Jean-Yves Hayez Jean-Yves Hayez Jean-Yves Hayez Jean-Yves Hayez Jean-Yves Hayez
ic31

Bizarreries sexuelles, actes

pervers isolés et perversions

sexuelles chez l'enfant.

* biographie et recueil de publications scientifiques du professeur Jean-Yves Hayez.
cochez nouveautés pour voir les textes les plus récents
" La vraie trahison est de suivre le monde comme il va et d'employer l'esprit à le justifier." Jean Guéhenno.

Jean-Yves Hayez
a le plaisir de vous proposer

Page suivante    

bizarrerie sexuelle

Page suivante    


Bizarreries sexuelles, actes pervers isolés et perversions sexuelles chez l'enfant



Cet article a été publié dans la revue Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'Adolescence en 2003, 51-8, 224-232. Je vous en souhaite une bonne lecture. Vous pouvez aussi aller consulter, à la page échanges interactifs de courriel la rubrique Perversion ; j'y réponds à des préoccupations d'internautes à propos de pratiques sexuelles déviantes.


N'oubliez cependant pas que, si la vraie perversion existe, beucoup d'explorations bizarres, déviantes à laquelle se livrent enfants et adolescents ne sont que des phénomènes transitoires ... ils peuvent cependant engendrer tardivement une énorme culpabilité ... lisez à ce propos, à titre d'exemple, l'échange de courriel Culpabilité énorme chez un jeune adulte après quelques expériences zoophiles

J.-Y. HAYEZ (1)

Pourquoi cet essai ? Au fil de ma carrière professionnelle, j'ai rencontré quelques enfants et adolescents porteurs d'une solide perversion sexuelle, en étant confronté aux aléas de leur éducation et des soins à leur apporter. Quelques-uns, une quinzaine en trente ans.

Sommet d'un iceberg ou grande rareté d'une telle structure, du moins sous sa forme chronicisée ? Un des buts de cet essai est d'y réfléchir en ne tranchant d'ailleurs ni par l'angélisme, ni par la dramatisation.

Sur les forums et dans les chats d'Internet, au moins là, les langues des jeunes se délient ; même sans être assez naïfs pour croire que tous ceux qui y annoncent leurs 12 ans les ont vraiment, ni que tout ce qui s'y dit est de l'ordre du réel concret, on ne peut pas non plus faire la politique de l'autruche il y fourmille des milliers de témoignages d'un rapport - breugelhien? impertinent? inquiétant? - que les mineurs d'âges entretiennent avec une sexualité qui est tout sauf politically correct. Mors, comment la gérer quand on en découvre les signes ? Faut-il essayer d'en prévenir quelque chose ? Et si oui, comment?

Beaucoup plus souvent, j'ai été confronté au profond désarroi des parents face à des indices ou à des expériences tout à fait inattendues : que dire à ce jeune de il ans surpris dans un superbe transvestissement? Et à cet autre, dont ils découvrent - par hasard? - qu'un gros dossier de son ordinateur contient des dizaines d'images consacrées au sado-masochisme, à la zoophilie ou aux plaisirs urinaires ? C'est de toutes ces petites et grandes bizarreries dont je voudrais parler ainsi que des conduites à recommander aux parents et aux soignants, sans sourire ni diaboliser!

§ I : LE CADRE DE SEXUALITÉ DANS LEQUEL S'INSCRIT UN FONCTIONNEMENT PERVERS.

Je me centrerai sur les enfants entre 6 et 13 ans, d'intelligence normale ou avec un léger retard mental, non autistes, non psychotiques.

Lorsqu'ils sont en bonne santé mentale, ils ont des activités sexuelles d'abord assez espacées ( sexualité " récréative ") ; leur intensité augmente au fur et à mesure que s'approche la puberté, en même temps que leur forme rejoint progressivement ce que font les grands adolescents et adultes.

Plus ils grandissent, plus ils s'avèrent capables de mener leur sexualité avec une discrétion efficace, loin du regard des non- partenaires, tant par prudence que parce qu'ils adhèrent vraiment à des normes sociales et à des prescrits culturels qui le demandent.

Une seule catégorie d'activités sexuelles échappe à certains moments à cette recherche de " privé ", ce sont celles qui sont générées par l'angoisse, résultant ici d'un traumatisme introjeté, d'un vagabondage de l'imagination ou d'une organisation névrotique : alors, une certaine contrainte intérieure à faire des vérifications sexuelles ou à s'identifier à l'agresseur conduit régulièrement l'enfant à pratiquer à ciel ouvert dans un climat de tension, voire de violence.

Par contre, les activités sexuelles discrètes, menées solitairement ou en compagnie, constituent majoritairement l'expression d'un développement sexuel sain et répondent aux critères cliniques du tableau I.



Plus rarement, ce sont des activités sexuelles préoccupantes (2) : je viens d'évoquer celles qui sont générées par l'angoisse, parfois menées sous le regard d'autrui, mais parfois aussi en cachette.

Par ordre de fréquence décroissante, il y a ensuite des enfants sans retenue, précocement hyper érotisés ( hyperreactive children, Cavanagh Jonhson, 1999 ).

Viennent alors, déjà beaucoup moins fréquents, les abus sexuels, dictés par la recherche du pouvoir, puis les quêtes affectives sexualisées ( Hayez, 1999; Hayez 2004 ).

Viennent enfin les activités perverses, transitoires ou destinées à se chroniciser, qui feront l'objet de la suite de l'article.

§ II : MÉCANISMES DE MISE EN PLACE.


Il en existe trois principaux. Je les décrirai d'abord séparément puis j'évoquerai leurs combinaisons possibles et les pronostics d'évolution qui en résultent. Je terminerai par la description détaillée d'un cas.

I - Description de chaque mécanisme.

A. L'enfant découvre par hasard qu'une activité sexuelle précise lui procure un très grand plaisir ; plaisir physique local, réminiscence de plaisirs archaïques, joie de vivre qu'il fait une expérience exceptionnelle, qu'il défie les règles, etc. Il ne s'y attendait pas, mais il va très vite apprendre à reproduire celle inondation de plaisir jusqu'à parfois en devenir dépendant ( conduite addictive! ).

Par exemple, beaucoup d'enfants qui se travestissent à l'occasion, pour jouer, dans une sorte de carnaval où tout paraît possible, s'en tiennent là et n'y vivent aucune composante sexuelle ; néanmoins, tel garçon a pu éprouver une violente érection à travers des sous- vêtements féminins un peu étroits : par la suite, ce n'est plus se travestir qui l'intéressera, mais ré expérimenter ce moment de jouissance intense pour y arriver, il peut se mettre à élaborer et à réaliser secrètement un scénario, toujours quasi- identique : il passe du travestissement au transvestissement ( Chiland, 1999 ).

A l'origine de l'expérience princeps, il peut exister un pur hasard l'ennui, une opportunité externe, l'entraînement par un autre ...

Il peut également exister une motivation affective plus précise, mais qui visait un effet non pervertisseur. Je l'illustrerai bientôt avec l'étude détaillée des comportements de mibaut et en voici déjà l'un ou l'autre exemple :

- Pour abréagir ses tensions psychiques en " s'identifiant à l'agresseur ", tel enfant fille ou garçon, lui-même objet de violences, se met à molester des plus petits, physiquement et sexuellement ou à exercer des cruautés sur un animal, et un malheureux hasard veut qu'il y trouve un plaisir intense qu'il se met à cultiver.

- Pour comprendre et dominer son propre traumatisme sexuel, tel préadolescent se met à cyberdraguer de louches internautes sur des salons de chat du genre " Maître cherche lope " ... et il éprouve beaucoup de plaisir à jouer la lope, au point de passer du monde médiaté de l'écran à celui des rencontres incarnées.

