Actes pervers isolés et perversions sexuelles chez les enfants.

Actes pervers isolés et

perversion sexuelle

chez les enfants.

* biographie et recueil de publications scientifiques du professeur Jean-Yves Hayez.
   cochez nouveautés pour voir les textes les plus récents
" La vraie trahison est de suivre le monde comme il va et d'employer l'esprit à le justifier." Jean Guéhenno.

Jean-Yves Hayez
a le plaisir de vous proposer

Page suivante   

agressif

Page suivante   


Actes pervers isolés
et
perversions sexuelles chez les enfants


J.-Y. HAYEZ (1)

Vous pouvez aussi aller consulter, à la page échanges interactifs de courriel la rubrique Perversion ; j'y réponds à des préoccupations d'internautes à propos de pratiques sexuelles déviantes.

Je me centrerai sur la tranche d'âge six-treize ans, chez des mineurs d'âge d'intelligence normale, non autistes, non psychotiques.

§ I : LE CADRE DE SEXUALITE DANS LEQUEL S'INSCRIT UN FONCTIONNEMENT PERVERS.


I - Les enfants ont des activités sexuelles habituellement assez espacées du moins jusque trois ans ( âge parfois appelé " de la latence "); leur intensité augmente ensuite au fur et à mesure que s'aproche la puberté.

Plus ils grandissent; plus ils s'avèrent capables de les mener avec une discrétion efficace, loin du regard des adultes, tant par prudence que parce qu'ils adhèrent vraiment à une norme culturelle qui le demande.

Une seule catégorie d'activités sexuelles échappe davantage à cette recherche de " privé ", ce sont celles qui sont générées par l'angoisse, qu'elle résulte elle-même d'un traumatisme introjeté, d'un vagabondage de l'imagination ou d'une organisation névrotique : ici, la compulsion à faire des abréactions ou/et vérifications sexuelles conduit régulièrement à une certaine publicité, dans un contexte de tension, voire de violence.

II - Les autres activités sexuelles, les discrètes, solitaires ou en compagnie, sont majoritairement des activités sexuelles développementales saines, qui répondent aux critères cliniques du tableau I ( voir plus loin )

Plus rarement, elles peuvent s'avérer préoccupantes, en ce sens que la majorité des parents et des cliniciens qui auraient à les connaître les jugeraient pathologiques, ou pathologiques et mauvaises (2) à la fois.

III - Sur un tableau de fréquence décroissante de ces catégories sexuelles préoccupantes, on trouve d'abord, quasi avec la même fréquence, les activités sexuelles générées par l'angoisse, dont j'ai déjà dit qu'elles se manifestaient parfois publiquement et les activités sexuelles des enfants précocement hyperérotisés (hyrerreactive children des américains)

Viennent ensuite, déjà beaucoup moins fréquentes, les abus sexuels, dictés par la recherche du pouvoir et les quêtes affectives sexualisées.

Viennent enfin les activités perverses, transitoires le plus souvent ou destinées à se chronifier plus rarement, qui feront l'objet de la suite de l'exposé.

§ II : MECANISMES DE MISE EN PLACE D'UN FONCTIONNEMENT SEXUEL PERVERS.


Il en existe trois principaux. Je les décrirai d'abord séparément, puis j'évoquerai leurs combinaisons possibles et les pronostics d'évolution qui en résultent.

I - Description de chaque mécanisme.

A. Par hasard, l'enfant fait la découverte qu'une activité sexuelle particulière lui procure un très grand plaisir : plaisir physique local, réminiscence de plaisirs archaïques, plaisir de vivre que l'on fait une expérience exceptionnelle; etc ...
Il ne s'y attendait pas, mais il va très vite apprendre à reproduire cette inondation de plaisir jusqu'à parfois en devenir dépendant. Il se fixe donc à l'activité, qui devient une conduite addictive.

Par exemple, beaucoup d'enfants qui se travestissent à l'occasion, pour jouer, dans une sorte de carnaval où tout paraît possible, ne deviennent pas pervers; néanmoins, tel d'entre eux a pu éprouver, par hasard, une violente érection à travers des sous-vêtements féminins un peu étroits; par la suite, ce n'est plus se travestir qui l'intéressera mais réexpérimenter ce moment de jouissance exceptionnel; pour y arriver, il peut se mettre à élaborer et à réaliser secrètement un scénario, strict dans la partie la plus centrale du script, et éventuellement de plus en plus compliqué dans ses détails : il passe du travestissement au transvestissement ( Chiland, 1997, 27 et sq. ).

A l'origine de l'expérience princeps, il peut exister un pur hasard : l'ennui, une opportunité externe, l'entraînement par un autre ...

Il peut également exister une motivation affective plus précise, mais qui, en soi, pouvait avoir un effet indéterminé, non nécessairement perversogène. En voici l'un ou l'autre exemple :

- Par " identification à l'agresseur ", tel enfant, fille ou garçon, lui-même objet de violences, se met à molester des plus petits, physiquement et sexuellement; il peut aussi exercer des cruautés sur un animal, et un malheureux hasard veut qu'il y trouve un plaisir extrême.

- Pour comprendre et dominer son propre traumatisme sexuel, tel préadolescent se met à cyberdraguer de louches internautes sur des salons de chat du genre " Maître cherche lope " ... et il éprouve beaucoup de plaisir à jouer la lope, au point de passer du virtuel au réel.

