Editorial :
La sécurité de nos enfants



I. En mars 2009, la revue Repères de l'Ecole des parents et des éducateurs, m'a confié la rédaction de son éditorial.

2009 commence à peine : nous avons été choqués par le drame de Termonde. Juste après, cette bande d'ados vandales qui va effrayer les élèves de l'athénée d'Alleur en plein repas de midi, et puis deux autres qui s'exercent au painting ball dans une autre école, dans la région de Charleroi ! Et juste au moment de mettre en pages, c'est la tuerie de Stuttgart, pour se donner enfin le sentiment d'exister et d'être reconnu ! Voilà pour le spectaculaire, qui reste exceptionnel dans son horreur ou sa bruyance stupide !

sécurité-avions

Mais à côté, que d'agressions dont on ne parle pas, plus discrètes ou mineures dans leurs résultats tangibles, mais parfois fort traumatisantes psychiquement : rackets, vols à l'arraché, propositions sexuelles brutales, scènes de violence domestique, insultes ou remarques radicalement injustes venant des autres, des profs, des parents eux-mêmes. Le monde dans lequel grandissent nos enfants n'est décidément pas sans embûches ni épines !

Néanmoins dans notre société belge riche et bien organisée au bénéfice du grand nombre, la vie est plus souvent positive que source d'agressions. Les enfants reçoivent largement leur dû en amour, en protection, en stimulations, en biens matériels ... Notre société est plutôt pacifique et bon enfant.
Ce n'est pas chez nous que le gouvernement obtiendrait facilement de la population, comme si c'était là une attitude citoyenne, la délation des plus misérables, par exemple ceux qui n'ont pas de papiers. Ça, c'est pour les fans d'Hortefeux, Eric Besson et Berlusconi.

peace

Même si des émotions fortes de peine, d'angoisse et de vindicte nous assaillent lorsqu'on s'en prend aux plus faibles autour de nous, il nous faut à la fois les accepter et les maîtriser et planifier l'éducation et l'organisation sociale en référence à notre raison.

Et que me dit la mienne ? Que notre première responsabilité reste de montrer à nos enfants qu'il fait bon vivre chez nous. Que vivre, prendre son envol, se donner de l'autonomie, c'est chouette. Que la vie n'est pas absurde, comme le pensait le jeune tueur de Stuttgart, mais qu'on peut y réaliser mille beaux projets, auxquels on tient, et être reconnu par eux. Que vivre, c'est parfois prendre des risques et aller à l'aventure et donc les parents, même anxieux, ne doivent pas se donner l'illusion de contrôler tous les agissements, risques et imprudences de leurs bambins via filtres parentaux, portables avec GPS incorporés et autres webcams dissimulées dans les pots de fleurs.

Ma raison me dit encore que, dans cet espace de vie que nous ouvrons à nos enfants, il nous revient de les encourager et de les entraîner à être lucides, forts et efficaces.
Lucides ? Qu'ils apprennent à décoder : les intentions des autres, les messages des médias, ceux d'Internet. Qu'ils apprennent à évaluer les risques qu'ils prennent : lorsqu'ils affirment leurs opinions, lorsqu'ils partent à l'aventure, lorsqu'ils font étalage de leurs richesses au nez de ceux qui se sentent exclus, etc.
Forts et efficaces ? D'abord et avant tout, en ayant confiance dans le fait qu'ils peuvent l'être. En ne disqualifiant pas d'un air entendu leurs stratégies spontanées d'auto-défense. En Allemagne quelques ados ont sauvé leur vie en sautant par la fenêtre ou en descendant d'une échelle : bravo pour leur pouvoir d'initiative et leur énergie ! Une puéricultrice stagiaire en avait fait autant à Termonde, en prenant un bébé avec elle.

En nous réjouissant quand ils savent prendre leur place, en en remettant d'autres à la leur, même si c'est parfois à nos dépens : de temps en temps, nous les méritons bien, les « non », et les protestations qu'ils nous opposent.

Une autre responsabilité délicate à gérer, c'est la qualité de notre accueil face à leurs confidences et à leurs demandes d'aide :

 - Ecouter d'une oreille attentive et sans à priori les confidences qui nous embarrassent ( le grand fils de nos voisins et amis, qui les « embête » de façon trouble ; l'instituteur qui a vraiment l'air de ne pas supporter notre jeune hyperkinétique ...)

