Des fantasmes sexuels archaïques

 

 

Un jeune adulte m’écrit

 

Bonjour monsieur,

 

J'ai 20 ans et depuis peu un souvenir me hante.

Il y a environ 6 ans, des amis racontaient un fait divers, il s'agissait de l'histoire d'un jeune qui avait demandé une fellation à sa (très) jeune sœur. Cela m'avait  choqué.

J'avais déjà eu à cette époque quelques rares expériences de fellation avec une

fille de mon âge. Cette sensation, elle, était agréable et me manquait donc.

Quelque temps après avoir entendu cette histoire, vers mes 19 ans, je me suis demandé comment retrouver cette sensation et mon inconscient à fait ressurgir le fait divers. J'ai alors imaginé faire cela à ma sœur qui ne devait avoir qu'un an/un an et demi. Ne vous inquiétez pas, je ne l'ai pas fait.

 

Mais mon problème se trouve dans le fait que j'ai pu me poser la question : "Et après tout si je le faisais?". Je m'étais alors imaginé la scène et dans cette-dernière mes parents me surprenaient à la fin (le jeune du fait divers s'était fait prendre par ses parents). Cette scène s'était déroulé très rapidement dans mon esprit (quelques secondes seulement) et c'est l'arrivée des parents qui m'a fait prendre conscience de l'horreur que ce que j'imaginais représentait. J'avais immédiatement ressenti un sentiment de culpabilité et de dégoût envers moi-même.

 

Je ne pense que très rarement à cela et lorsque j'y repense je me dis seulement que  c'est une idée saugrenue de ma jeunesse et je me dis aussi "ouf je ne l'ai pas fait!" Je tiens aussi à vous dire que d'imaginer faire cet acte n'était aucunement en lien avec l'envie de faire ça à un enfant mais qu'il s'agissait simplement de retrouver une sensation.

Je voulais donc vous demander pourquoi est ce que c'est seulement l'arrivée de mes parents dans mon imaginaire qui m'a fait prendre conscience de l'horreur de l'action Comment ais-je pu voir en un humain juste un moyen d'obtenir une sensation ?... Je ne pense plus qu'à ça et j'ai l'impression d'être un monstre...

 

Bien à vous, au revoir, Valentin

 

Je lui réponds

 

Bonjour valentin,

 

 

I. Dans nos fantasmes sexuels, nous avons (quasi) tous et toutes besoin, venant de très profond en nous, de mettre occasionnellement en scène des scénarios très déviants et archaïques, parce que précisément ils nous donnent des  moments de jouissance très sauvages, archaïques eux-aussi. L’abus (de sexe et de pouvoir) sur un très jeune enfant n’est jamais qu’un de ces fantasmes parmi d’autres ( tortures, uro-scato, gang bangs endiablés, etc … ) C’est tout le mystère de notre équipement archaïque qui s’exprime dans notre imaginaire, une émanation de notre cerveau rhinencéphale sans doute !

 

II. Pourquoi est-ce juste cette image-là qui vous saute à l’esprit ? Vous le devinez vous-même en partie !

Une hypothèse que je formule  est donc la suivante : Vers vos quatorze ans vous avez lié mentalement des images de bons  souvenirs ( vos jeux sexuels avec une copine ET une image traumatique ( ce que vos copains vous ont raconté ) Quatre ans après, quand vous recherchez à vous remémorer vos bons souvenirs érotiques et leurs sensations,  seule l’image traumatique resurgit, un peu transformée ( ce n’est pas le même enfant ), et inversée ( elle a maintenant une polarité érotique, vous vous identifiez à l’agresseur : c’est habituel, dans le devenir des images traumatiques ! )

Pourquoi ne sont-ce pas les souvenirs agréables qui viennent vous habiter ( vos jeux avec votre copine ) ? Vous en sentez-vous coupable ? Pourtant, bien consentants tous les deux, vous ne faisiez rien de mal ! Juste un peu précoces !

 

III. Si vous n’aimez pas le fantasme du bébé à qui vous faites une fellation, vous pouvez faire de la gestion mentale à son propos. Ce serait même bien car même si comme je vous l’ai dit, il est archaïque et non pas mauvais en soi, inutile néanmoins de s’y fixer et de le cultiver. Vous pouvez donc :

 

- Eviter de vous masturber ou stopper une masturbation à partir de lui .