- Et voici, pour terminer, une illustration précise des plus éclairantes :

Nicolas ( quatorze ans ), fils unique, a pour sa mère un amour secret et qu'il s'interdît, sur un mode névrotico-normal plutôt sain. Sa mère est engagée dans Amnesty International, et Nicolas feuillette ses documents en cachette, à la recherche de ses secrets et d'un peu d'excitation ...

Mais il y trouve quelque chose qui le bouleverse tant qu'il ne pourra m'en parler que par mail : " Tu connais certainement cette photo d'Amnesty International ... je l'avais vue sur un bouquin de ma mère et j'avais été vraiment impressionné ... d'abord parce que c'est un contact brutal avec la torture : quelqu'un de nu, un sac sur la tête, des sacs de sable sur le dos, sur un chevalet ... simple, donc pourquoi pas essayer ...". ( Il le fait en se mettant nu, à cheval sur un balai horizontal ) ... Je me suis branlé et l'éjac a été la plus forte que j'aie jamais connue ...".

Or, ce qu'il explique ensuite, c'est qu'il est tracassé parce que, depuis lors, il s'intéresse de plus en plus aux images et histoires sadiques, qui deviennent le stimulant nécessaire de ses masturbations.

Lorsque cette recherche d'un plaisir fort et à tout prix s'amplifie, au moins deux mécanismes de régulation contraires peuvent intervenir :

- Des Instances Intérieures peuvent essayer de s'y opposer jusqu'à un certain point ( système de valeurs : Idéal du Moi et Image de Soi; Sur- Moi plus archaïque ) : personne n'entre en une fois dans la perversion comme un tout ou rien! Si l'on écoute bien, on voit donc que l'enfant préoccupé, se pose et pose la question : " Suis- je normal? ".

Des voix extérieures peuvent encourager le jeune à être lui-même sans se soucier d'autrui. C'est ce qui se passe, par exemple, sur les grands sites Internet de forums et de chats entre jeunes - lieux arrosés, il est vrai, par quelques adultes zélateurs - : les petites perversions, celles qui ne mettent pas en question les Lois Naturelles, sont banalisées et encouragées.

Ainsi, le jeune qui écrit le texte ci-joint : "I sometimes think that I am a freak because for some reason I am very attracted to boys feet. If there is a barefoot boy somewhere, I have to look at his feet and toes. Or even if they are wearing sandals, I have to look. I think boys feet are so cute but don't know why I have this kind of attraction for their feet. Is this normal ? "... reçoit certainement, par forum ou par mail, de plusieurs correspondants de son âge et plus âgés, des réponses dont la synthèse est : " Ce que tu décris, Mike, c'est le fétichisme des pieds; et pourquoi pas? Des tas de jeunes le vivent. Sois toi-même ".

B. L'hypothèse freudienne classique centrée sur l'angoisse, son refoulement et son déni, peut par définition s'appliquer précocement, mais il est bien difficile d'en étayer cliniquement l'existence lorsque l'interlocuteur est un enfant.

Quoi qu'il en soit, lors de la petite enfance, entre des phases d'investissement primitif et oedipien des parents, il se lèverait donc des angoisses très fortes autour de la rencontre corporelle, sexuée de l'autre : le corps des parents, surtout de la mère, pourtant désiré, est aussi vécu comme effrayant; la scène primitive également. L'enfant refoule radicalement et ce qu'il s'en représente et ses désirs à lui d'une rencontre intime avec cet autre si étrange.

Son refoulement est intense, stable, et le protège de l'angoisse à l'avenir. Et l'enfant met au point des fantasmes et des comportements dénégateurs-compensateurs où s'exercent surtout des pulsions partielles, et qui sont sources de plaisirs forts.

III 1. Voici la question qu'une maman posait dans le journal Le Ligueur en 1997. Il n'est pas exclu, justement, que le petit garçon dont il est question ici vive une grande envie et une terreur à l'idée - inconsciente - d'une rencontre intime avec sa maman; peut-être, en référence à son éducation, celle-ci a-t-elle induit trop de culpabilité autour de la sensualité oedipienne ...

" Un jour, dans la salle de bain, je surpris mon fils de 6 ans ayant ligoté sa soeur, âgée de 3 ans, à une chaise avec une ceinture. Très excité, il sautait de tous côtés, nu comme un ver, le sexe en érection. Je fus, je l'avoue, assez surprise par cette scène inusitée. Je ne l'ai pas grondé mais je lui enjoignis de ne plus jamais attacher sa soeur de la sorte. A cela, il me répondit : " Mais elle aime ça! ".

Le lendemain, étonnée par un calme inhabituel, cette maman alla jeter un coup d'oeil dans la chambre de Guillaume. Quelle ne fut pas sa surprise de trouver son enfant dans le même état que la veille, mais cette fois, face à toutes ses peluches ligotées les unes aux autres.

Poursuivant, la mère dit " Je n'ai pas pu m'empêcher d'être très saisie par la scène. Dans mon éducation, tout ce qui touche à la sexualité était tabou. Sans doute Guillaume a-t- il perçu mon trouble car, prestement il cacha ses peluches dans son sac à jeux situé sous le lit. D'un air faussement banal, il me dit : " Laisse-moi maman, je jouais un peu! ".

III 2. Et que dire de ce jeune adulte solitaire, très timide avec les filles, et qui décrit la relation avec ses deux parents, et surtout sa mère, comme " glacée ".