 - Chercher avec eux quelle est la meilleure stratégie pour réduire la difficulté du moment : jusqu'à quel point vaut-il mieux qu'ils se débrouillent seuls ? Jusqu'à quel point devons-nous nous engager à leurs côtés, voire à leur place ? Attention aux réflexes trop rapides dans ce domaine !

solidarité

De façon plus diffuse, « sociétale », toutes nos communautés de vie ont besoins de solidarité. Que nous veillions les uns sur les autres et surtout sur les plus faibles. Que nous nous donnions le droit d'aller vers celui qui a l'air de souffrir tout seul. De demander à celui qui semble menacé s'il n'a pas besoin d'un coup de main. Que nous n'acceptions pas l'exclusion, à tous les âges de la vie : c'est cet engagement de chacun pour l'autre, cette place donnée par chacun à l'autre qui, radicalement, renforce la sécurité d'une société.

Faut-il franchir un pas de plus et investir en moyens matériels supplémentaires de sécurisation dans nos crèches, nos écoles ? Je n'en suis pas convaincu. C'est aller contre notre culture, plutôt ouverte et accueillante. Nous vivons dans un pays où existe bien un portail de sécurité à l'entrée du Palais de Justice le plus massif qui soit. Mais il ne fonctionne pas, ou il suffit de passer à côté ! Quel superbe symbole  !

En outre, ces moyens techniques sont largement inefficaces : voyez ce qui se passe dans des sociétés qui essaient d'être plus sécurisées, comme les USA : c'est là, qu'ont lieu les actes de violence les plus graves. Ces moyens ne font jamais qu'exciter les plus pervers et les plus rusés à les ridiculiser, comme des défis à abattre.
Je préfère donc que nous misions sur des attitudes, celles de solidarité que je viens d'évoquer. Un peu plus de vigilance non-naïve, sans doute ! Et encore, donner de l'importance à tout le monde, de manière à ne pas générer des exclus qui crachent la haine du haut de leurs 17 ans !

Et donc pour boucler la boucle, je reviens à l'idée d'une société belge dans laquelle il fait bon vivre. Ce n'est vrai que statistiquement bien sûr !
Je n'oublie pas les familles qui vivent dans la précarité et la pauvreté, dont la proportion ne cesse de croître. Ni les sans papiers et leurs enfants qui continuent souvent à faire l'objet de traitements indignes des droits humains. Ni tous ces enfants et adolescents trop seuls, physiquement ou moralement, dans la semi-indifférence d'adultes occupés à se donner le droit d'être eux-mêmes. Eux aussi, ont bien besoin de solidarité pour les protéger des mêmes agressions que tout le monde, mais aussi pour s'entendre reconnaître une valeur au quotidien.

II. En février 2009, l'hebdomadaire Le ligueur de la ligue des familles m'a demandé de réagir au drame de Termonde.
Si vous n'arrivez pas à visualiser ce site cliquez ici

( pour mémoire, fin janvier 2009, à Termonde, un jeune de 19 ans, vraisemblablement schizophrène a brutalement attaqué une crèche et y a tué deux bébés et une adulte )

 

Création le 21 avril 2009.
Dernière mise à jour le dimanche 16 mai 2010.
ds.ds
 


Fin du dossier























































































































































































... Inutile de continuer à dérouler car ce qui suit n'est constitué que d'informations techniques automatiques dont les textes sont déjà repris plus haut.

... Ce qui suit ne mérite pas d'être imprimé pour les mêmes raisons et n'a rien à voir avec le texte du professeur Jean-Yves Hayez.





































 
Retour au menu princeps
Retour au début

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 

































































































































































































Bravo de m'avoir trouvé

Félicitations

Ce site a été composé par un bénévole sans aucune rémunération sinon l'estime et l'amitié du professeur Hayez.

C'est dans un mail que le professeur Hayez lui adressait qu'il l'a traité de fourmi laborieuse.

L'hébergement du site est situé sur lycos depuis le début en 2001 et nous les remercions ici d'avoir pratiqué cette action bénévolement également avec beaucoup de professionnalisme.

