Jean-Yves Hayez Jean-Yves Hayez Jean-Yves Hayez Jean-Yves Hayez
ic04

L'enfermement

des enfants

sans-papiers.

* biographie et recueil de publications scientifiques du professeur Jean-Yves Hayez.
   cochez nouveautés pour voir les textes les plus récents
" La vraie trahison est de suivre le monde comme il va et d'employer l'esprit à le justifier." Jean Guéhenno.
Jean-Yves Hayez
a le plaisir de vous proposer



L'enfermement des enfants sans-papiers



J.-Y. HAYEZ  (1).

Une introduction politique au texte de fond. Elle a été diffusée à de très nombreux exemplaires via mailing-lists :

Cher(e) ami (e),

RTL-TVI vient de me faire parvenir le DVD de l'émission Reporters du 08/03/08, consacrée aux enfants enfermés dans les centres pour étrangers. C'est un document remarquablement bien fait sur le plan esthétique, mais que vous recevez comme un coup de poing dans la figure : Impossible de le regarder sans les larmes aux yeux, ni sans éprouver une grande honte. Il y a deux semaines, la RTBF en avait fait autant, en ciblant un public différent - les jeunes - via un News consacré à ce thème ; son émission était tout aussi sensible et remarquable.

Dans un des émissions, on entendait le témoignage de deux jeunes Ouzbeks de 10 et 12 ans, s'exprimant en un néerlandais parfait, raconter comment ils avaient été raflés à la sortie de leur bus scolaire. Leurs parents avaient déjà été emmenés et la police avait vidé leur maison. Tout cela après cinq ans de bonne insertion sociale chez nous. Et le reporter n'a pas pu s'empêcher de commenter, encore pudiquement, « On se croirait revenus à une autre époque ». Oui, j'y ai pensé plus d'une fois, moi aussi, en écoutant le témoignage de ces malheureux, à ces temps de barbarie où la conscience collective était brouillée par la nuit et le brouillard.

Plusieurs hommes et femmes politiques sont réceptionnaires de ces documents. J'espère que eux, comme vous, bougeront enfin significativement.
Dans un gouvernement de coalition, il est normal de faire des compromis et de trouver des situations d'équilibre sur de nombreux points : de BHV aux intérêts notionnels en passant par les nuisances sonores de l'aéroport.

Mais ce n'est pas admissible là où on viole les droits de l'enfant et les droits de l'homme, au détriment des plus pauvres de surcroît.

J'espère que l'on communiquera ce texte aux dirigeants des partis politiques qui se disent démocratiques, tous partis confondus et également responsables. Aussi longtemps qu'ils resteront passifs, aussi longtemps qu'ils n'auront pas fait cesser radicalement ce scandale, qu'ils sachent qu'ils ont droit à mon très profond mépris - une attitude très rare chez moi ! - et à ma très grande colère. J'espère que vous vous unirez à moi pour le leur faire savoir.

C'est parfaitement en leur pouvoir de faire changer les choses : pour exiger ce changement, il suffit qu'ils arrêtent sur le champ de négocier pour la mise en place d'un gouvernement qui, sinon, n'oserait pas regarder le pays dans les yeux.

Et voici le texte à proprement parler sur l 'enfermement :

Introduction

Mon identité de psychiatre d'enfants et d'adolescents m'amène à m'occuper centralement de mineurs d'âge. C'est d'eux dont je vais parler, lorsqu'ils sont sans-papiers. N'en déduisez néanmoins pas que je considère leur sort plus digne d'intérêt que celui des adultes sans-papiers : il ne saurait y avoir de prise de position éthique ni de justice sociale à deux vitesses, en fonction de l'âge des personnes concernées. Dans ce texte, je recours à la qualification « sans-papiers » parce qu'elle est très parlante, même si elle n'est pas strictement exacte sur le plan administratif à chaque étape du processus. Il désigne les mineurs d'âge ou/et leurs familles, fuyant la pauvreté ou/et la persécution dans leur propre pays et émigrant chez nous avec, au mieux l'espoir d'y être officiellement accueillis, et au pire celui de gagner du temps et d'y survivre vaille que vaille dans l'illégalité pour une période indéterminable. On sait ce qu'il en advient : un petit nombre finit par être régularisé, le plus souvent au terme d'un parcours du combattant très éprouvant. Beaucoup se trouvent en période d'attente longue et incertaine de cette hypothétique régularisation, dans des centres ouverts ou ailleurs ; d'autres nombreux aussi vivent dans l'illégalité au vu et su de la communauté, espérant que l'épée de Damoclès de l'obligation de quitter le territoire ne leur tombera pas trop vite dessus ; d'autres - encore nombreux - vivent cachés dans la clandestinité : quelques- uns sont parqués dans les centres fermés, capturés dès leur tentative d'entrée en Belgique ou au terme de leur clandestinité, sur base de critères qui, vus de loin, ont l'air bien aléatoires : ne s'agit-il pas, fondamentalement, d'une opération de marketing pour rassurer l'opinion publique sur la vigilance et la fermeté du gouvernement ; beaucoup enfin finissent par être expulsés, dans un contexte de pseudo soumission ou de violence, individuellement ou collectivement.