Il est très malheureux de ce qu'il appelle la stagnation de sa sexualité. Elle n'est que masturbatoire, et, une bonne partie du temps, consacrée à la masturbation anale avec des objets. " J'ai commencé à 9 ans " dit-il." J'avais trouvé une revue porno où une femme se masturbait le vagin à plusieurs doigts. Peut- être que j'ai voulu l'imiter, mais le lendemain, je m'entrais le goulot d'une bouteille de Coca dans le derrière. Et j'ai toujours continué ".

C. Autre mécanisme souvent évoqué, surtout par la psychanalyse lacanienne, c'est le désir de bafouer les lois, depuis les simples normes culturelles et sociales jusqu'aux Lois les plus naturelles.

- Dans sa forme la plus radicale, ce désir de bafouer, souvent subtilement exprimé, est sans limites; il inclut donc la destruction morale et parfois même physique de l'autre. Souvent on constate qu'au moins un parent, plus fréquemment la mère, encourage cette manière d'être où la volupté suprême, c'est d'être anarchique.

Bien que l'illustration soit un peu caricaturale, on se souviendra de la mère et de la soeur de Malagnac, le mettant en contact avec Roger Peyrefitte à l'âge de 12 ans, pour qu'il fasse la connaissance d'un monsieur qui écrivait si bien sur les jeunes adolescents ...

- D'autres parents, porteurs de conflits psychiques mal liquidés, peuvent avoir une envie inconsciente de vivre telle ou telle pulsion partielle par la procuration de leurs enfants. Face à une activité déviante, ils lui envoient donc un double message, voire ne les répriment pas du tout.

- Parfois, c'est plus ciblé et indépendant des encouragements des parents : lors d'une mauvaise passe, lors d'un moment de haine particulièrement fort contre les adultes, lors d'un moment de solitude mal supporté (3) , tout enfant peut avoir envie de s'étourdir, de se venger, et peut-être de s'auto-détruire, en faisant l'expérience de ce qu'il sait être le Mal.

II - Combinaison de ces facteurs et évolution le l'organisation perverse.

Le facteur A existe souvent à lui tout seul; c'est probablement alors que le risque de maintien de l'activité perverse est le plus faible. L'enfant est plutôt libre intérieurement et sa créativité lui trouve d'autres sources de plaisir.

Lorsque le facteur B existe, le facteur A vient le plus souvent s'y ajouter secondairement. Le risque de chronification est grand, surtout si des attitudes externes de l'entourage persistent à montrer que la rencontre avec l'autre est effrayante.

Lorsque le facteur C existe, le facteur A s'y surajoute également souvent. Le risque de chronification est surtout lié à la complicité subtile de l'entourage ou à la solitude perdurante et discrètement mal supportée par l'enfant.

Donc, le risque de chronification existe bel et bien. Toutefois, même alors, l'envahissement par le projet pervers est variable.

A la limite inférieure, et sans doute principalement en référence au mécanisme A, on peut dire qu'il y a des composantes perverses mineures, observables dans le discours et le comportement sexuel de chacun et qui se préparent dés l'enfance ( Bokanowski, 1995, p. 1416 ).

A l'autre extrême, le plus touché, le besoin de réaliser l'activité perverse est contraignant, toute autre forme de sexualité est exclue et la vie quotidienne est invalidée par la tyrannie de la perversion.

On ne devrait recourir au diagnostic " perversion sexuelle ( effective ) " chez l'enfant que lorsqu'existe une certaine chronification et un envahissement important de son énergie psychique par la déviance. Sinon, même s'il s'agit structuralement d'un fonctionnement pervers momentané ou limité, on protège l'enfant socialement en restant vague dans le diagnostic qu'on porte sur lui.

§ III : INDICATEURS CLINIQUES.


I - La forme de l'activité sexuelle est bizarre, éventuellement archaïque. Elle est " hors attente culturelle ", " hors normalité statistique " de ce que sont le développement et les intérêts sexuels d'un enfant de l'âge concerné. Elle choque l'adulte témoin par son étrangeté.

A - Cette bizarrerie constitue un signal d'alarme souvent valable. En voici l'un ou l'autre exemple, loin d'être exhaustifs :

- garçons ou filles qui font du sexe avec des animaux, notamment des chiens;

- certains transvestissements très élaborés, avec port permanent de sous-vêtements de l'autre sexe, strip-tease masturbatoire, introduction de tampons dans l'anus chez les garçons (4) , etc ...;

- les fétichismes ( avec des objets; portant sur des parties du corps; consistant en collection d'images porno très spécialisées accessibles sur le Net, etc.);

- le sadisme ( envers les animaux, les plus jeunes );

- l'entraînement de beaucoup plus jeunes dans des activités sexuelles (5).
B - Néanmoins, il existe des faux positifs : un certain nombre de ces activités bizarres sont motivées par des mécanismes non-pervers comme la curiosité, la réassurance, le besoin d'être aimé ... En outre, il n'est pas facile ni même toujours possible d'attribuer avec certitude une signification développementale ou perverse à certains mécanismes, par exemple autour du défi des normes; nous y reviendrons bientôt.

C - Enfin, il existe aussi des faux négatifs. Des activités sexuelles de forme basalement génitale peuvent résulter des mécanismes d'installation déjà décrites et répondre d'ailleurs à tous les autres critères cliniques que nous allons passer en revue.

Par exemple, certaines masturbations à haute fréquence ne signent pas une compulsion anxieuse, mais s'avèrent plutôt des conduites addictives.

