Enurésie secondaire chez un adolescent

 

 

Un papa m’écrit

 

Bonjour Pr.

 

Je suis médecin interniste en Algérie. Mon fils âgé de 16 ans souffre d'un problème d'énurésie secondaire depuis 8 ans environ depuis qu'il a commencé à jouer avec son oncle paternel à un jeu vidéo pour personnes de plus de 18 ans nommé ''blade runner'' .depuis cette date il fait pipi au lit presque de façon quasi régulière et il avait peur de se réveiller pour aller aux toilettes, je l'avais amené en consultation d'urologie où on lui a prescrit du minirin et du tofranil 25. Son cas s'est amélioré mais dès qu'il arrête le traitement il rechute à chaque fois. Je tiens à vous préciser que son oncle et ses cousins ont souffert de ce problème jusqu'à l'âge de 18 ans environ

 

Que faut il que je fasse de plus pour régler le problème de mon fils et quel professionnel de la santé devrais-je faire appel pour résoudre ce problème, aidez moi

Merci

 

Je lui réponds

 

Cher collègue,

 

Vous avez certainement lu dans mon article « L’énurésie et sa prise en charge », http://www.jeanyveshayez.net/brut/811-enur.htm que je considérais l’énurésie même secondaire, comme un problème bio-psycho-social.

 

Votre grand fils a donc probablement une vulnérabilité somatique qui l’y prédispose, et qui est liée à sa génétique (cfr oncle et cousins)

 

Et puis, des sources d’angoisse se sont ajoutées et sont venues peser sur sa compétence vésicale à partir de ses huit ans :

 

- Dans le jeu « Blade runner », des androïdes massacrent des humains : probablement a-t-il eu peur, plus ou moins inconsciemment, d’être attaqué pour de vrai par eux, notamment le soir en allant aux toilettes. Peur ancrée en lui et qui est toujours quelque peu là ? Des imaginations puériles peuvent travailler pour de longues durées les plus braves et les plus mûrs des ados !

 

- Peur aussi parce que, en jouant à ce jeu, il commettait une transgression (c’est un jeu d’adulte !) Alors, il a peut-être pensé qu’il méritait un châtiment, dans un endroit symbolique de son corps (la zone du sexe), pour avoir voulu faire l’adulte trop vite ! [1] Avez-vous renforcé cette peur en le grondant pour sa transgression ou en lui interdisant trop sévèrement de récidiver dans la pratique de cette catégorie de jeux ?

 

Si vous habitiez un endroit où il y a de bons psychothérapeutes d’adolescents, je vous aurais proposé qu’il voie un bon psychothérapeute pour « travailler » sur l’inéluctabilité de petites transgressions dans nos vies….dès que nous quittons le giron de notre mère.

 

Si ce n’est pas le cas, je vous propose de :

 

- Faire confiance à la génétique : ça s’est arrêté dans la famille autour de 18 ans !

 

- Le traitement médicamenteux me paraît bon. Si votre fils est d’accord, je proposerais d’essayer tous les quatre mois de le réduire progressivement jusqu’à la suppression en un mois, mais de revenir tout de suite à la dose d’avant s’il y a retour significatif du symptôme, au moins quatre jours consécutifs. Et on refait l’essai quatre mois après

 

- Je vous invite aussi à relire, dans l’article sus mentionné, le point III ( mesures générales ), et surtout les propositions 1, 2, 3 et 5. Il faut notamment qu’il se sente le droit d’être « grand », presque’ u adulte ! Or, pour être vraiment grand et autonome, il est utile de transgresser parfois des règles mineures sans pour autant se sentir le plus grand bandit du monde, menacé par les foudres divines et paternelles !

Votre fils vit-il assez cette liberté intérieure ? N’est-il pas trop anxieux ? Vous-mêmes, les parents, êtes-vous « normalement » ou « excessivement » sévères ? Je vous invite à réfléchir à ce point, de sorte qu’il se sente suffisamment « cool »

 

- Enfin, lui, comment vit-il son problème d’énurésie ? Indifférent ? Préoccupé et pessimiste ? Honteux ? Il faut viser à ce qu’il admette que c’est un petit problème de santé comme un autre : aucun corps humain n’est parfait ! … que ce problème n’enlève rien à sa valeur d’être humain, ni à son potentiel sexuel, ni à son charme auprès des filles … et enfin, qu’il est très vraisemblable que ce soit comme ses oncles et ses cousins : disparition vers la fin de l’adolescence !

 

Bien cordialement

 

 

Professeur Jean-Yves Hayez    

 

Mots clé

 

ENURESIE,  énurésie nocturne, énurésie secondaire, traumatisme.

 

si vous voulez en discuter avec moi

 

Pour télécharger en Word 2000

 

Notes

 

 

 

 

 



[1]  A quel âge a eu lieu sa circoncision ? Si c’est à la même époque, ça peut aussi l’avoir angoissé ! Si c’est beaucoup plus tôt, non !

 

-BE>  A quel âge a eu lieu sa circoncision ? Si c’est à la même époque, ça peut aussi l’avoir angoissé ! Si c’est beaucoup plus tôt, non !