Lorsque cette recherche d'un plaisir fort s'amplifie, au moins deux mécanismes de régulation contraires peuvent intervenir :

- Des Instances Intérieures essaient parfois de s'y opposer avec une intensité variable ( système de valeurs; Idéal du Moi et Image de Soi; Sur-Moi plus archaïque; intelligence et refus d'une dangereuse anormalité, etc. ) : personne n'entre dans la perversion comme dans un tout ou rien! Si l'on a la chance et la disponibilité intérieure de bien écouter l'enfant, on constate souvent que, préoccupé, il se pose et pose la question : " Suis- je normal? Vers où vais je ? ".

- Des voix extérieures peuvent par contre encourager le même enfant à être lui-même (« You want it? Just do it ! »), jusqu'à la déviance et sans se soucier de l'effet produit sur autrui. C'est ce qui se passe, par exemple, dans bien des cyberforums et chats entre jeunes - lieux arrosés, il est vrai, par quelques adultes zélateurs - : les petites perversions, celles qui ne mettent pas en question les Lois Naturelles, sont banalisées et encouragées.

Ainsi, Mike ( 14 ans ) qui y écrit : " I sometimes think that I am a freak because for some reason I am very attracted to boys' feet. If there is a barefoot boy somewhere, I have to look at his feet and toes. Or even if they are wearing sandals, I have to look. I think boys feet are so cute but don't know why I have this kind of attraction for their feet. Is this normal? " ... reçoit ensuite de plusieurs correspondants de tous les âges des réponses dont la synthèse est : " Ce que tu décris, Mike, c'est le fétichisme des pieds ... et pourquoi pas ? Des tas de jeunes le vivent. Sois toi-même ".

B. Il existe également des applications précoces de l'hypothèse freudienne classique centrée sur l'angoisse d'une rencontre intime, le refoulement puissant et le déni. On s'en convainc très raisonnablement en écoutant des adultes parler en psychothérapie, mais il est plus difficile d'en étayer cliniquement l'existence lorsque l'interlocuteur est un enfant.

Ici, lors de la petite enfance, à l'époque de phases d'investissement primitif puis oedipien des parents, il surgit des angoisses très fortes autour de la rencontre interpersonnelle de l'autre, affective et corporelle : le corps des parents, surtout de la mère, pourtant désiré, est aussi vécu comme effrayant; la scène primitive également. L'enfant refoule radicalement et ce qu'il s'en représente et ses désirs d'une rencontre intime avec cet autre si étrange.

Ce refoulement est intense, stable et le protège de l'angoisse à l'avenir. Et l'enfant met au point des fantasmes et des comportements dénégateurs-compensateurs où s'exercent surtout des pulsions partielles; malheureusement en référence aux conséquences sociales, ils sont source de plaisirs forts.

ILL 1. Voici la question qu'une maman posait dans un journal pour parents. Il n'est pas exclu, justement, que son petit garçon vive une grande envie et une terreur à l'idée - inconsciente - d'une rencontre infinie avec elle; peut-être cette maman a-t-elle induit trop de culpabilité autour de la sensualité oedipienne, en référence à son éducation ...

" Un jour, dans la salle de bain, je surpris mon fils de 6 ans ayant ligoté sa soeur, âgée de 3 ans, à une chaise avec une ceinture. Très excité, il sautait de tous côtés, nu comme un ver, le sexe en érection. Je fus, je l'avoue, assez surprise par cette scène inusitée. Je ne l'ai pas grondé mais je lui enjoignis de ne plus jamais attacher sa soeur de la sorte. A cela, il me répondit: " Mais elle aime ça! ".

Le lendemain, étonnée par un calme inhabituel, celle maman alla jeter un coup d'oeil dans la chambre de son fils. Quelle ne fut pas sa surprise de trouver l'enfant dans le même état que la veille, mais cette fois, face à toutes ses peluches ligotées les unes aux autres.

Poursuivant, la mère dit: " Je n'ai pas pu m'empêcher d'être très saisie par la scène. Dans mon éducation, tout ce qui touchait à la sexualité était tabou ". Sans doute mon fils a-t-il perçu mon trouble car, prestement, il cacha ses peluches dans son sac à jeux situé sous le lit. D'un air faussement banal, il me dit: " Laisse-moi maman, je jouais un peu! ".

ILL 2. Et que dire de ce jeune adulte solitaire, très timide avec les filles, et qui décrit sa relation avec sa mère comme " glacée ".

Il est très malheureux de ce qu'il appelle la stagnation de sa sexualité. Elle n'est que masturbatoire, et une bonne partie du temps, consacrée à la masturbation anale avec des objets. " J'ai commencé à 9 ans ", dit-il. " J'avais trouvé une revue porno où une femme se masturbait le vagin à plusieurs doigts. Peut-être que j'ai voulu l'imiter, mais le lendemain, je m'entrais le goulot d'une bouteille (3) dans le derrière. Et j'ai toujours continué " .

C. Autre mécanisme souvent évoqué, surtout par la psychanalyse lacanienne, c'est le désir de bafouer les lois, depuis les simples règles sociales et prescrits culturels jusqu'aux Lois naturelles.

- Dans sa forme la plus radicale, ce désir de bafouer, souvent subtilement exprimé, est sans limites; il inclut donc la destruction morale et parfois même physique de l'autre. Souvent, l'on constate qu'au moins un parent, plus fréquemment la mère, encourage cette manière d'être où la volupté suprême, c'est d'être anarchique.

Bien que l'illustration en soit un peu sommaire, on se souviendra de la mère et de la soeur aînée de Malagnac, le mettant en contact avec Roger Peyrefitte à l'âge de 12 ans, pour qu'il fasse la connaissance d'un monsieur qui écrivait si bien sur les jeunes adolescents. Trois heures après, il conversait nu au lit avec l'alerte pédéraste, après une sieste dominicale agitée ...

- D'autres parents, porteurs de conflits psychiques mal liquidés, peuvent avoir comme une envie inconsciente de vivre telle ou telle pulsion partielle par la procuration de leurs enfants. Face à une activité déviante, ils envoient donc un double message, voire ne la répriment pas du tout.

- Parfois, c'est plus ciblé et indépendant des encouragements des parents lors d'une mauvaise passe, lors d'un moment de haine particulièrement fort contre les adultes, lors d'un moment de solitude mal supporté (4) , tout enfant peut avoir le désir de s'étourdir, de se venger, et peut-être de s'auto- détruire, en faisant l'expérience de ce qu'il sait être le Mal.

- Mais il y a peut-être plus " banal ", qui a à voir avec l'augmentation de l'hédonisme ( Lazartigues, 2002 ) et des conduites addictives dans l'ensemble de la population (5) , le recul et l'émoussement des normes sociales et familiales, couplé à des incitations omniprésentes à la consommation, font que beaucoup ne se sentent plus contenus par un Père social fort; pour consommer du plaisir, ils se donnent donc le droit de faire n'importe quoi; si l'on retenait les leçons de l'Histoire, on se souviendrait que c'est ainsi qu'ont commencé la décadence puis la mort de bien des civilisations!

Si vous faites entrer le mot-clé « infantilisme » sur un bon moteur de recherche du web, vous verrez que des milliers de personnes vivent une partie de leur temps déguisées en bébés, s'oubliant dans leurs langes, se donnant ou se faisant donner des biberons, avec ou sans tripotages sexuels associés ... ils échangent des considérations sur leur histoire et leurs manies dans des forums spécialisés, constituent des couples symétriques ou complémentaires, hétéro ou homo ... un psychologue infantiliste intellectuellement bien doué leur explique qu'il ne s'agit pas d'une perversion, mais d'un épanouissement génétique et leurs témoignages écrits révèlent que pour une partie des personnes concernées, les premiers vols et poses secrètes de langes ont commencé à partir de 7,8 ans.