Dans les films Kids ( L. Clarck, 1995 ), le " besoin " du jeune Telly de " tomber " des jeunes vierges les unes après les autres est tout-à-fait pervers.

II - L'ensemble du plaisir vécu lors de la préparation de l'activité, de sa réalisation et des fantasmes qui l'accompagnent et la suivent, est intense. L'acmé se situe bien sûr au moment de la réalisation. C'est principalement un plaisir érotique (6) , vécu dans les zones concernées par l'activité et diffusant dans tout le corps. S'y adjoignent des joies plus " spirituelles ", si j'ose dire, comme celle de faire quelque chose d'exceptionnel, ou même parfois celle de se vautrer dans la boue, de se mettre au coeur du mal, sur laquelle Stoller a tellement insisté.

Inversement, l'enfant ne vit aucune angoisse profonde à propos de son acte ... peut-être, inconstamment, un peu de peur raisonnable d'être attrapé par le gendarme. Il ne ressent non plus aucune culpabilité. Néanmoins, il peut se sentir humilié et honteux s'il est pris.

III - L'acte pervers est vécu comme important par l'enfant, partie significative de son projet sexuel du moment. Il n'est même pas impossible qu'il le positionne au fil du temps comme son constituant le plus important. Il en découle la mise en place d'indicateurs comme :

- Une contrainte intérieure plus ou moins forte, épisodique ou permanente, à répéter l'acte.

Freud parle de la " tyrannie bien organisée d'une pulsion partielle : une des tendances partielles de la sexualité a pris de dessus et se manifeste soit seule, à l'exclusion des autres, soit après avoir subordonné les autres à ses propres intentions ".

Ce sentiment de contrainte est proche de l'état de manque vécu par le toxicomane; ça n'a rien à voir avec le débat intérieur du névrosé, à l'idée de commettre un acte que son Sur-Moi interdit.

- Une collaboration active de l'intelligence pour asseoir le projet pervers, et par exemple :

* peaufiner le scénario; le sophistiquer de plus en plus autour de son noyau central immuable (7) ;

* tromper les parents et l'entourage; installer un secret bien barricadé; mentir sur la volonté de changer ...

- Nous avons déjà esquissé l'évolution de ces fonctionnements : beaucoup d'actes pervers ne se répètent que quelques fois avant que l'enfant ne sorte de sa mauvaise passe, tout seul ou avec l'aide des adultes. Une minorité se chronifie.

IV - Quand un ou des autres sont impliqués dans la réalisation d'un acte pervers, on peut dire que, fondamentalement, ils ne comptent pas comme êtres humains à part entière, mais comme source de jouissance pour l'initiateur. Ces " partenaires " sont susceptibles d'avoir tous les âges de la vie.

1) Eventuellement, l'initiateur fait violence physique sur eux ou les trompe pour les attirer dans son activité. Il ignore ou leur éventuelle souffrance physique ou morale, ou leur présence accroît encore sa jouissance.

2) Lorsqu'il y a consentement, il n'y a néanmoins pas vraie réciprocité. Pas de partage attentionné du plaisir. Chacun joue son scénario et recherche son plaisir pour son propre compte, mais a besoin de l'apport complémentaire instrumental de l'autre, sans considération pour ce que cet autre vit.

Le tableau I compare. les caractéristiques cliniques des activités sexuelles normales développementales et des activités liées à un fonctionnement pervers.

N.B. Le tableau I manque.

§ IV : QUESTIONS DE DIAGNOSTIC ET DE DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL.


I - Il reste malaisé de découvrir les faits et de spéculer sur leur signification.

L'enfant agit ici le plus souvent en grand secret. Le reste de sa vie, il donne le change par un comportement qui n'a rien de spécifique. Une fois découvert, il jure le plus souvent ses grands dieux de ne pas recommencer, et la majorité des parents ont tendance à gérer le malaise vécu en le croyant sur parole, en minimisant la signification de ce qui s'est passé et en déniant la possibilité de récidive. Donc, ils n'adoptent pas facilement la position de vigilance que je recommanderai par la suite.

Lorsqu'il s'agit de décrire ce qu'il a fait et vécu, l'enfant commence souvent par se bloquer ou par mentir. Cette attitude s'explique par sa prudence, sa honte du moment, les limites réelles de sa capacité à s'introspecter mais aussi, pour les plus pervers d'entre eux, par l'intuition immédiate qu'il faut gérer la situation de manière telle que les adultes en sachent le moins possible et que la récidive soit possible.
Or un discours authentique du sujet est un élément-clé pour un diagnostic précis.

II - Il est souvent malaisé d'affirmer que l'on a bien à faire à une phase de fonctionnement pervers de la sexualité de l'enfant.

A supposer que l'on spécule raisonnablement sur les mécanismes psychiques qui expliqueraient le comportement de l'enfant, à partir de quel degré d'intensité peut-on vraiment leur attribuer comme qualification qu'ils sont de type pervers? Suffit-il qu'ils produisent un comportement très " hors culture ", comme du sexe avec un animal? ou un comportement très " hors Lois Naturelle " comme la grande cruauté ou l'entraînement d'enfants très jeunes? A partir de quand la volonté de défier les Lois relève-t-elle de la perversion plutôt que d'une conduite pré-adolescentaire encore normale, développementale, d'affirmation de soi? Etc.

Ce ne sont certes pas des questions faciles.