 

- Crier « Non » dans votre tête quand il arrive.

 

- Et vous obliger à penser à autre chose de bien érotique, bien excitant ( je pense que vous avez du matos en réserve )

 

IV. A propos de vos parents imaginaires : Ces parents, cher ami, c’est vous !! Ce n’est jamais qu’une théâtralisation de la mise en route de votre conscience morale ! Donc, c’est bien de l’intérieur que vous vous blâmeriez si jamais vous commettiez un tel acte, et ce n’est pas à partir de parents extérieurs ! Mais bon, vous pourriez aller un peu plus vite avec vous-même en pratiquant la gestion mentale que je viens d’évoquer !

 

Il me répond

 

Bonjour monsieur,

 

Tout d'abord merci pour avoir répondu si vite à mes questions.

Mais à la suite de ces dernières il y en a une autre qui est venue me trotter dans la tête: si, comme vous le dites, nous avons en nous très profondément des scénarios déviants qui produisent des jouissances parce qu'ils sont archaïques, cela veut ils dire que nous sommes comme cela dans notre côté obscur? Par exemple je me souviens une fois avoir fantasmer quelques secondes sur le fait de toucher un animal ou encore une autre fois qu'une femme était soumise à un animal. Cela veut-il dire qu'au fond de moi j'ai une déviance zoophile ou un monstre qui me fait apprécier le fait qu'une femme soit soumise à ce point? Parce que désormais et d'ailleurs tout de suite après avoir imaginé cela j'ai  trouvé que c'était sale et l'idée de faire ou de voir cela ne m'a plus du tout plu. Est-ce que, même comme vous me l'avez conseillé, lorsque que l'on fait une gestion mentale et que l'on essaie de ne pas penser à ces choses qui nous dégoûtent, ces-dernières ne risquent t-elles pas de ressurgir au moment où l'on s'y attend le moins parce qu'elles sont ancrées dans notre côté obscur?

 

En espérant ne pas trop vous embêtez avec ces questions.

 

Cordialement, Valentin.

 

 

Je lui réponds

 

Cher Monsieur,

 

 

Vos intuitions sur nos dimensions archaïques ( déviantes, à tout le moins par rapport au politically correct, parfois même plus radicalement par rapport à ce qui est bien ou mal ) me paraissent tout à fait pertinentes.

 

Nous avons tous un côté obscur tapi dans notre vie inconsciente, qui resurgit parfois, sans que nous le voulions, sous formes de fantasmes, voire de désirs concrets qui pourraient s’en suivre (par ex. voir une femme avec un animal).

 

Chez certains d’entre nous, qui ont voulu le planifier ainsi, il y a même passage plus systématique de l’inconscient au conscient : ceux-ci provoquent sciemment le retour de fantasmes archaïques, voire vont le cultiver sur Internet, voire réalisent pour de vrai des envies archaïques, perverses ou destructives.

 

Je vous parlais dans un précédent courriel de gestion mentale ( voire de psychothérapie, pour mieux se comprendre, si la gestion mentale ne suffit pas : Par rapport aux seuls fantasmes, celle-ci n’est jamais une obligation) A chacun de nous de décider où il veut mettre la limite. Il y a comme un gradient où s’exerce notre volonté de nous moraliser personnellement :

 

- A un extrême, lutter mentalement contre tout ce qui surgit d’archaïque en nous.

- Position centriste : accepter ( et jouir ) parfois de vivre personnellement des pensées franchement canailles, comme celles que vous évoquiez dans vos deux courriels.

- A l’autre extrême : cultiver l’archaïque, en provoquer le retour, s’en repaître, et même éventuellement passer à l’acte : ça, ça devient une addiction, comme l’alcoolisme !

 

A chacun donc de choisir ce qu’il veut faire de sa vie !

 

Amicalement,

 

 

Professeur Jean-Yves Hayez 

 

Mots Clés

 

FANTASMES SEXUELS, fantasmes, fantasmes pédophiliques, sexualité saine, sexualité normo-développementale. 

 

 

si vous voulez en discuter avec moi

 

Pour télécharger en Word 2000 

 

 

 

e: 10.0pt;font-family:"Comic Sans MS"'>