Un jeune adulte culpabilise des attouchements

 

Un jeune adulte m’écrit :

Bonjour monsieur Hayez,

 

J'ai lu sur internet votre article "Ados auteurs d'abus ou de pseudo abus"  et je vous remercie car il m'a aidé à me comprendre un peu plus moi-même. J'ai en effet été un de ces ados auteur d'abus : quand j'avais autour de 14 ans, j'ai attouché une jeune cousine pendant son sommeil, et cela à 3 reprises sur quelques mois en fait j’ai mis ma main sur son sexe et je l’ai caressé, sans faire quoi que ce soit avec le mien.

 

Je n'ai jamais recommencé sur quiconque depuis, et je ne sens pas d'attirance pour les jeunes enfants. J'aurais donc tendance à me classer dans la catégorie "auteur de dérapage".

 

Je n'ai jamais (ou pas encore) été dénoncé pour ces faits, et je ne suis même pas sûr que ma cousine en ait eu conscience. Mais moi si, ce souvenir a ressurgi il y a un an : je me sens coupable, très honteux, taché d'une faute impardonnable...j'ai lu dans un autre article que la "folie d'un instant" n'était pas la "folie d'une vie", mais cela reste une transgression dure à surmonter.

 

Je vous remercie pour votre écoute et votre aide éventuelle,

 

Bien cordialement,

 

Je lui réponds

Cher ami,

 

Certes, c’était une faute de votre part, mais bien légère ! Par délicatesse ( et par prudence !? ) vous avez veillé à ne pas troubler votre petite cousine ; vous ne l’avez pas menacée, ni baratinée pour obtenir ce que vous vouliez quand elle était éveillée.

 

Le comportement que vous avez eu est plus fréquent que vous ne l’imaginez. Probablement 20 % des ados entre douze et quinze ans font-ils des choses analogues avec des enfants (beaucoup) plus jeunes au moins aussi souvent  éveillés qu’endormis, en les baratinant pour les tromper intellectuellement. C’est souvent le fait d’ados bien sages, assez souvent timides et peu confiants en eux. Ce type de geste constitue pour eux comme une rupture secrète par rapport au poids du conformisme ; il signe aussi une première manière de partager de la sexualité et d’approcher le corps de la femme, plutôt que de la vivre exclusivement en solitaire via la masturbation. Manière inacceptable, d’accord, mais faisant partie de la poussée de la vie à ce moment-là. Les ados plus sûrs d’eux , eux, s’adressent plus hardiment à des partenaires de leur âge …

 

Vous reconnaissez-vous dans cette catégorie d’ados timides ? Avez-vous déjà eu une amie et des relations sexuelles ? Si oui, à quel âge ?

 

De toutes façons, je vous invite à tourner cette page en vous et à bien vous pardonner. Vous pourriez seulement être préoccupé si la majorité de vos fantasmes sexuels portaient sur des enfants ou/et si ceux-ci vous excitaient encore d’une manière ou d’une autre.

 

Votre douleur et votre culpabilité me font penser que vous êtes une personne sensible et sociable : c’est de cela qu’il faut vous souvenir, en ayant de l’indulgence pour votre non-perfection, c’est à dire pour les fautes que vous avez commises et commettrez encore.

 

Bien cordialement,

 

 

Mots clés :

ABUS SEXUEL, abus sexuel intrafamilial, conséquences de l'abus sexuel, culpabilité sexuelle, pardon.

 

si vous voulez en discuter avec moi

 

Pour télécharger en Word 2000 

 

 

 

ily:"Comic Sans MS"; color:black'>