Pour évoquer ces enfants sans-papiers, je me limiterai à parler de leur enfermement, avec ou sans leur famille (lorsqu'ils arrivent chez nous non-accompagnés).

Cette éventualité, la plus lourde et la plus inacceptable, concerne régulièrement des enfants : ils sont parfois très jeunes, aux côtés d'une maman seule ; parfois c'est une famille complète : la durée de leur séjour est variable, mais a déjà atteint plusieurs mois.

Jusqu'en août 1999, ces enfants étaient abandonnés à leur sort sans sollicitation particulière, avec un bout de terrain vague entouré de barbelés pour taper la balle, et en prime, un avion qui décolle toutes les soixante secondes à leurs oreilles. Après, sous la pression des organismes de lutte pour les droits de l'homme et de l'opinion publique, leur sort matériel s'est amélioré : quelques jouets, de l'instruction ...

Que l'on n'en retrouve néanmoins pas trop vite la douce certitude du devoir positif accompli ! En effet, ces mesures sociales d'amélioration de leur vie quotidienne comportent le grand risque d'assoupir les consciences, comme si le nécessaire avait été fait ! Comme si, maintenant, on avait le droit de se soumettre à ce qui est le scandale de l'enfermement d'innocents enfants et adultes, sans décision ni contrôle judiciaire, avec pour seul délit la couleur de peau ! A quoi sert d'avoir mis sur pied tant de nobles structures, de délégués généraux aux droits de l'enfant, jusqu'aux juges de la Jeunesse, à quoi sert d'avoir délégué au pouvoir des partis qui se disent progressistes s'ils disent ne savoir rien faire pour empêcher cette atteinte aux droits de l'homme ?

Les germes de violence

Dans ces centres fermés, inévitablement le stress, la révolte d'adultes désespérés et qui n'ont plus rien à perdre, les germes de violence sont bien plus élevés que partout ailleurs tout comme l'est aussi le manque de territoire personnel de vie et d'intimité. Et donc le vécu d'insécurité des enfants est bien plus élevé, lui aussi ; n'y sont-ils pas régulièrement exposés, par exemple, à des expériences effrayantes comme : mutineries, bagarres physiques, violences sexuelles, désespoirs plus ou moins affiché de leurs parents ... Expériences effrayantes génératrices de syndrome de stress post-traumatique qui peuvent être intenses et de longue durée.

Mais surtout, l'expérience de l'injustice et de la toute-puissance arbitraire de l'Etat atteint ici son paroxysme. L'enfant doit assimiler l'incompréhensible, c'est-à-dire le fait qu'il est mis en prison, lui et ses parents, sans avoir rien fait de mal : à cela s'ajoute que les critères et les procédures de sortie sont aussi illogiques que ceux d'entrée. Pas de chance à l'entrée et pour la sortie, c'est aussi bien la roulette russe !

Comment n'en résulterait-il pas un sentiment d'infériorité et un désespoir radicaux ? Avoir cinq ans et vivre en prison, sans indication de durée, sans que papa et maman puissent expliquer ou faire quelque chose ... passer indéfiniment du chaud au froid, sans mot possible pour donner un sens ...

Comment n'en résulterait-il pas d'importants troubles de l'image et de l'estime de soi ... et un doute sur la valeur des parents et de la famille ? : « Qui suis-je ? Qu'ai-je fait de mal pour mériter cela ? Où sont mes fautes et celles de mes parents ? ».

Comment n'en résulterait-il pas une appréciation erronée et pessimiste sur ce qui est permis et défendu et, plus radicalement, sur ce qui est Bien et Mal ... jusqu'à se sentir coupable de porter son nom, d'avoir son histoire et la couleur de sa peau !
Conséquences à long terme : quelques-uns, résilients, parviendront à cicatriser ce moment particulier d'expériences pénibles et à se remettre debout.

Beaucoup en garderont un sentiment d'infériorité et une image négative de l'autorité sociale, injuste et dont il faut toujours se méfier.

