En guise de préambule : Le fichier ci-dessous traite d’une question liée à l’avortement. Pas facile pour nous, équipe d’inspiration chrétienne, de proposer un message suffisamment humaniste, mais où nous affirmons néanmoins nos convictions !

Nous aurions pu nous en tirer à bon compte parce que Nadia, la jeune fille ici concernée, ne souhaitait pas personnellement l’avortement. Nous aurions pu nous en tenir - un peu lourdement -, à affirmer, qu’elle « faisait le bon choix »

Nous avons néanmoins souhaité discuter toutes les alternatives et proposer l’idée que voici,  fondamentale à nos yeux : être différent de nos valeurs et convictions chrétiennes mérite respect et fidélité dans l’accompagnement !

 

 

BICE Belgique Fiche « Droits de l’enfant » N°10

 

« Avorter ou perdre son copain ! »

 

Responsable le rédaction : José DAVIN  10.04.2012

 

 

1. La situation

 

Nadia (prénom fictif), étudiante, bientôt seize ans, est enceinte depuis deux mois. Elle vit alternativement chez son père, remarié, et chez sa mère, alcoolique et très fragilisée. C’est là qu’elle rencontrait son copain.

 

Devenue enceinte, elle est tiraillée entre deux décisions. D’une part, elle veut  garder l’enfant. Par ailleurs,  le copain lui a dit : « Tu le fais partir sans tarder ou je te quitte », menace  qu’il a déjà commencé à mettre  en route ! Et son père a surenchéri : « Qui va s’occuper de cet enfant ? » Elle est venue  demander conseil, sachant que nous connaissons sa famille.

 

2. Accueillir la jeune fille avec sa problématique et ses ressources

 

Nadia est venue demander conseil. Mais vérifions tout d’abord si Nadia ne le fait pas très superficiellement, simplement pour être confirmée dans sa décision ?

                                                                                                              Dès la première rencontre et dans tous les échanges, il s’agira de libérer sa parole et, sans moraliser ni la culpabiliser, en l’encourageant à prendre une décision personnelle, si celle-ci n’est pas déjà vraiment pas définitivement prise.

 

Nous la supposons encore quelque peu indécise, puisqu’elle demande conseil.

Il faudra aussi lui manifester assez de sympathie pour qu’elle se sente soutenue dans toute sa démarche, quelle que soit son option.

 

Vu que Nadia se heurte au chantage de son copain et aux craintes de son père et de sa mère, nous la supposons encore quelque peu indécise par rapport à  sa mère ; il s’agira également d’aborder les  enjeux de ces relations proches.

 

Par ailleurs, Nadia a vécu une enfance et une adolescence passablement difficiles : mère durablement alcoolique, sans doute déjà une intervention du SAJ …. Pourtant la jeune fille a un copain ; elle est étudiante, demande conseil : on a  donc affaire à une adolescente qui assume des responsabilités (scolaires et autres) et est capable de s'engager dans une relation (Copain)

 

Elle exprime sa volonté de garder l'enfant, et fait confiance à l’ «adulte» ; elle demande conseil lorsqu'elle est en difficulté.

                                                                                                              Malgré son jeune âge et son histoire familiale chaotique, Nadia parait ainsi assez mûre. Elle semble avoir évité les « grands désordres » (délinquance, drogues …),  assume et réfléchit.

                                                                                                              Sans aucun doute est-il sage de réfléchir sans tarder avec elle  sur l’avenir de son enfant, car ce serait hypocrite de faire traîner des rendez-vous au point que les délais légaux pour un avortement éventuel soient dépassés.

 

Mais il serait  irrespectueux  aussi de ne pas tenir compte du fait qu’elle manifeste vouloir garder l’enfant, face à un copain qui a annoncé la rupture du lien avec lui si elle persistait dans son projet !

 

3. Garder ou non l’enfant : un enjeu humain important

 

Selon les valeurs catholiques, le fœtus fécondé est déjà un être humain dont la vie est précieuse et doit être protégée, en règle générale. Face à un intervenant lui-même catholique, ce point de vue doit être signalé sereinement, expliqué sans pression et discuté à un moment ou l’autre  du dialogue dans une authenticité réciproque.

 

Le débat avec la jeune fille concerne donc sa propre destinée et celle de cet enfant et doit susciter une décision suffisamment éclairée, où la jeune pèse soigneusement  le pour et le contre. Même si le discours social contemporain dominant banalise l’avortement, l’acte n’est souvent pas anodin, au cœur de la subjectivité de chacun. 

