps
Retour au début

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be




Fin du dossier






















































































































































































liste des mots-clés du site au 28 septembre 2005.

abus sexuel, accompagnement éducatif, adolescents abuseurs, adolescents, allégation d'abus sexuel, angoisse de séparation, angoisse, anxiété, assuétude, autorité parentale, beaux-parents, besoins psychiques des enfants, bizarrerie sexuelle infantile, cadre thérapeutique, confidences, confidentialité, conformisme, culpabilité, debriefing collectif, délinquance, dépendance, dépression, destructivité, deuil compliqué, deuil pathologique, éducation sexuelle, enfant abuseur, enfants, énuresie, éthique, équipes SOS-Enfants, famille, famille reconstituée, Familles restructurées, guerre, identité, infanto-juvénile, intervention de crise, Jean-Yves Hayez, jeux sexuels, livres, mendiants, mort, mort d'un proche, mots-clés, pédopsychiatrie, perversion sexuelle infantile, perversion sexuelle, peur, pornographie, protection, psychiatrie de liaison, psychothérapie, publications, relation de soin, réparations, réseau de santé, sanctions, secrets de famille, séparation parentale, sexualité infantile, sexualité normale, signalement, soins pluridisciplinaires, stress, SOS-enfants, suggestibilité, syndrome de stress post-traumatique, traumatisme psychique, trouble de l'endormissement, trouble du comportement, trouble psychique, urgences, violence, vulnerabilité.