Au fond, beaucoup des mécanismes en jeu ne sont pas très spécifiques, sauf le refoulement massif d'angoisses intenses autour de la vraie rencontre sexuée de l'autre et sauf une volonté stable de défier les Lois les plus fondamentales, pour la volupté que cela procure.

Mais il est impossible d'être sûr que c'est de cela qu'il s'agit chez un enfant, au moins les premières fois qu'on le rencontre!

On doit donc faire preuve d'humilité et comme nous le disions précédemment, n'invoquer clairement la perversion sexuelle que lorsqu'il y a extension franche dans le temps et dans l'espace.

En attendant, perversion sûre ou non, on peut déjà être préoccupés et adopter les attitudes que voici :

§ V : EDUQUER ET SOIGNER L'ENFANT DONT UNE DIMENSION DE LA SEXUALITE PREOCCUPE, PARCE QU'ELLE EVOQUE LA PERVERSION.


Voici cinq catégories d'attitudes susceptibles de favoriser la maturation sexuelle de cet enfant. Elles concernent les parents ( P ). Elles concernent aussi d'autres membres adultes de la communauté de vie de l'enfant en position informelle d'éducation ou en position d'enseignement ( par exemple, grands-parents ) ( A ). Elles concernent enfin les psy dans leur fonction de diagnostic ( D ) ou de psychothérapeutes ( T ).

Eventuellement, pour chaque catégorie, j'indiquerai si elles les concernent en ordre principal ( P+++ ), au même titre que d'autres ( P++ ) ou accessoirement ( P+ ).

I. Observer le comportement de l'enfant avec vigilance et discrétion sans dramatisation, sans paranoïa, mais également sans ingénuité ni effritement ( P+++;A+ (8) ;D et T++ ).

II. Faire retour sur soi, en tant qu'adultes, et essayer de comprendre le sens de la sexualité pour soi et la nature de certains messages que l'on envoie à l'enfant; essayer de les modifier au besoin ( P+++, avec l'aide de T, D et T++, lors de supervisions ). Il faut vérifier, entre autres, si l'on n'a pas véhiculé une image trop angoissante de la rencontre sexuée, si l'on ne pousse pas l'enfant au défi des lois ou si l'on n'est pas trop ambivalent dans la régulation de ses comportements sexuels.

III. Dialoguer avec l'entant à propos de son comportement problématique, de la sexualité de façon générale, et à propos de lui, de ses richesses, questions et problèmes ( P+++; D+++; s'il s'en suit une psychothérapie, T+++ ).

A - Encourager la parole de l'enfant et commencer par accueillir sans critiques ce qu'il dira éventuellement. Ce n'est pas facile, on n'y arrive pas sans un certain art de l'apprivoisement, et rarement en une fois; l'on doit néanmoins s'efforcer qu'il parle de :

- son activité sexuelle problématique : par exemple, peut-il la raconter brièvement? Comment l'idée lui en est-elle venue ( rôle éventuel d'autres, d'lnternet, etc ... )? L'a-t- il déjà fait auparavant? Si un ou des autres y étai(en}t impliqué(s), quelles interactions y-a- t-il eu avec lui (eux)? Qu'y trouve-t-il de bon pour lui? Qu'en pense-t-il? Etc ...

- d'autres dimensions éventuelles de sa vie sexuelle, à faire préciser dans le même état d'esprit;

- d'autres dimensions de sa personne, ses richesses, problèmes, joies, soucis, intérêts, etc ...

B - Lui donner du répondant : témoigner verbalement, donner des informations, nous aussi, à propos de la sexualité : en général, la nôtre, et le sienne. Parler du sens que nous y voyons, de la place du plaisir, de celle de l'autre, de sa place dans toutes les activités de la vie, etc ...

C - S'efforcer de convenir avec lui d'engagements concrets à propos de sa sexualité à venir ( et d'autres dimensions de sa vie )

D - Si l'on constate une souffrance sexuelle ou une souffrance morale plus générale chez l'enfant, on peut lui proposer de continuer ces entretiens par une psychothérapie : à l'intérieur de celle-ci, on veillera à questionner de temps en temps son évolution sexuelle, sans le réduire à sa sexualité et donc en s'intéressant à lui en général.

S'il n'y a pas souffrance ou/et que l'enfant ne souhaite pas de psychothérapie, on lui demandera de se présenter à des entretiens d'évaluation espacés ( par exemple, tous les deux mois ), un certain temps ( par exemple, deux ans ).

IV - Interdire clairement et sereinement toute récidive de la pratique sexuelle préoccupante.

C'est essentiellement l'affaire des parents ( P+++ et A+ ) si la pratique ne portait que sur une transgression des prescrits culturels : " Chez nous ... on ne réalise pas sa sexualité de cette manière-là; si tu veux faire du sexe, tu peux ... ".

Si, en plus, il y a eu transgression des Lois Naturelles ( par exemple, violence sur autrui; entraînement d'un tout petit ), l'interdiction doit émaner de tous; elle doit se formuler de façon plus radicale (" Un être humain ne fait pas ce que tu as fait là "); elle gagne même à s'accompagner d'une exigence de réparation concrète, ou d'autres sanctions.

V - ( P+++; A++ ) Il reste à veiller à ce que :

- la présence concrète des adultes soit plus " forte " dans la vie de l'enfant;

- l'attractivité de sa vie soit bien réelle : présence de sources variées de plaisir, de possibilités de réalisation de soi qui l'intéressent ...


Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be



Bibliographie.