II - Combinaison de ces facteurs et évolution de l'organisation perverse.

      Le facteur A existe souvent à lui tout seul; c'est probablement alors que le risque de maintien de l'activité perverse est le plus faible. L'enfant est davantage libre intérieurement et sa créativité lui trouve d'autres sources de plaisir.

      Lorsque le facteur B existe, le facteur A souvent s'y ajoute souvent secondairement. Le risque de chronification est grand, surtout si des attitudes externes de l'entourage persistent à montrer que la rencontre intime avec l'autre est dangereuse.

      Lorsque le facteur C existe, le facteur A vient également souvent le compléter. Le risque de chronification est surtout lié à la complicité subtile de l'entourage ou à la solitude perdurant et discrètement mal supportée par l'enfant.

      Donc, ce dernier risque existe bel et bien. Toutefois, même alors, l'envahissement par le projet pervers est variable.

      A la limite inférieure, et sans doute principalement en référence au mécanisme A, on peut dire qu'il y a des composantes perverses mineures qui se préparent dès l'enfance et demeurent observables dans le discours et le comportement sexuel de chacun ( Bokanowski, 1995, p. 1416 ).

      A l'autre extrême, le plus touché, le besoin de réaliser l'activité perverse est contraignant; toute autre forme de sexualité est exclue et la vie quotidienne est invalidée par la tyrannie de la perversion.

      On ne devrait se référer à la dénomination " perversion sexuelle ( effective )" chez l'enfant que lorsque existe une certaine chronification et un envahissement important de son énergie psychique par la déviance. Sinon, même s'il s'agit structurellement d'un fonctionnement pervers momentané ou limité, on protège l'enfant socialement en restant vague dans l'étiquette que l'on attribue à celui-ci.

III - Une illustration détaillée.

      Thibaut relève très probablement d'une combinaison des mécanismes A et C. Sur l'insistance de ses parents, il finit par accepter de me rencontrer à 13 ans 1/2 à cause de difficultés d'endormissement tenaces ( elles le tiennent souvent éveillé jusqu'aux alentours d'une heure du matin ) et qui retentissent sur la qualité de sa vie diurne. Un bilan organique n'a rien mis en évidence.

      Petit à petit patiemment nous parviendrons à nous apprivoiser mutuellement lui et moi. il se mettra alors à parler très personnellement, comme moi face à lui. Et entre autres, il me confiera le mélange de préoccupations, de surinvestissement et d'excitation que lui cause sa vie sexuelle. Parfois, quand c'est trop difficile, il demandera a s'expliquer par e-mail; je marquerai mon accord sous réserve qu'on en reparle de vive voix à une séance suivante.

      Il a maintenant presque 16 ans. Souvent il parle avec beaucoup d'intelligence sensible de lui, de sa famille et des autres. Sur le plan affectif et sexuel, il me dit que le grand rêve de sa vie c'est de rencontrer une fille juste un peu plus âgée que lui qu'il ne se ramasse pas un râteau, qu'ils s'aiment et qu'il lui fasse l'amour la première fois en " assurant " la durée d'un morceau des Pink Floyds sur fond duquel " ça " se passerait ( superbe, ce fantasme ... le morceau dure 26' ! ). Il me dit qu'il est un brave type, bon mais timide, et que d'ailleurs son problème avec les filles, c'est qu'il n'ose pas bien les aborder. Il m'ajoute que, même s'il se fait des délires dégueu dans sa tête, jamais, pour du vrai, il ne ferait du mal à une mouche ...

      Et pourtant une bonne partie de sa vie sexuelle, il la passe, tel un petit Méphisto, à jongler avec le plaisir et la douleur, à composer et recomposer fantasmes et sensations sadiques pour finalement en demeurer le maître. Voici comment il en parle :

- ( Vers 14 ans ) « Ma première sensation, j'avais 7 ans; on devait descendre d'une corde à la gym; ça me faisait mal quand ça frottait ... euh, où tu sais; et en même temps, je crois que ça me faisait déjà triquer (6) et jouir " ; je crois qu'après, j'ai toujours voulu mélanger les deux : avoir mal et m'exciter ... euh, qu'est-ce que t'en penses, toi? ".

Ce que j'en pense, je ne vous le dirai pas. Il est probable que Thibaut abhorre et chérit à la fois ses souvenirs, fantasmes et expériences actuelles perverses. Il est probable aussi qu'il est ambivalent quand il m'en parle en thérapie : Souhaite-t-il que je l'aide à s'en débarrasser ou que je jouisse avec lui? Je crois qu'il ne le sait pas lui-même, d'un savoir certain! Ce qui lui conviendrait le plus, c'est que je lui dise qu'il est normal, que je lui donne des trucs pour réussir avec les filles, mais que je ne condamne quand même pas définitivement tous ses petits plaisirs raffinés ...

- Un peu plus tard, il me dit: " Chez une vieille, j'avais lu, je devais avoir 10 ou 11 ans, toute une analyse de la Passion ( N.D.A. : du Christ ): on expliquait que les romains avaient des fouets avec des billes de plomb pour faire plus mal; la souffrance sur la croix était détaillée ( etc. ) ... c'est juste après que j'ai vraiment commencé à me branler ...". "Je me souviens aussi d'une grenouille de bénitier qui nous faisait les cours et prenait un malin plaisir à nous décrire les supplices des martyrs ...".

- A 14 ans et 10 mois, il demande à m'écrire sur e- mail un acte commis à 14 ans 1/2 et dont l'évocation le rend particulièrement honteux : Alors qu'il est seul à la maison, Thibaut feuillette la documentation " Amnesty International " de sa mère, qui y milite (7) , à la recherche des secrets de celle-ci et d'un peu d'excitation... Mais ce qu'il trouve le stimule particulièrement : " Tu connais certainement cette photo ... je l'avais vue sur un bouquin de ma mère et j'avais été vraiment impressionné ... d'abord parce que c'est un contact brutal avec la torture : quelqu'un de nu, un sac sur la tête, des sacs de sable sur le dos, sur un chevalet ... simple, donc pourquoi pas essayer ...". ( Il le fait en se mettant nu, à cheval sur un balai horizontal ) " ... Je me suis branlé et l'éjac. a été la plus forte que j'ai jamais connue ...

Or, ce qu'il me déclare le tracasser passablement, c'est que depuis lors son intérêt pour les images et histoires sadiques du web a " explosé " et elles deviennent le stimulant nécessaire de ses masturbations. Et il a peur de ne plus être normal et encore plus de passer à l'acte.

- Vers 15 ans, il frôle ce passage à l'acte : il a chatté avec un adulte proche de son domicile ( un infirmier! ), adepte du SM et qui l'invite chez lui à une petite " partie de plaisir " jouée à deux. A la dernière minute, la prudence rattrape Thibaut et il ne va pas au rendez-vous fixé. En outre, ajoute-t-il : " Y avait autre chose; j'ai pas envie de pas être normal; mes délires, ça doit être seulement dans ma tête ".

- Nous discutons longuement de la place et du sens de la sexualité dans la vie; je lui demande d'encore bien réfléchir à ce que lui apportent ses vécus sadiques, et à une possible prise de distance par rapport à eux; nous travaillons autour de la dimension " addiction " et ses dangers; j'attire son attention sur l'importance " d'entraîner " ses fantaisies sexuelles vers plus d'orthodoxie s'il veut réaliser son grand rêve ( souvenez-vous, envoyer une fille au septième ciel dans les volutes musicales des Pink Floyds ... ).