Quelques-uns, peut-être les plus forts psychologiquement, verront grandir en eux la haine et le désir de vengeance ... tout deviendra alors possible, de la petite délinquance contre les nantis, jusqu'aux kamikazes terroristes qui protestent de manière radicale contre l'exclusion,... mais bah, de toutes façons, nous ne mettrons pas en question et nous légitimerons encore notre rejet de l'étranger pauvre... à partir de leurs actes de révolte.

Mes propositions, en contrepartie des pratiques actuelles

Il faut être réaliste : il restera inéluctable qu'une partie des personnes qui entrent sans papiers dans notre pays, en ce inclus des familles, n'y soient pas acceptées. Alors, comment réagir quand même de manière plus positive ?

Comme tous les professionnels concernés, je demande que les services administratifs ou judiciaires qui opèrent le fassent avec diligence, dans une ambiance d'accueil des personnes, et avec des critères qui soient clairs et généralisables. On reste très loin du compte.

Même lorsqu'en travaillant ainsi, telle famille serait dans des conditions d'expulsion, il faut admettre des exceptions, en fonction de la simple « humanité ».

A mon sens, il est inconcevable qu'une famille pas en règle de papiers, mais intégrée positivement depuis plus de trois ans dans le tissu social d'un village ou d'un quartier soit encore expulsée : à non sens, elle a « mérité » de rester en Belgique. Il est scandaleux et écoeurant d'apprendre qu'un jeune biélorusse de dix-sept ans, prêt à être adopté par la famille qui l'accueillait chaque année dans le cadre de séjours « Tchernobyl » ait été expulsé définitivement. Depuis lors, on a perdu toute trace de lui en Biélorussie : sans le moindre lien familial, il doit végéter dans un orphelinat d'État. Et la famille d'accueil a des ennuis judiciaires, pour avoir aidé une résidence illégale en Belgique : à hurler de bêtise ou d'inhumanité.

Il faut laisser libres, là où elles sont, sans enfermement, les familles destinées à être expulsées, avec une surveillance policière ou communale renforcée : à pratiquer de la sorte dans d'autres pays, on a constaté que seuls quelques pourcents disparaissent dans la clandestinité : les enfants, ici, constituent un formidable facteur « limitant » qui rend très difficile de s'évanouir dans la nature. Et ces quelques pourcents de perte à durée indéterminable, est-ce vraiment un drame d'Etat ?

L'idée consternante des familles d'accueil

Enfin, une idée consternante commence à monter à l'esprit de quelques hommes politiques : celle de confier les enfants à des familles d'accueil pendant qu'on enferme leurs parents. Ici, le remède est pire que le mal : c'est encore un peu moins pire de laisser les enfants enfermés avec leurs parents. C'est de leurs parents que ces enfants ont besoin : la convention des droits de l'enfant proclame haut et fort le droit de principe à la famille naturelle. Cette idée de famille d'accueil séparerait les enfants de leurs parents, alors qu'une épée de Damoclès pend sous la tête de ces parents (qui, par ailleurs n'ont rien fait de mal). Vous imaginez d'ici l'angoisse cataclysmique que connaîtront ces enfants, persuadés que leurs parents sont en danger loin d'eux et qu'ils ne les reverront peut-être jamais.

Jean-Yves Hayez
Psychiatre infanto-juvénile
Docteur en psychologie,
Professeur émérite à la Faculté de médecine de l'Université catholique de Louvain
Site web : www.jeanyveshayez.net

Retour au menu princeps.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 

Création le 13 février 2008.
Dernière mise à jour le dimanche 04 avril 2010.
ds.ds


 


Fin du dossier























































































































































































... Inutile de continuer à dérouler car ce qui suit n'est constitué que d'informations techniques automatiques dont les textes sont déjà repris plus haut.

... Ce qui suit ne mérite pas d'être imprimé pour les mêmes raisons et n'a rien à voir avec le texte du professeur Jean-Yves Hayez.





































 
Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 

































































































































































































Bravo de m'avoir trouvé

Félicitations

Ce site a été composé par un bénévole sans aucune rémunération sinon l'estime et l'amitié du professeur Hayez.

C'est dans un mail que le professeur Hayez lui adressait qu'il l'a traité de fourmi laborieuse.

L'hébergement du site est situé sur lycos depuis le début en 2001 et nous les remercions ici d'avoir pratiqué cette action bénévolement également avec beaucoup de professionnalisme.