Ouvrages.

Bokanowski T.,
Les déviations sexuelles et la question des perversions sexuelles, 1413-1436, in Lebovici S., Diatkine R., Soulé M., Traité de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, 2e éd., Paris, PUF, 1995.

Chiland C.,
Le sexe mène le monde, Paris, Calmann-Levy, 1999.

Hayez J.-Y.,
Sexualité des enfants en âge d'école primaire, Perspectives psychiatriques, 1999,38-4,289-299.

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir..

Film répertorié.

Kids, de CLARCK L., 1995.

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir..



.
.
Mots clés - Keywords.

MOTS-CLES :

Perversion sexuelle infantile, Bizarrerie sexuelle infantile.

KEYWORDS :

Perverse infantile sexual activity, Bizarre infantile sexual activity.


PALABRAS CLAVE :

Perversión sexual infantil .


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir.


Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 

Résumé - Abstract.


Résumé en français.

Les activités sexuelles perverses stricto sensu existent chez l'enfant, tout en constituant la catégorie la moins fréquente ( loin après les activités sexuelles normales-développementales, la sexualité générée par l'angoisse, etc ...).

Les mécanismes d'explication de leur mise en place sont de trois types : apprentissage de la recherche d'un plaisir fort, rencontré une première fois par hasard ( au sens large du terme ); fonctionnement de compensation- dénégation face à des rencontres sexuées vécues comme effrayantes et dont l'idée est refoulée ( explication invoquée par la psychanalyse classique ); désaveu des normes socio- culturelles et/ou de lois naturelles ( parfois, de façon diffuse, avec la complicité d'un parent ( explication invoquée par la psychanalyse lacaninienne ) ... Les indicateurs cliniques principaux sont : la bizarrerie de l'acte sexuel posé; l'intensité du plaisir rencontré, sans angoisse ni culpabilité; l'état de " manque " vécu en attente de l'acte pervers; la collaboration subtile de l'intelligence; et s'il y a un autre impliqué, la non prise en compte de sa dignité humaine ( jusqu'à, occasionnellement la violence laite sur lui ).

Pour aider et soigner cet enfant dans cette phase de sa sexualité, il faut pouvoir :

l'observer avec vigilance et discrétion; se remettre en question en tant qu'adulte; dialoguer avec l'enfant sur les faits et le vécu qu'ils suscitent; interdire la récidive; installer davantage de présence et d'attractivité dans sa vie.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



Retour au menu princeps

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 

Résumé en anglais : Summary.

Perverse sexual activities stricto sensu exist among childrn, although this is the least frequent category ( far behind normal- developmental sexual activities, sexuality generated by fear, etc. ).

There are three mechanisms that account for te appearance of these activities : the fact that the child learns how to seek intense pleasure, which it found first by chance ( in the broad sence of the term ) compensation-denial when dealing with sexual encounters experienced as frightening and of which the idea is repressed ( an explanation put forward by conventional psychoanalysis ); repudiation of sociocultural norms and/or natural laws ( sometimes, in a diffuse manner, with the complicity of a parent ) ( an explanation put forward by Lacanian psychoanalysis).

The main clinical indicators are : the bizarre nature of the sexual act; the intensity of pleasure felt without fear or guilt; the state of " withdrawal " pending the perverse act; the subtle cooperation of intelligence; and if another person is involved, failure to take into account his or her human dignity ( to the point, occasionnally, of perpetrating violence against him or her ).

In order to be able to help and treat such a child in this phase of its sexuality, we must be able : to observe it with vigilance and discretion; to challenge our notions as adults; to dialogue with the child on what it has done and the results of its action; to forbid any recurrence; to arrange for greater presence and appeal in its life.



Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 
Résumé en espagnol.

N.B.  (N.B.)

Actos perversos aislados y perversiones sexuales en los niños.

Las actividades sexuales perversas, en el estricto sensu de la palabra, existen en el niño, constituyendo al mismo tiempo la categoría menos frecuente e sus deviaciones sexuales ( lejos después de las actividades sexuales sana, la sexualidad generada por la angustia, el abuo de poder sexual, etc...).

Los mecanismos de explicación de su instauración son de tres tipos: aprendizaje de la búsqueda de un fuerte placer, encontrado una primera vez por casualidad ; funcionamiento de compensación - denegación ante encuentros sexuales mas maduros, aqui vividos como espantosos; desaprobación de las normas socias - culturales y/o de leyes naturales ( a veces, de manera difusa, con la complicidad de un padre ).

Los indicadores clínicos principales son : el extrano en la forma del acto sexual; la intensidad del placer encontrado, sin angustia ni culpabilidad; la colaboración sutil de la inteligencia; y si hay otro implicado, la no consideración de su dignidad humana (hasta, de vez en cuando la violencia l sobre él).

Para hacer salir el niño de este tipo de sexualidad, es necesario de poder:observarlo con vigilancia y discreción; cuestionarse como adulto; dialogar con el niño sobre los hechos y él vivido que suscitan; prohibir la repetición; instalar aún más presencia y poder de atracción en su vida.

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir.



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 

- Notes. -


(1) J.-Y. Hayez, pédopsychiatre, docteur en psychologie, coordonnateur de l'équipe SOS Enfants-Famille et responsable de l'Unité de pédopsychiatrie, Cliniques universitaires Saint- Luc, 1O, avenue Hippocrate, B-1200 Bruxelles. Courriel : jyhayez@uclouvain.be

(2). Mauvaises est pris ici en référence au Bien et au Mal, c'est-à-dire au respect ou à la violation des grandes Lois Naturelles.