En alternance avec ces séances parlées, il m'envoie plusieurs e-mail dont voici l'un ou l'autre extrait significatif : " Et ça c'est MA conception du SM : un voyage aux frontières floues du plaisir et de la douleur MAIS on reste dans le plaisir ! ... Comment atteindre 7 frontière? " "On peut remarquer aussi que dans le langage populaire, jouir est synonyme de douleur ... qq. qui a eu très mal, dira : j'ai bien joui ... chez le dentiste, par exemple ... je pense aussi que l'orgasme est une association de douleur et de plaisir ...".

- Alors, " complètement pervers ", Thibaut ? Bien accro, en tout cas; ennuyé quand même à l'idée de ne pas être normal; compartimentant encore sa vie et menant parallèlement des activités scolaires et sportives satisfaisantes ( mais des sports solitaires, type natation et ski ); résistant de toutes ses forces à la tentation de passer à l'acte et pas sans morale quand il s'agit de penser la place de l'autre. C'est donc sur un morceau de discours social que je vais vous laisser, même s'il est exprimé en langage rude. Il achèvera de vous plonger dans l'incertitude à propos de ces formes modernes de perversion où une certaine solitude, Internet, l'émoussement général des normes et le droit que l'on stimule chez chacun pour qu'il se réalise urbi et orbi jouent un rôle aussi important que les mécanismes psychopathologiques classiques déjà décrits.

A 15 ans et 6 mois, il me dit : " J'ai un petit cousin qui a 12 ans; à cet âge-là normalement on commence à se branler ... eh eh ( petit rire entendu ); eh bien je vais pas lui dire qu'il peut faire mumuse comme moi je fais (8) ; C'est ce qui doit me distinguer d'un pédophile : chacun est libre de faire ce qu'il veut et à l'âge où il le sent ! Mais même si on a un intérêt pour le sexe, on n'a pas forcément envie de faire l'instit du sexe pour les gamins ... ".
... CQFD!

§ III : COMPORTEMENTS INDICATIFS DE L'ACTIVITE PERVERSE.


      Pour spéculer prudemment quant à l'existence d'un fonctionnement pervers, il est important que les indicateurs que je vais énumérer soient majoritairement présents. Sinon, il est probable que l'on a à faire à une phase du développement où l'enfant se livre à quelques bizarreries sexuelles de signification plus banale. Voici ces indicateurs :

I - La forme de l'activité sexuelle est souvent bizarre,

éventuellement archaïque. Elle est " hors attente culturelle ", " hors normalité statistique " de ce que sont le développement et les intérêts sexuels d'un enfant de l'âge concerné et même d'un enfant précoce. Elle choque l'adulte témoin par son étrangeté.

En voici l'un ou l'autre exemple, loin d'être exhaustifs :

- Garçons ou filles qui font du sexe avec des animaux, notamment leur chien ou leur chat;

- certains transvestissements très élaborés, avec port permanent de sous-vêtements de l'autre sexe, strip-tease masturbatoire, etc.

- les fétichismes ( avec des objets; portant sur des parties du corps, etc. ); la collection d'images porno très spécialisées accessibles sur le Net;

- l'infantilisme dont il a déjà été fait mention

- le sadisme ( envers les animaux, les plus jeunes ) ou le plaisir de se faire mal ou celui de jouer avec la combinaison plaisir- souffrance, par exemple dans la zone génitale;

- l'entraînement de beaucoup plus jeunes dans des activités sexuelles.

      Néanmoins, il existe des faux positifs sur lesquels je reviendrai plus loin : un certain nombre d'activités bizarres sont générées par des mécanismes banaux comme la curiosité, la réassurance, le besoin d'avoir de la compagnie ( même celle très intime de son chien ), le désir de défier les normes, etc ...

      Il existe aussi des faux négatifs : des activités sexuelles de forme génitale peuvent résulter des mécanismes d'installation tout juste décrits et répondre aux autres critères cliniques que nous allons passer en revue. Alors, elles sont perverses!

Par exemple, certaines masturbations à haute fréquence ne signent pas une compulsion anxieuse, mais s'avèrent plutôt des conduites addictives, centrées sur le culte de l'organe génital.
Dans le film Kids ( L. Clarck, 1995 ), le " besoin " du jeune Telly de " tomber " des jeunes vierges les unes après les autres est tout à fait pervers.

II - Intense est l'ensemble du plaisir vécu

lors de la préparation de l'activité, de sa réalisation et via les fantasmes qui raccompagnent et la suivent. C'est principalement un plaisir érotique, à son acmé dans les zones concernées par l'activité et diffusant dans tout le corps (9). S'y adjoignent des joies plus " spirituelles ", comme celle de défier et de transgresser, de faire quelque chose d'exceptionnel ou même parfois celle de se vautrer dans la boue ( Stoller 1985 ).

      Inversement, l'enfant ne vit aucune angoisse profonde à propos de son acte ... peut-être, inconstamment, un peu de peur raisonnable d'être attrapé par le gendarme. Il ne ressent non plus aucune culpabilité. Néanmoins, il peut se sentir humilié et honteux s'il est pris.

III - L'acte pervers est vécu comme important

par l'enfant, partie significative de son projet sexuel du moment. Il n'est même pas impossible qu'il le positionne au fil du temps comme son constituant le plus important. Il en découle la mise en place d'indicateurs comme :

- Une contrainte intérieure plus ou moins forte, épisodique ou permanente, à répéter l'acte. Ce sentiment de contrainte est proche de l'état de manque vécu par le toxicomane; ça n'a rien à voir avec le débat intérieur que vit le névrosé à l'idée de commettre un acte que son Sur-Moi interdit. Freud parle à ce sujet de « la tyrannie bien organisée d'une pulsion partielle : une des tendances partielles de la sexualité a pris de dessus et se manifeste soit seule, à l'exclusion des autres, soit après avoir subordonné les autres à ses propres intentions ».

- Une collaboration active de l'intelligence pour asseoir le projet pervers, et par exemple :

- Peaufiner le scénario; le sophistiquer de plus en plus autour de son noyau central immuable (10). ;

- tromper les parents et l'entourage ; installer un secret bien barricadé; mentir sur la volonté de changer ...

IV - Quand un ou des autres sont impliqués,

ils ne comptent pas fondamentalement comme êtres humains, mais comme sources de jouissance pour l'initiateur. Ces " partenaires " sont susceptibles d'avoir tous les âges de la vie.

      Eventuellement, l'initiateur fait violence physique sur eux ou les trompe pour les attirer dans ses filets. Il ignore leur éventuelle souffrance physique ou morale, voire ... il en jouit encore un peu plus!

      Lorsqu'il y a consentement, il n'y a néanmoins pas vraie réciprocité. Pas de partage attentionné du plaisir ! Chacun joue son scénario et recherche son plaisir pour son propre compte, mais a besoin de l'apport complémentaire instrumental de l'autre, sans considération pour ce que celui-ci vit.

      Le tableau I compare les caractéristiques cliniques des activités sexuelles normo-développementales et de celles générées par un fonctionnement pervers. ( voir doc. II joint).
Note du webmaster: ce document manque ... je le cherche.

§ IV : QUESTIONS DE DIAGNOSTIC ET DE DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL.


I - Il reste malaisé de découvrir les faits et de recueillir des éléments d'information.

      L'enfant réalise le plus souvent sa bizarrerie ou sa perversion en grand secret. Le reste de sa vie, il donne le change par un comportement qui n'a rien de spécifique. Une fois découvert, il jure que c'était la première fois, qu'un autre l'a entraîné et qu'il ne recommencera pas, et la majorité des parents a tendance à gérer son malaise vécu en le croyant sur parole, en minimisant la signification de ce qui s'est passé et en déniant la possibilité de récidive. Donc, les parents n'adoptent pas facilement la position de vigilance que je recommanderai par la suite.