Malheureusement le site gratuit chez Multimania-Lycos a été supprimé par Lycos le 15 octobre 2006 pour une raison non expliquée. Nous le regrettons vivement et ceci altère fortement ce que nous disions au paragraphe précédent.



... L'empreinte digitale dans le coin gauche de l'en-tête appartient au pouce droit du professeur Jean-Yves Hayez ... a été retirée par souci de simplicité.







Vérification d'accessibilité

Le site est bien visible avec Internet Explorer 3.0 et plus et Netscape ( quelques instructions ignorées )

Vérification faite avec windows 3.0/95/98/XP

La présentation est prévue pour écran 640x480 mais est encore correcte avec les écrans plus grands 1600x1200 ou autres.


Mes plus vifs remerciements vont à mon webmaster, le docteur Guy De Saedeleer : sans sa créativité et son infatigable persévérance, ce site n'existerait pas.
Ce 22 septembre 2008,
Jean-Yves Hayez

Retour au menu princeps
Retour au début

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 







































































































































































































































































































































































































... Inutile de continuer à dérouler car ce qui suit n'est constitué que d'informations techniques automatiques dont les textes sont déjà repris plus haut.

... Ce qui suit ne mérite pas d'être imprimé pour les mêmes raisons et n'a rien à voir avec le texte du professeur Jean-Yves Hayez.





































 
Retour au menu princeps
Retour au début

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 




















































































































































































Ce site a été composé par un bénévole sans aucune rémunération sinon l'estime et l'amitié du professeur Hayez.

C'est dans un mail que le professeur Hayez lui adressait qu'il l'a traité de fourmi laborieuse.

L'hébergement du site est situé sur lycos depuis le début en 2001 et nous les remercions ici d'avoir pratiqué cette action bénévolement également avec beaucoup de professionnalisme.

Malheureusement le site gratuit chez Multimania-Lycos a été supprimé par Lycos le 15 octobre 2006 pour une raison non expliquée. Nous le regrettons vivement et ceci altère fortement ce que nous disions au paragraphe précédent.



... L'empreinte digitale dans le coin gauche de l'en-tête appartient au pouce droit du professeur Jean-Yves Hayez ... a été retirée par souci de simplicité.








Vérification d'accessibilité

Le site est bien visible avec Internet Explorer 3.0 et plus et Netscape ( quelques instructions ignorées )
Vérification faite avec windows 3.0/95/98/XP

La présentation est prévue pour écran 640x480 mais est encore correcte avec les écrans plus grands 1600x1200 ou autres.


Mes plus vifs remerciements vont à mon webmaster, le docteur Guy De Saedeleer : sans sa créativité et son infatigable persévérance, ce site n'existerait pas.
Ce 22 septembre 2008,
Jean-Yves Hayez

Retour au menu princeps
Retour au début

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 
























































































































































































































 
liste des mots-clés du site au 28 septembre 2005.

abus sexuel, accompagnement éducatif, adolescents abuseurs, adolescents, allégation d'abus sexuel, angoisse de séparation, angoisse, anxiété, assuétude, autorité parentale, beaux-parents, besoins psychiques des enfants, bizarrerie sexuelle infantile, cadre thérapeutique, confidences, confidentialité, conformisme, culpabilité, debriefing collectif, délinquance, dépendance, dépression, destructivité, deuil compliqué, deuil pathologique, éducation sexuelle, enfant abuseur, enfants, énuresie, éthique, équipes SOS-Enfants, famille, famille reconstituée, Familles restructurées, guerre, identité, infanto-juvénile, intervention de crise, Jean-Yves Hayez, jeux sexuels, livres, mendiants, mort, mort d'un proche, mots-clés, pédopsychiatrie, perversion sexuelle infantile, perversion sexuelle, peur, pornographie, protection, psychiatrie de liaison, psychothérapie, publications, relation de soin, réparations, réseau de santé, sanctions, secrets de famille, séparation parentale, sexualité infantile, sexualité normale, signalement, soins pluridisciplinaires, stress, SOS-enfants, suggestibilité, syndrome de stress post-traumatique, traumatisme psychique, trouble de l'endormissement, trouble du comportement, trouble psychique, urgences, violence, vulnerabilité.