(3). Eh oui, ces enfants soi-disant mûrs, qu'on laisse trop seuls parce que papa et maman ne sont pas disponibles, qui ne peuvent pas se permettre de protester et qui se vivent vaguement désinvestis ... ils peuvent vivre pas mal d'amertume secrète et de désir de se venger!

(4). A distinguer de la conduite masturbatoire banale qui, à la préadolescence, consiste à s'enfiler les sous-vêtements ou les panties de la soeur aînée, avant masturbation.

(5). Et son inverse : la volupté à transgresser la barrière de l'inceste et, par exemple, à se masturber aux côtés de son père, ou à se laisser séduire par sa mère ...

(6). Les zones traditionnellement érogènes sont donc souvent engagées, mais des plaisirs corporels plus diffus peuvent exister, comme cet étrange plaisir masochique, rare chez l'enfant, mais que l'on voit quand même chez quelques-uns, qui provoquent à cette fin l'humiliation ou l'agression physique portant sur leur personne.

(7). N'est-ce pas parce qu'il existe une sorte d'accoutumance?

(8). Ceci pose la délicate question de mettre au courant de nouvelles personnes de la préoccupation que l'on a!; décision à prendre au cas par cas ...

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir.


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be



Création le 20 août 2003.
Dernière mise à jour le dimanche 30 décembre 2012.

Issu d'un document en traitement de texte remis par le professeur Jean-Yves Hayez.
DS.ds


 


Fin du dossier























































































































































































... Inutile de continuer à dérouler car ce qui suit n'est constitué que d'informations techniques automatiques dont les textes sont déjà repris plus haut.

... Ce qui suit ne mérite pas d'être imprimé pour les mêmes raisons et n'a rien à voir avec le texte du professeur Jean-Yves Hayez.





































 

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 

































































































































































































Bravo de m'avoir trouvé

Félicitations

Ce site a été composé par un bénévole sans aucune rémunération sinon l'estime et l'amitié du professeur Hayez.

C'est dans un mail que le professeur Hayez lui adressait qu'il l'a traité de fourmi laborieuse.

L'hébergement du site est situé sur lycos depuis le début en 2001 et nous les remercions ici d'avoir pratiqué cette action bénévolement également avec beaucoup de professionnalisme.

Malheureusement le site gratuit chez Multimania-Lycos a été supprimé par Lycos le 15 octobre 2006 pour une raison non expliquée. Nous le regrettons vivement et ceci altère fortement ce que nous disions au paragraphe précédent.



... L'empreinte digitale dans le coin gauche de l'en-tête appartient au pouce droit du professeur Jean-Yves Hayez ... a été retirée par souci de simplicité.







Vérification d'accessibilité

Le site est bien visible avec Internet Explorer 3.0 et plus et Netscape ( quelques instructions ignorées )

Vérification faite avec windows 3.0/95/98/XP

La présentation est prévue pour écran 640x480 mais est encore correcte avec les écrans plus grands 1600x1200 ou autres.


Mes plus vifs remerciements vont à mon webmaster, le docteur Guy De Saedeleer : sans sa créativité et son infatigable persévérance, ce site n'existerait pas.
Ce 22 septembre 2008,
Jean-Yves Hayez


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 







































































































































































































































































































































































































... Inutile de continuer à dérouler car ce qui suit n'est constitué que d'informations techniques automatiques dont les textes sont déjà repris plus haut.

... Ce qui suit ne mérite pas d'être imprimé pour les mêmes raisons et n'a rien à voir avec le texte du professeur Jean-Yves Hayez.





































 

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 




















































































































































































Ce site a été composé par un bénévole sans aucune rémunération sinon l'estime et l'amitié du professeur Hayez.

C'est dans un mail que le professeur Hayez lui adressait qu'il l'a traité de fourmi laborieuse.

L'hébergement du site est situé sur lycos depuis le début en 2001 et nous les remercions ici d'avoir pratiqué cette action bénévolement également avec beaucoup de professionnalisme.

Malheureusement le site gratuit chez Multimania-Lycos a été supprimé par Lycos le 15 octobre 2006 pour une raison non expliquée. Nous le regrettons vivement et ceci altère fortement ce que nous disions au paragraphe précédent.



... L'empreinte digitale dans le coin gauche de l'en-tête appartient au pouce droit du professeur Jean-Yves Hayez ... a été retirée par souci de simplicité.








Vérification d'accessibilité

Le site est bien visible avec Internet Explorer 3.0 et plus et Netscape ( quelques instructions ignorées )
Vérification faite avec windows 3.0/95/98/XP

La présentation est prévue pour écran 640x480 mais est encore correcte avec les écrans plus grands 1600x1200 ou autres.


Mes plus vifs remerciements vont à mon webmaster, le docteur Guy De Saedeleer : sans sa créativité et son infatigable persévérance, ce site n'existerait pas.
Ce 22 septembre 2008,
Jean-Yves Hayez


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 
























































































































































































































 



Plan.     ici

Résumé - Abstract - Resumen.     ici

Mots clés.     ici

Bibliographie.     ici

Notes.     ici

Télécharger.     ici



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


































PLAN.

Cochez ici pour télécharger
le texte original et intégral de ce site en format traitement de texte.