      Lorsqu'il s'agit de décrire ce qu'il a fait et vécu, l'enfant commence donc souvent pas se bloquer ou par mentir. Cette attitude s'explique par sa prudence, sa honte du moment, les limites réelles de sa capacité à s'introspecter mais aussi, pour les plus accros, par l'intuition immédiate qu'il faut gérer la situation de manière telle que les adultes en sachent le moins possible et que la récidive soit possible.

      Or un discours authentique du sujet est un élément-clé pour un diagnostic précis!

II - Nous sommes et demeurons souvent bien incertains!

A. A supposer que nous soyons tombés de façon indubitable

sur une activité sexuelle bizarre et que l'enfant fasse même quelques commentaires plausibles à son sujet, il n'en reste pas moins que ces bizarreries se répartissent en trois catégories, en référence à la dynamique intra- psychique en jeu et à leur déroulement dans la durée :

- Comportements souvent transitoires, résultant de dynamiques variées mais non-perverses

Par exemple et même si cela parait choquant, un petit animal de compagnie peut être utilisé à des fins de tendresse et de contact sexuel, en préfiguration de ce que sera la rencontre de l'autre ...

Telle fille pense progressivement à faire l'amour avec un garçon, mais, faute d'occasion, emprunte les boxers d'un grand frère qui servent d'accessoires à ses masturbations.

- Les comportements relevant d'une organisation perverse, mais transitoire : le comportement meurt de sa belle mort après une seule fois ou une " mauvaise passe " de brève durée ( 2-3 mois ). Plutôt que d'organisation, il aurait peut-être mieux valu parler de " conjoncture bio-psycho-sociale défavorable " où des éléments intra-psychiques et relationnels se sont renforcés les uns les autres pour aboutir à des résultats momentanément pervers.

- Les comportements répétitif et durables relevant d'une organisation perverse qui se perfectionne, se ridigifie et se chronicise.

B. Ce n'est pas à partir de leur forme externe

que l'on différencie les bizarreries sexuelles " simples " de celles qui sont perverses. C'est surtout :

- En référence à l'absence ou à la présence des autres critères cliniques qui ont été évoqués.

On sera notamment attentifs à la stratégie avec laquelle l'acte était préparé et construit, qui peut évoquer ou non la recherche intelligente d'un plaisir raffiné; et il y a aussi la récidive et la persistance, malgré promesse faite par l'enfant de ne plus recommencer dans le cadre d'un dialogue serein; l'ancienneté de l'installation; l'intelligence avec laquelle il trompe la vigilance des adultes pour y revenir.

- En référence à une écoute soigneuse et sans a priori de l'enfant et de sa famille, qui permet parfois d'avancer des hypothèses plus précises sur les mécanismes à l'oeuvre.

- Complémentairement, l'apparition de formes plus mûres d'activités et de relations sexuelles, peut prudemment rassurer.

§ V : ÉDUQUER ET SOIGNER S'IL LE FAUT.


Voici cinq catégories d'attitudes susceptibles de favoriser la maturation sexuelle de cet enfant préoccupant. Elles concernent les parents (P), d'autres membres adultes de la communauté, en position informelle d'éducation ou d'enseignement (A), ainsi que les psy dans leur fonction de diagnostic (D) ou de psychothérapie (T).

Elles concernent ces personnes en ordre principal (+++), au même titre d'autres (++) ou accessoirement, en surcroît d'autres fonctions plus centrales (+).

I. Observer le comportement de l'enfant, avec vigilance et discrétion, sans dramatisation, sans paranoïa, mais également sans ingénuité ni effritement (P+++ ; A+ ; D et T ++) (11). .

II. Faire retour sur soi en tant qu'adulte ; chercher à comprendre le sens de la sexualité pour soi et la nature de certains messages que l'on envoie à l'enfant; essayer de les modifier au besoin (P+++, avec l'aide de T; D et T++, lors de supervisions ). Il faut vérifier, entre autres, si l'on n'a pas véhiculé une image trop angoissante de la rencontre sexuée, si l'on ne pousse pas l'enfant au défi des lois ou si l'on n'est pas trop ambivalent dans la régulation de ses comportements sexuels.

III. Dialoguer avec l'enfant, à propos de son comportement problématique et de la sexualité en général; dialoguer aussi à propos de lui, de ses richesses, questions et problèmes (P+++ ; A+ ; D+++ ; s'il s'ensuit une psychothérapie, T+++ ).

A. Encourager la parole de l'enfant et commencer par accueillir sans critiques ce qu'il dira éventuellement (12) . On n'y arrive pas sans art de l'apprivoisement et rarement en une fois ... mais on n'a pas le choix et l'on doit donc viser à ce qu'il parle de :

- son activité sexuelle problématique : Peut-il la raconter brièvement? Comment l'idée lui en est-elle venue ( rôle éventuel d'autres, d'Internet, etc. )? L'a-t-il déjà fait auparavant? Si un ou des autres y étai(en)t impliqué(s), quelles interactions y a-t-il eu avec lui ( eux )? Qu'y trouve-t-il de bon pour lui ? Qu'en pense-t-il ? Etc.

- d'autres dimensions éventuelles de sa vie sexuelle, à faire préciser dans le même état d'esprit;

- d'autres dimensions de sa personne, ses richesses, problèmes, joies, soucis, intérêts, etc ...

B. Lui donner du répondant; témoigner verbalement, donner des informations, nous aussi, à propos de la sexualité; en général, la nôtre et la sienne. Parler du sens que nous y voyons, de la place du plaisir, de celle de l'autre, du territoire qu'elle est susceptible d'occuper dans toutes les activités de la vie, etc.

Sur ces terres parfois bien torturées des vécus sexuels de l'enfant et de l'adolescent l'engagement verbal du thérapeute, à la fois précis, sincère et délicat n'est ni facile ni impossible ... il aura d'autant plus de répondant qu'il s'y montre porteur d'idées personnelles, ni « coincé » ni agent d'un prosélytisme ni d'un voyeurisme troubles, et capable de porter des confidences entre son jeune client et lui, sans tout de suite avoir mal au ventre parce que les parents ou le proc. ne sont pas informés!

Alors, souvent l'enfant ou l'ado commencera par des coups de sonde et finira par partager ses vraies préoccupations sexuelles, qui le rongent parfois intensément ...

Et sans le brusquer, on connaîtra alors la joie de le faire réfléchir et de l'amener à décider par lui-même de formes bien sociables de sa vie sexuelle.

      En parlant passablement beaucoup de sexe avec moi, Julien ( 17 ans ) a fini par se convaincre de ne plus agrémenter ses masturbations grâce à des plaisirs « électriques-basse tension » inspirés par des dizaines de sites web pervers ... un jour, entre deux entretiens, j'ai la joie de recevoir l'e-mail suivant : « Savez-vous que j'ai failli craquer et reprendre mes exp. électro ? Après une journée chiante à la boîte ( NB. son école ) j'avais besoin de sensations fortes ( il explique les déboires et l'ennui de sa journée ) ... et j'ai eu envie d'un petit montage hard ... que je me suis interdit, donc j'ai été me défouler en soulevant de la fonte ... j'ai été à la muscul ! »

Quelle joie pour un thérapeute, ce mail! Julien s'interdit tout seul de s'auto-dégrader; il vise à cultiver positivement son corps plutôt que de mettre ses spermatogonies en péril et il a trouvé tout seul l'idée de s'épuiser dans la musculation là où certains manuels de sexologie béhavioristes se limitent à proposer une masturbation à toute allure et sans fantasmes pour oublier une envie perverse ...

C. S'efforcer de convenir avec l'enfant d'engagements concrets à propos de ses pratiques sexuelles à venir ( et parfois, d'autres dimensions de sa vie ).

D. Si l'on constate une souffrance sexuelle ou une souffrance morale plus générale, on peut lui proposer de continuer ces entretiens par une psychothérapie : à l'intérieur de celle-ci, on veillera à questionner de temps en temps son évolution sexuelle, sans pourtant le réduire à sa sexualité et donc en s'intéressant à lui en général.