 

Ici, la jeune fille a manifesté son intention de refuser l’avortement, mais on peut concevoir que le dialogue et l’élaboration d’un choix chez une adolescente de son âge empruntent des voies bien différentes. Trois issues nous semblent possibles :

 

-                                                                                                                                                                                                                                                                                  A.  L’adolescente veut garder son enfant, déjà  dénommé par elle  « mon bébé »

-                                                                                                                                                                                                                                                                                   

-                                                                                                                                                                                                                                                                                  Après l’avoir félicité pour cet heureux événement déjà là et à venir  et pour son courage, nous devons l’assurer de notre soutien pour la suite  du processus. Un suivi affectif et social sera mis en place, que nous traitons au point 3.

Variante assez rare : elle garde le bébé avec l’idée de le confier en adoption, ce qui ne modifie en rien notre  accompagnement de sa personne.

 

-                                                                                                                                                                                                                                                                                  B. Elle veut se faire avorter, en invoquant des motifs graves de non acceptation de l’enfant. Un choix qui ne correspond pas à nos convictions, qui se limitent à n’admettre l’avortement que dans quelques circonstances très graves et donc plutôt exceptionnelles.

-                                                                                                                                                                                                                                                                                   

-                                                                                                                                                                                                                                                                                  Aussi, pour éclairer la décision, et si la jeune fille en accepte le principe, pouvons-nous encore proposer de la recevoir avec sa maman ou avec son copain.

-                                                                                                                                                                                                                                                                                  Si nous avons le droit et même le devoir de nous différencier, il s’agit de le faire délicatement, tout en essayant de comprendre ses arguments. Son choix n’est pas illégal, car la société  belge où elle vit autorise l’avortement à certaines conditions. Donc, si la jeune maintient son point de vue après  discernement, il nous faut accueillir cette légitime décision qui, « en conscience », transgresse cependant un de nos principes importants : garder en vie l’enfant conçu. C’est d’ailleurs souvent un choix douloureux pour toutes celles qui affirment aimer les enfants et en même temps sont tiraillées, dans la détresse, par la nécessité d’envisager l’avortement. Aussi nous faut-il dans ce  débat assurer la jeune fille de notre respect et de notre solidarité quoi qu’il arrive. Le cadeau de la confiance qu’elle nous accorde ne  peut en rien être détruit.

 

-                                                                                                                                                                                                                                                                                 C.- Imaginons enfin que l’adolescente reste profondément indécise malgré un accompagnement de qualité, et que la date du délai légal de l’avortement risque d’être dépassée. À notre avis, il ne faut pas la brusquer et la protéger des pressions ou tentatives  de passages à l’acte émanant d’autres.  Dans nombre de problèmes humains,  l’indécision constitue habituellement une indication pour garder le statu quo ! Il  sera toujours temps par la suite de réfléchir avec elle au destin de l’enfant qui va naître.

-                                                                                                                                                                                                                                                                                  

Le dialogue entamé avec toute adolescente dans la position de Nadia doit donc  bien  lui indiquer que c’est à elle que revient la décision, et que celle-ci sera respectée. Tout au long de l’échange amorcé,  nous pouvons suggérer de réfléchir à des thèmes importants, même s’ils ne sont pas évoqués spontanément par la jeune : La grossesse a-t-elle été voulue (et par qui ?) ou était-ce une surprise ? Que représente ce bébé pour elle ? Ce que représente pour elle l’idée soit d’être mère soit d’interrompre la grossesse ? Comment faire place à sa maternité dans l’ensemble de  vie ? Attend-elle quelque chose du père ? Et de ses proches ou de la société ? Et donc comment elle envisage-t-elle l’avenir (cf. notre point 4) ?

                                                                                                              Une décision difficile pour elle et qui requiert notre participation, l’apport délicat et respectueux de nos idées et éléments d’information, et une présence amicale à ses côtés, quelle que soit son orientation.

 

4. Face à ses relations affectives (copain, mère, père,…)

 

Dans l’exemple ici décrit, Nadia  veut garder son enfant et sait que son copain va la quitter et qu’elle ne peut guère compter sur l’aide de sa famille. Nous nous en tenons à l’hypothèse que  ces paramètres vont se confirmer.

