Un adolescent demi bagnard du système scolaire

 

Une maman m’écrit

 

Bonjour Monsieur Hayez,

 

Je me permets de venir vers vous car nombreux éléments de votre article « Ados en difficulté scolaire et leur famille », m’ont fait écho au regard de notre vécu :

. En effet, nous sommes les parents de Nicolas (16 ans), dont le profil correspond parfaitement à celui que vous décrivez : demi-bagnard du système scolaire avec beaucoup d’immaturité, le refus implicite de travailler et donc des résultats scolaires plus que mauvais ! Il est en cinquième secondaire (n’a jamais redoublé jusque-là mais en baisse depuis deux ans) et un redoublement ou une nouvelle orientation est à envisager.

. Nous sommes aussi les parents que vous évoquez, à savoir, angoissés, déçus, honteux, tristes et en colère. Bilan : une tension et une agressivité dans les relations qui nous laissent perplexes, totalement démunis et en grande souffrance je pense de part et d’autres.

Etant infirmière sociale, j’essaie de prendre du recul et de ne pas cristalliser sur l’école, de mettre en œuvre la bienveillance, l’empathie, le dialogue mais … nul n’est prophète en son pays, surtout dans ce domaine  !! Mon mari et moi, très solidaires et attentifs au bien-être de nos 4  enfants, nous sentons vraiment démunis, certes prêts à nous remettre en question mais Nicolas, malgré nos dires et ceux des professeurs, de la psychologue, d’un éducateur rencontré à la Maison des Adolescents, ne semble pas évoluer d’un iota !  Il nous parle mal, ne construit rien, semble être dans la pensée magique disant que tout va s’arranger tout seul, en déni total de ses difficultés et nous sommes en limite de la rupture. Je pressens qu’il n’a pas confiance en lui mais lorsque je le lui renvoie, il se met en colère, disant que c’est tout à fait faux. Bref, je pense que le tableau que je vous décris ne vous est pas inconnu.

Je suis tombée sur votre article par hasard, en cherchant à prendre du recul et à apaiser ma souffrance. Il m’a fait du bien parce que décrivant assez justement notre situation. Maintenant, que mettre en œuvre ?

Cordialement.

 

Je lui réponds

 

Chère Madame,

 

Je pense  que longtemps encore, c’est surtout son papa et vous qui gagneriez à rencontrer un psy vraiment spécialisé dans les difficultés scolaires pour qu’il vous aide à « naviguer à vue » en gérant avec vous vos inévitables émotions.

 

Comme vous le dites, ne centrez pas la famille et votre hiérarchie d’importances sur le scolaire ! Je suis sûr que Nicolas a beaucoup de qualités  autres que son investissement du scolaire et que vous pouvez apprécier si vous retrouvez votre sérénité et le lui renvoyer !

 

Pour le scolaire,  si vous vous inspirez à fond de la logique de mon article (lien : Ados en difficulté scolaire et leur famille) j’insisterais surtout sur :

 

-relativiser la place des conversations sur la scolaire dans le discours familial, tant à son propos qu’à propos de sa fratrie…ne pas en parler trop….ne pas le faire apparaître comme le plus important de tout…

 

- Rien de punitif ni de disqualifiant

 

- Vous rappeler que c’est sa vie, pas la vôtre, et que  la grande majorité des jeunes finissent par en faire quelque chose de positif, même sans diplôme

 

- Signaler indéfectiblement votre disponibilité, mais sans activisme, sans lui rappeler qu’il dysfonctionne dans le champ scolaire et que donc qu’alors on pourrait l’aider …

 

- Enfin, n’est-ce pas un moyen pour Nicolas de prendre sa place dans la famille par rapport à deux autres qui eux réussiraient bien ? S’il y a de ça, ce que je dis maintenant n’amène pas en soi l’ombre d’un début de solution, c’est de toute façon très délicat, mais ils doivent tous les trois sentir l’égalité de votre estime, dans leurs différences, sans comparaison …

 

Je vous rappelle qu’Einstein passait pour un cancre, et que les gens sortis de l’ENA mènent nos pays à la ruine … l’Uruguay, par contre, adore son président qui est un horticulteur…

 

Cordialement.

 

Mots Clé

 

TROUBLES SCOLAIRES, difficultés scolaires, problèmes scolaires, échec scolaire, inadaptation scolaire, école, enseignement, enseignement secondaire,  guidance des parents, guidance parentale.

 

 

Mme SERESIA                                        Professeur Jean-Yves Hayez           

 

 

 si vous voulez en discuter avec moi

 

Pour télécharger en Word 2000 

 

 

 

 

R-BE'>