S'il n'y a pas souffrance ou que l'enfant ne souhaite pas de psychothérapie, on lui demandera de se présenter à des entretiens d'évaluation espacés ( par exemple tous les deux mois ), un certain temps ( par exemple deux ans ).

IV - Interdire clairement et sereinement toute récidive de la pratique sexuelle préoccupante.

C'est essentiellement l'affaire des parents ( P+++ et A+ ) si la pratique ne portait que sur une transgression des normes socio-familiales ou de prescrits culturels : " Chez nous, on ne réalise pas sa sexualité de cette manière-là; si tu veux faire du sexe, tu peux ...".

Si, en plus, il y a eu transgression des Lois Naturelles ( par exemple, violence sur autrui; entraînement d'un tout petit ), l'interdiction doit émaner de tous, et se formuler de façon plus radicale (" Un être humain ne fait pas ce que tu as fait là "); elle gagne même à s'accompagner d'une exigence de réparation concrète ou d'autres sanctions si elle s'est accompagnée de la destruction morale d'autrui.

V - (P+++ ; A++) Il reste à veiller à ce que :

- la présence concrète et spirituelle des adultes soit plus " forte " dans la vie de l'enfant;

- l'attractivité de son quotidien soit bien réelle : Présence de sources variées de plaisir et de possibilités de réalisation de soi qui intéressent l'enfant ; soutien de leur réalisation.


Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be



- Notes. -


(1). J.-Y. HAYEZ, pédopsychiatre, docteur en psychologie, premier chef de l'unité de pédopsychiatrie et coordonnateur de l'équipe SOS Enfants-Famille, Cliniques universitaires Saint- Luc,10 avenue Hippocrate, B-1200 Bruxelles - E-mail : jyhayez@uclouvain.be

(2). Préoccupantes en référence à l'évaluation faite non par une personne isolée, mais par la majorité des adultes sereins qui auraient à les connaître. Alors, elles seraient soit simplement pathologiques, soit pathologiques et mauvaises lorsqu'elles violent les Lois naturelles.

(3). Vous connaissez, n'est-ce pas, ce soda d'importation à la couleur noirâtre, vendu dans des petites bouteilles qui ont la forme stylisée d'un corps féminin?

(4). Eh oui, ces enfants soit-disant mûrs, qu'on laisse trop seuls parce que papa et maman ne sont pas disponibles, qui ne peuvent pas se permettre de protester et qui se vivent vaguement désinvestis ... ils peuvent vivre pas mal d'amertume secrète et de désir de se venger! Et les voici qui occupent salement leur mercredi après-midi, entre se faire lécher par le chien de la maison, tripoter la petite soeur dont ils ont la garde ou collectionner les " pics les plus crades " ( = les images pornographiques les plus dégradantes ) qu'ils trouvent à la pelle sur les sex-shops du web.

(5). par exemple : cyberdépendanoe, tabagisme, substance abuse, etc ...

(6). Un des nombreux termes populaires qui désigne l'érection.

(7). Apparemment, les parents de Thibaut sont sans histoires et à mille lieux de se douter des préoccupations sexuelles de leur fils; on ne peut néanmoins pas ne pas s'interroger sur le choix de sa mère de s'occuper d'A.I.! Quelque chose, en elle, incite-t-il subtilement la composante sadique existant chez son fils ( mécanisme C )? Par ailleurs, Thibaut est très attaché à sa mère; en jouant le rôle des prisonniers chéris par celle-ci, a-t-il voulu, inconsciemment, rivaliser avec eux et capter son regard admiratif? Va savoir! Mais si c'est le cas, on est bien dans le cadre du mécanisme A - ici la réalisation d'un désir oedipien - qui provoque un plaisir énorme et qu'il cherche à reproduire.

(8). Référence à ses " délires " sadiques.

(9). Les zones traditionnellement érogènes sont donc souvent engagées, mais des plaisirs corporels plus diffus peuvent exister, comme cet étrange plaisir masochique, possible mais rare chez l'enfant. Quand on y est confronté, on a l'impression qu'il existe deux variantes du masochisme :

- chez certains, c'est une recherche active et précise d'un dosage optimal plaisir-douleur dans l'activité sexuelle : à 13 ans, tel préado a trouvé sur Google comment s'envoyer de l'électricité basse tension dans le sexe et y goûter un plaisir " raffiné " ;

- chez d'autres, le masochisme vient s'ajouter à ce qui était d'abord souffrance morale ou physique dans la relation; l'enfant, ici, provoque ses bourreaux pour qu'ils le laissent à nouveau souffrir-jouir.

(10). N'est-ce pas parce qu'il existe une sorte d'accoutumance?

(11). Ceci pose de délicates questions à propos de la confidentialité; décisions à prendre au cas par cas ...

(12). C'est le moment de se souvenir de la vénérable distinction faite par K. Rogers entre l'acceptation et l'approbation.


Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be



BIBLIOGRAPHIE.

BOKANOWSKI T.,
Les déviations sexuelles et la question des perversions sexuelles, 1413-1436, in Lebovici S., Diatkine R., Soulé M., Traité de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, 2e éd., Paris, PUF, 1995.

CAVANAGH JONHSON T.,
Understanding your child's sexual behaviour, Dakland, New Harbinger public., 1999.

CHILAND C.,
Le sexe mène le monde, Paris, Calmann-Levy, 1999.

HAYEZ J.-Y.,
Sexualité des enfants en âge d'école primaire, Perspectives psychiatriques, 1999, 38-4, 289-299.

HAYEZ J.-Y., ( sous presse )
Les 6-13 ans, leur vie sexuelle et leurs parents, Paris, Odile Jacob ( fin 2003 - début 2004 ).

LAZARTIGUES A.,
La famille contemporaine " fait-elle " de nouveaux enfants? Neuropsychiatr. Enfance Adolesc. , 2001, 49, 264-270.

STOLLER R.,
L'imagination érotique telle qu'on l'observe, Paris, PUF, 1985.


Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 

RESUMES.

Résumé en français.

Résumé

Dans cet essai, l'auteur fait le point sur les perversions sexuelles chez l'enfant. Les comportements sexuels bizarres, isolés ou répétés, qu'il arrive à celui-ci de poser, méritent d'être pris en considération avec prudence et sans a priori. Certains de ceux-ci ont une signification banale et s'avèrent transitoires. Pour d'autres, on peut faire l'hypothèse d'une organisation perverse en voie d'installation.

L'auteur en rappelle quelques grands mécanismes socio- psychopathologiques, les signes cliniques spécifiques et comment les différencier d'une sexualité normo- développementale.

En mettant en suspens l'établissement d'un diagnostic de certitude, il suggère enfin comment éduquer et parfois soigner ces enfants à la sexualité ( momentanément ) bizarre.

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir.



Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 

Résumé en anglais : Summary.

The author goes through the field of children's sexual perversions. Children's bizarre sexual acts, either single or repetitive, ought to be considerate cautiously and without a priori. Some are common, healthy and transient: they constitute signs of a normal sexual maturation. others express the progressive installation of a perverse socio- and psychodynamic organization.

The author aims to describe what types of mechanisms lead to sexual perversion, which clinical signs are specific and how to differentiate normality and pathology. He finally suggests how to bring up and help children with bizarre sexual activities.

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir.



Retour au menu princeps.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 

Résumé en espagnol : Resumen.

N.B.  (N.B.)

Actos sexuales extranos, actos perversos aislados y perversiones sexuales en el niño.