Cochez ici pour voir le texte original et intégral immédiatement sur votre écran.
Actes pervers isolés et perversions sexuelles chez les enfants.

§ I : LE CADRE DE SEXUALITE DANS LEQUEL S'INSCRIT UN FONCTIONNEMENT PERVERS.

§ II : MECANISMES DE MISE EN PLACE D'UN FONCTIONNEMENT SEXUEL PERVERS.

I - Description de chaque mécanisme.
II - Combinaison de ces facteurs et évolution le l'organisation perverse.
§ III : INDICATEURS CLINIQUES.

§ IV : QUESTIONS DE DIAGNOSTIC ET DE DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL.

I - Il reste malaisé de découvrir les faits et de spéculer sur leur signification.
II - Il est souvent malaisé d'affirmer que l'on a bien à faire à une phase de fonctionnement pervers de la sexualité de l'enfant.
§ V : EDUQUER ET SOIGNER L'ENFANT DONT UNE DIMENSION DE LA SEXUALITE PREOCCUPE, PARCE QU'ELLE EVOQUE LA PERVERSION.

Bibliographie

Ouvrages.
Film répertorié.
Mots clés - Keywords.

Résumé - Abstract.

Résumé en français : Résumé.
Résumé en anglais : Summary.
Notes.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir..


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier
























































































































































































RESUMES.

Résumé en français : Résumé.     ici

Résumé en anglais : Summary.     ici

Résumé en espagnol : Resumen.     ici



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































Notes automatiques.

- Notes. -


.
.
Note N.B.


(N.B.). Ce résumé approuvé par le professeur Jean-Yves Hayez a été ajouté au texte le 31.08.2005


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir.




je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 1.


(1) J.-Y. Hayez, pédopsychiatre, docteur en psychologie, coordonnateur de l'équipe SOS Enfants-Famille et responsable de l'Unité de pédopsychiatrie, Cliniques universitaires Saint- Luc, 1O, avenue Hippocrate, B-1200 Bruxelles. E-mail : jyhayez@uclouvain.be


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 2.


(2). Mauvaises est pris ici en référence au Bien et au Mal, c'est-à-dire au respect ou à la violation des grandes Lois Naturelles.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 3.


(3). Eh oui, ces enfants soi-disant mûrs, qu'on laisse trop seuls parce que papa et maman ne sont pas disponibles, qui ne peuvent pas se permettre de protester et qui se vivent vaguement désinvestis ... ils peuvent vivre pas mal d'amertume secrète et de désir de se venger!


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 4.


(4). A distinguer de la conduite masturbatoire banale qui, à la préadolescence, consiste à s'enfiler les sous-vêtements ou les panties de la soeur aînée, avant masturbation.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 5.


(5). Et son inverse : la volupté à transgresser la barrière de l'inceste et, par exemple, à se masturber aux côtés de son père, ou à se laisser séduire par sa mère ...


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 6.


(6). Les zones traditionnellement érogènes sont donc souvent engagées, mais des plaisirs corporels plus diffus peuvent exister, comme cet étrange plaisir masochique, rare chez l'enfant, mais que l'on voit quand même chez quelques-uns, qui provoquent à cette fin l'humiliation ou l'agression physique portant sur leur personne.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 7.


(7). N'est-ce pas parce qu'il existe une sorte d'accoutumance?
Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 8.


(8). Ceci pose la délicate question de mettre au courant de nouvelles personnes de la préoccupation que l'on a!; décision à prendre au cas par cas ...


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be


Fin du dossier























































































































































































je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

Publication du professeur Jean-Yves Hayez : Actes pervers isolés et perversions sexuelles chez les enfants.


Fin du dossier






















































































































































































Pour télécharger ce site ...


 

Actes pervers isolés
et
perversions sexuelles chez les enfants.


... en format traitement de texte vous avez les choix suivants:

Format word 6.0.


Format word perfect 5.1.

Format word 9.0 pour imprimante couleur ( 04.10.2005 ).

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


Retour au menu princeps
Retour au début

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































liste des mots-clés du site au 28 septembre 2005.

abus sexuel, accompagnement éducatif, adolescents abuseurs, adolescents, allégation d'abus sexuel, angoisse de séparation, angoisse, anxiété, assuétude, autorité parentale, beaux-parents, besoins psychiques des enfants, bizarrerie sexuelle infantile, cadre thérapeutique, confidences, confidentialité, conformisme, culpabilité, debriefing collectif, délinquance, dépendance, dépression, destructivité, deuil compliqué, deuil pathologique, éducation sexuelle, enfant abuseur, enfants, énuresie, éthique, équipes SOS-Enfants, famille, famille reconstituée, Familles restructurées, guerre, identité, infanto-juvénile, intervention de crise, Jean-Yves Hayez, jeux sexuels, livres, mendiants, mort, mort d'un proche, mots-clés, pédopsychiatrie, perversion sexuelle infantile, perversion sexuelle, peur, pornographie, protection, psychiatrie de liaison, psychothérapie, publications, relation de soin, réparations, réseau de santé, sanctions, secrets de famille, séparation parentale, sexualité infantile, sexualité normale, signalement, soins pluridisciplinaires, stress, SOS-enfants, suggestibilité, syndrome de stress post-traumatique, traumatisme psychique, trouble de l'endormissement, trouble du comportement, trouble psychique, urgences, violence, vulnerabilité.

Titre : Publication du professeur Jean-Yves Hayez : Actes pervers isolés et perversions sexuelles chez les enfants.