                                                                                                              Gardant son enfant comme elle semble l’avoir décidé, Nadia va donc devoir affronter beaucoup de remous relationnels et affectifs. Comment l’accompagner ?

 

- A. Avec le copain.

 

Peut-être leur relation n’est-elle pas finie à jamais ? En parler sera utile. Comment s’est déroulée leur rencontre jusqu’à présent ? Dimensions satisfaisantes et insatisfaisantes ? Comment comprend-elle et évalue-t-elle l’attitude de son copain ?

Quelle est la valeur de leur amour qui, aujourd’hui en tout cas,  ne va pas jusqu'à intégrer dans le couple la présence d’un enfant fait à deux…mais probablement pas désiré à deux ? Il est peut-être illusoire de rêver à reconstruire une relation avec son amoureux.

 

Même s’il n’était  pas ou plus question d’enfant, que penser de ce garçon ?

Et quel père et compagnon sera-t-il après sa terrible menace de la quitter ? Le coup de canif qu’elle subit dans la relation  actuelle avec son copain ne sera pas sans lendemain dans l’équilibre du couple, identique ou autre.

                                                                                                              Ce garçon restera cependant le père géniteur. Veut-il reconnaître l’enfant ? La reconnaissance, l’affirmation de la filiation est un droit fondamental de tout être humain. Il faut toutefois distinguer la reconnaissance de facto et la reconnaissance officielle, qui amène à porter le nom du père.

Ne faut-il pas essayer nous-mêmes de rappeler au copain qu’il a de toute façon sa part de responsabilités dans cette naissance. Compte-t-il en assumer quelque chose ? Sinon est-il sage de l’y obliger et dans quel domaine ? Comment Nadia voit-elle sa place ? Que souhaite-t-elle ? Pouvons-nous faire quelque chose  pour elle dans ce champ ?

 

- B. Avec sa mère.

 

L’enjeu est de taille. Nadia connaît les faiblesses de sa mère et continue de la voir régulièrement. Il serait heureux qu’elle objective la situation de sa mère, qu’elle dise et le  mal et le bien qu’elle ressent à son sujet, ce qu’elle pourrait attendre d’elle avec réalisme. Peut- être l’annonce de la gestation continuée du bébé va-t-elle stimuler la mère et l’aider dans son cheminement ? Ou, au contraire, Nadia devra-t-elle faire un certain deuil vis-à-vis de cette mère qui continuerait à boire et à fuir ses responsabilités ?

 

- C. Avec son père (et la compagne de celle-ci)

 

Les paroles du père indiquent clairement qu’il n’y a pas lieu de s’attendre à une aide substantielle de sa part du moins pour le moment. Il serait sage que la jeune fille dise ce qu’elle en pense et qu’elle vérifie ce qu’il en sera au fil du temps, car peut-être le père s’avérera-t-il prêt à « faire un geste » de temps en temps, pour sa fille ! Le rencontrer avec Nadia ne serait pas inutile.

 

5.  Quelle vie sociale avec l’enfant ?

 

De manière générale, la fiche suscite la question du soutien que la société peut apporter aux jeunes confrontés à ce choix. Si l’on suit une rationalité strictement économique, l’avortement est certainement moins coûteux que le soutien aux jeunes mères (et aux jeunes parents)

 

Pour que le choix d’un jeune puisse se faire valablement, le soutien social est indispensable. A défaut, l’avortement peut devenir inévitable.

                                                                                                              Heureusement,  des  « Maisons maternelles » pour  jeunes filles mineures d’âge ont été mises en place. Et c’est vers ce type de Service que nous pouvons orienter Nadia, sachant que dans ces Centres, elle pourra garder, voire améliorer ses relations affectives et continuer sa vie d’étudiante, tout en étant accompagnée pour s’occuper valablement de l’enfant, dans des conditions économiques suffisantes.

 

Conclusion

 

Au terme de ce parcours, remercions encore Nadia pour la confiance qu’elle nous a accordée et veillons à garder notre lien positif avec elle et à maintenir notre soutien. Nous serions dans le même état d’esprit si son choix était différent.

 

Mots clé :

 

AVORTEMENT, mineure enceinte, adolescente enceinte, maison maternelle.

 

 

si vous voulez en discuter avec moi

 

Pour télécharger en Word 2000 

 

 

 

 

 

 

.