En este articulo, el autor discute lo de las perversiones sexuales en el niño. Los comportamientos sexuales extranos, aislados y aun mas repetitidos, que unos ninos generan, merecen tenerse en cuenta con prudencia y sin a priori. Algunos de éstos tienen un significado banal y resultan transitorios. Para otros, se puede hacer la hipótesis de una organización perversa en curso de instalación.

El autor esbosa algunos mecanismos socio - psicopatológicos que explican este tipo de sexualidad, las señales clínicas específicas y cómo diferenciarlos de una sexualidad de desarrollo normal.

Al poner en suspenso el establecimiento de un diagnóstico de certeza, sugiere finalmente cómo educar , curar ( eventualmente ) .y ocupar a veces estos niños cuyos la sexualidad apparentemente choquea.

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir.




je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 

Mots clés - Keywords - Palabras clave.

MOTS CLES :

Perversion sexuelle, bizarreries sexuelles, comportement pervers.

KEYWORDS :

Sexual perversion - bizarre sexual activities

PALABRAS CLAVE :

Perversión sexual, sexualidad extrana, comportamiento perverso.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir.



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 

Un échange de courriel avec Mathieu, qui présente une perversion pénible.

 

Création le 31 octobre 2004.
Dernière mise à jour le dimanche 04 septembre 2016.
Issu d'un document en traitement de texte remis par le professeur Jean-Yves Hayez puis d'un tiré à part reçu le 07.12.2004
ds.ds


 


Fin du dossier























































































































































































... Inutile de continuer à dérouler car ce qui suit n'est constitué que d'informations techniques automatiques dont les textes sont déjà repris plus haut.

... Ce qui suit ne mérite pas d'être imprimé pour les mêmes raisons et n'a rien à voir avec le texte du professeur Jean-Yves Hayez.





































 

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 

































































































































































































Bravo de m'avoir trouvé

Félicitations

Ce site a été composé par un bénévole sans aucune rémunération sinon l'estime et l'amitié du professeur Hayez.

C'est dans un mail que le professeur Hayez lui adressait qu'il l'a traité de fourmi laborieuse.

L'hébergement du site est situé sur lycos depuis le début en 2001 et nous les remercions ici d'avoir pratiqué cette action bénévolement également avec beaucoup de professionnalisme.

Malheureusement le site gratuit chez Multimania-Lycos a été supprimé par Lycos le 15 octobre 2006 pour une raison non expliquée. Nous le regrettons vivement et ceci altère fortement ce que nous disions au paragraphe précédent.



... L'empreinte digitale dans le coin gauche de l'en-tête appartient au pouce droit du professeur Jean-Yves Hayez ... a été retirée par souci de simplicité.







Vérification d'accessibilité

Le site est bien visible avec Internet Explorer 3.0 et plus et Netscape ( quelques instructions ignorées )

Vérification faite avec windows 3.0/95/98/XP

La présentation est prévue pour écran 640x480 mais est encore correcte avec les écrans plus grands 1600x1200 ou autres.


Mes plus vifs remerciements vont à mon webmaster, le docteur Guy De Saedeleer : sans sa créativité et son infatigable persévérance, ce site n'existerait pas.
Ce 22 septembre 2008,
Jean-Yves Hayez


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 







































































































































































































































































































































































































... Inutile de continuer à dérouler car ce qui suit n'est constitué que d'informations techniques automatiques dont les textes sont déjà repris plus haut.

... Ce qui suit ne mérite pas d'être imprimé pour les mêmes raisons et n'a rien à voir avec le texte du professeur Jean-Yves Hayez.





































 

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 




















































































































































































Ce site a été composé par un bénévole sans aucune rémunération sinon l'estime et l'amitié du professeur Hayez.

C'est dans un mail que le professeur Hayez lui adressait qu'il l'a traité de fourmi laborieuse.

L'hébergement du site est situé sur lycos depuis le début en 2001 et nous les remercions ici d'avoir pratiqué cette action bénévolement également avec beaucoup de professionnalisme.

Malheureusement le site gratuit chez Multimania-Lycos a été supprimé par Lycos le 15 octobre 2006 pour une raison non expliquée. Nous le regrettons vivement et ceci altère fortement ce que nous disions au paragraphe précédent.



... L'empreinte digitale dans le coin gauche de l'en-tête appartient au pouce droit du professeur Jean-Yves Hayez ... a été retirée par souci de simplicité.








Vérification d'accessibilité

Le site est bien visible avec Internet Explorer 3.0 et plus et Netscape ( quelques instructions ignorées )
Vérification faite avec windows 3.0/95/98/XP

La présentation est prévue pour écran 640x480 mais est encore correcte avec les écrans plus grands 1600x1200 ou autres.


Mes plus vifs remerciements vont à mon webmaster, le docteur Guy De Saedeleer : sans sa créativité et son infatigable persévérance, ce site n'existerait pas.
Ce 22 septembre 2008,
Jean-Yves Hayez


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 
























































































































































































































 



Plan.     ici

Résumé - Abstract - Resumen.     ici

Mots clés.     ici

Bibliographie.     ici

Notes.     ici

Brut.     ici

Télécharger.     ici


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier
























































































































































































RESUMES.

Résumé en français : Résumé.     ici

Résumé en anglais : Summary.     ici

Résumé en espagnol : Resumen.     ici




je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier























































































































































































PLAN.

§ I : LE CADRE DE SEXUALITÉ DANS LEQUEL S'INSCRIT UN FONCTIONNEMENT PERVERS.

§ II : MÉCANISMES DE MISE EN PLACE.
I - Description de chaque mécanisme.
A. L'enfant découvre par hasard
B. Il existe également des applications précoces
C. Autre mécanisme souvent évoqué,
II - Combinaison de ces facteurs et évolution de l'organisation perverse.
III - Une illustration détaillée.
§ III : COMPORTEMENTS INDICATIFS DE L'ACTIVITE PERVERSE.

I - La forme de l'activité sexuelle est souvent bizarre,
II - Intense est l'ensemble du plaisir vécu
III - L'acte pervers est vécu comme important
IV - Quand un ou des autres sont impliqués,

§ IV : QUESTIONS DE DIAGNOSTIC ET DE DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL.

I - Il reste malaisé de découvrir les faits et de recueillir des éléments d'information.
II - Nous sommes et demeurons souvent bien incertains!
A. A supposer que nous soyons tombés de façon indubitable
B. Ce n'est pas à partir de leur forme externe
§ V : ÉDUQUER ET SOIGNER S'IL LE FAUT.

Bibliographie.
Résumé - Abstract.

Résumé en français : Résumé.
Résumé en anglais : Summary.
Mots clés - Keywords.

Notes.

Cochez ici pour voir le texte original et intégral immédiatement sur votre écran.
Bizarreries sexuelles, actes pervers isolés et perversions sexuelles chez l'enfant

Une version brute du même texte est disponible ici

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































- Notes automatiques. -

.
.
Note N.B.


(N.B.). Ce résumé approuvé par le professeur Jean-Yves Hayez a été ajouté au texte le 14.07.2005


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 1.


(1). J.-Y. HAYEZ, pédopsychiatre, docteur en psychologie, responsable de l'unité de pédopsychiatrie et coordonnateur de t'équipe SOS Enfants-Famille, Cliniques universitaires Saint- Luc,10 avenue Hippocrate, B-1200 Bruxelles - E-mail : jyhayez@uclouvain.be



Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 2.

(2). Préoccupantes en référence à l'évaluation faite non par une personne isolée, mais par la majorité des adultes sereins qui auraient à les connaître. Alors, elles seraient soit simplement pathologiques, soit pathologiques et mauvaises lorsqu'elles violent les Lois naturelles.



Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 3.


(3). Vous connaissez, n'est-ce pas, ce soda d'importation à la couleur noirâtre, vendu dans des petites bouteilles qui ont la forme stylisée d'un corps féminin?



Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 4.