Malheureusement le site gratuit chez Multimania-Lycos a été supprimé par Lycos le 15 octobre 2006 pour une raison non expliquée. Nous le regrettons vivement et ceci altère fortement ce que nous disions au paragraphe précédent.



... L'empreinte digitale dans le coin gauche de l'en-tête appartient au pouce droit du professeur Jean-Yves Hayez ... a été retirée par souci de simplicité.







Vérification d'accessibilité

Le site est bien visible avec Internet Explorer 3.0 et plus et Netscape ( quelques instructions ignorées )

Vérification faite avec windows 3.0/95/98/XP

La présentation est prévue pour écran 640x480 mais est encore correcte avec les écrans plus grands 1600x1200 ou autres.


Mes plus vifs remerciements vont à mon webmaster, le docteur Guy De Saedeleer : sans sa créativité et son infatigable persévérance, ce site n'existerait pas.
Ce 22 septembre 2008,
Jean-Yves Hayez

Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 







































































































































































































































































































































































































... Inutile de continuer à dérouler car ce qui suit n'est constitué que d'informations techniques automatiques dont les textes sont déjà repris plus haut.

... Ce qui suit ne mérite pas d'être imprimé pour les mêmes raisons et n'a rien à voir avec le texte du professeur Jean-Yves Hayez.





































 
Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 




















































































































































































Ce site a été composé par un bénévole sans aucune rémunération sinon l'estime et l'amitié du professeur Hayez.

C'est dans un mail que le professeur Hayez lui adressait qu'il l'a traité de fourmi laborieuse.

L'hébergement du site est situé sur lycos depuis le début en 2001 et nous les remercions ici d'avoir pratiqué cette action bénévolement également avec beaucoup de professionnalisme.

Malheureusement le site gratuit chez Multimania-Lycos a été supprimé par Lycos le 15 octobre 2006 pour une raison non expliquée. Nous le regrettons vivement et ceci altère fortement ce que nous disions au paragraphe précédent.



... L'empreinte digitale dans le coin gauche de l'en-tête appartient au pouce droit du professeur Jean-Yves Hayez ... a été retirée par souci de simplicité.








Vérification d'accessibilité

Le site est bien visible avec Internet Explorer 3.0 et plus et Netscape ( quelques instructions ignorées )
Vérification faite avec windows 3.0/95/98/XP

La présentation est prévue pour écran 640x480 mais est encore correcte avec les écrans plus grands 1600x1200 ou autres.


Mes plus vifs remerciements vont à mon webmaster, le docteur Guy De Saedeleer : sans sa créativité et son infatigable persévérance, ce site n'existerait pas.
Ce 22 septembre 2008,
Jean-Yves Hayez

Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 
























































































































































































































 



Notes.     ici

Télécharger.     ici


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































- Notes automatiques. -

.
.
Note 1.


(1). Psychiatre infanto-juvénile, docteur en psychologie, professeur émérite à la Faculté de Médecine de l'Université Catholique de Louvain. Courriel : jyhayez@uclouvain.be. Site Web : http://www.jeanyveshayez.net/


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier























































































































































































Pour télécharger ce site ...

L'enfermement des enfants sans-papiers


... en format traitement de texte, vous avez les choix suivants :

Format word 9 (2000)

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be




Fin du dossier






















































































































































































liste des mots-clés du site au 28 septembre 2005.

abus sexuel, accompagnement éducatif, adolescents abuseurs, adolescents, allégation d'abus sexuel, angoisse de séparation, angoisse, anxiété, assuétude, autorité parentale, beaux-parents, besoins psychiques des enfants, bizarrerie sexuelle infantile, cadre thérapeutique, confidences, confidentialité, conformisme, culpabilité, debriefing collectif, délinquance, dépendance, dépression, destructivité, deuil compliqué, deuil pathologique, éducation sexuelle, enfant abuseur, enfants, énuresie, éthique, équipes SOS-Enfants, famille, famille reconstituée, Familles restructurées, guerre, identité, infanto-juvénile, intervention de crise, Jean-Yves Hayez, jeux sexuels, livres, mendiants, mort, mort d'un proche, mots-clés, pédopsychiatrie, perversion sexuelle infantile, perversion sexuelle, peur, pornographie, protection, psychiatrie de liaison, psychothérapie, publications, relation de soin, réparations, réseau de santé, sanctions, secrets de famille, séparation parentale, sexualité infantile, sexualité normale, signalement, soins pluridisciplinaires, stress, SOS-enfants, suggestibilité, syndrome de stress post-traumatique, traumatisme psychique, trouble de l'endormissement, trouble du comportement, trouble psychique, urgences, violence, vulnerabilité.