(4). Eh oui, ces enfants soit-disant mûrs, qu'on laisse trop seuls parce que papa et maman ne sont pas disponibles, qui ne peuvent pas se permettre de protester et qui se vivent vaguement désinvestis ... ils peuvent vivre pas mal d'amertume secrète et de désir de se venger! Et les voici qui occupent salement leur mercredi après-midi, entre se faire lécher par le chien de la maison, tripoter la petite soeur dont ils ont la garde ou collectionner les " pics les plus crades " ( = les images pornographiques les plus dégradantes ) qu'ils trouvent à la pelle sur les sex-shops du web.



Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 5.


(5). par exemple : cyberdépendanoe, tabagisme, substance abuse, etc ...



Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 6.


(6). Un des nombreux termes populaires qui désigne l'érection.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 7.


(7). Apparemment, les parents de Thibaut sont sans histoires et à mille lieux de se douter des préoccupations sexuelles de leur fils; on ne peut néanmoins pas ne pas s'interroger sur le choix de sa mère de s'occuper d'A.I.! Quelque chose, en elle, incite-t-il subtilement la composante sadique existant chez son fils ( mécanisme C )? Par ailleurs, Thibaut est très attaché à sa mère; en jouant le rôle des prisonniers chéris par celle-ci, a-t-il voulu, inconsciemment, rivaliser avec eux et capter son regard admiratif? Va savoir! Mais si c'est le cas, on est bien dans le cadre du mécanisme A - ici la réalisation d'un désir oedipien - qui provoque un plaisir énorme et qu'il cherche à reproduire.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 8.


(8). Référence à ses " délires " sadiques.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 9.


(9). Les zones traditionnellement érogènes sont donc souvent engagées, mais des plaisirs corporels plus diffus peuvent exister, comme cet étrange plaisir masochique, possible mais rare chez l'enfant. Quand on y est confronté, on a l'impression qu'il existe deux variantes du masochisme :

- chez certains, c'est une recherche active et précise d'un dosage optimal plaisir-douleur dans l'activité sexuelle : à 13 ans, tel préado a trouvé sur Google comment s'envoyer de l'électricité basse tension dans le sexe et y goûter un plaisir " raffiné " ;

- chez d'autres, le masochisme vient s'ajouter à ce qui était d'abord souffrance morale ou physique dans la relation; l'enfant, ici, provoque ses bourreaux pour qu'ils le laissent à nouveau souffrir-jouir.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 10.


(10). N'est-ce pas parce qu'il existe une sorte d'accoutumance?


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 11.


(11). Ceci pose de délicates questions à propos de la confidentialité; décisions à prendre au cas par cas ...


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 12.


(12). C'est le moment de se souvenir de la vénérable distinction faite par K. Rogers entre l'acceptation et l'approbation.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier























































































































































































- Bibliographie automatique. -


.
.
Bibliographie numéro 1.


1. BOKANOWSKI T.,
Les déviations sexuelles et la question des perversions sexuelles,
1413-1436, in Lebovici S., Diatkine R., Soulé M., Traité de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, 2e éd., Paris, PUF, 1995.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Bibliographie numéro 2.


2. CAVANAGH JONHSON T.,
Understanding your child's sexual behaviour,
Dakland, New Harbinger public., 1999.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir





je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Bibliographie numéro 3.


3. CHILAND C.,
Le sexe mène le monde,
Paris, Calmann-Levy, 1999.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Bibliographie numéro 4.


4. HAYEZ J.-Y.,
Sexualité des enfants en âge d'école primaire,
Perspectives psychiatriques, 1999, 38-4, 289-299.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Bibliographie numéro 5.


5. HAYEZ J.-Y., ( sous presse )
Les 6-13 ans, leur vie sexuelle et leurs parents,
Paris, Odile Jacob ( fin 2003 - début 2004 ).


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Bibliographie numéro 6.


6. LAZARTIGUES A.,
La famille contemporaine " fait-elle " de nouveaux enfants?
Neuropsychiatr. Enfance Adolesc. , 2001, 49, 264-270.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Bibliographie numéro 7.


7. STOLLER R.,
L'imagination érotique telle qu'on l'observe,
Paris, PUF, 1985.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier























































































































































































Bizarreries sexuelles, actes pervers isolés et perversions sexuelles chez l'enfant .



Vous avez la possibilité de voir le texte brut : ici


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier























































































































































































Pour télécharger ce site ...

Bizarreries sexuelles, actes pervers isolés et perversions sexuelles chez l'enfant

... en format traitement de texte reçu du professeur Jean-Yves Hayez, vous avez les choix suivants :

Format word 9.0 pour imprimante couleur ( 04.10.2005 ).

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir



je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

.....


Fin du dossier






















































































































































































liste des mots-clés du site au 28 septembre 2005.

abus sexuel, accompagnement éducatif, adolescents abuseurs, adolescents, allégation d'abus sexuel, angoisse de séparation, angoisse, anxiété, assuétude, autorité parentale, beaux-parents, besoins psychiques des enfants, bizarrerie sexuelle infantile, cadre thérapeutique, confidences, confidentialité, conformisme, culpabilité, debriefing collectif, délinquance, dépendance, dépression, destructivité, deuil compliqué, deuil pathologique, éducation sexuelle, enfant abuseur, enfants, énuresie, éthique, équipes SOS-Enfants, famille, famille reconstituée, Familles restructurées, guerre, identité, infanto-juvénile, intervention de crise, Jean-Yves Hayez, jeux sexuels, livres, mendiants, mort, mort d'un proche, mots-clés, pédopsychiatrie, perversion sexuelle infantile, perversion sexuelle, peur, pornographie, protection, psychiatrie de liaison, psychothérapie, publications, relation de soin, réparations, réseau de santé, sanctions, secrets de famille, séparation parentale, sexualité infantile, sexualité normale, signalement, soins pluridisciplinaires, stress, SOS-enfants, suggestibilité, syndrome de stress post-traumatique, traumatisme psychique, trouble de l'endormissement, trouble du comportement, trouble psychique, urgences, violence, vulnerabilité.

 
















































































































































Pour télécharger ce site ...

Bizarreries sexuelles, actes pervers isolés et perversions sexuelles chez l'enfant

... en format traitement de texte reçu du professeur Jean-Yves Hayez, vous avez les choix suivants :

Format word 9.0 pour imprimante couleur ( 04.10.2005 ).

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


Retour au menu princeps

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

.....


Fin du dossier






















































































































































































liste des mots-clés du site au 28 septembre 2005.

abus sexuel, accompagnement éducatif, adolescents abuseurs, adolescents, allégation d'abus sexuel, angoisse de séparation, angoisse, anxiété, assuétude, autorité parentale, beaux-parents, besoins psychiques des enfants, bizarrerie sexuelle infantile, cadre thérapeutique, confidences, confidentialité, conformisme, culpabilité, debriefing collectif, délinquance, dépendance, dépression, destructivité, deuil compliqué, deuil pathologique, éducation sexuelle, enfant abuseur, enfants, énuresie, éthique, équipes SOS-Enfants, famille, famille reconstituée, Familles restructurées, guerre, identité, infanto-juvénile, intervention de crise, Jean-Yves Hayez, jeux sexuels, livres, mendiants, mort, mort d'un proche, mots-clés, pédopsychiatrie, perversion sexuelle infantile, perversion sexuelle, peur, pornographie, protection, psychiatrie de liaison, psychothérapie, publications, relation de soin, réparations, réseau de santé, sanctions, secrets de famille, séparation parentale, sexualité infantile, sexualité normale, signalement, soins pluridisciplinaires, stress, SOS-enfants, suggestibilité, syndrome de stress post-traumatique, traumatisme psychique, trouble de l'endormissement, trouble du comportement, trouble psychique, urgences, violence, vulnerabilité.