Jean-Yves Hayez Jean-Yves Hayez Jean-Yves Hayez Jean-Yves Hayez
ijyh-RA1

Enfants,

Adolescents et

Média

* biographie et recueil de publications scientifiques du professeur Jean-Yves Hayez.
   cochez nouveautés pour voir les textes les plus récents
" La vraie trahison est de suivre le monde comme il va et d'employer l'esprit à le justifier." Jean Guéhenno.

Jean-Yves Hayez
a le plaisir de vous proposer
Page suivante.   

bajamos - cybernaissance

Page suivante.   


Enfants, Adolescents et Média



J.-Y. HAYEZ ( 1 )

§ I. Quelques faits.


En 2004, chez les 12-17 ans belges, 15% du temps libre ( non-scolaire ) est consacré à l'étude, 37% à la fréquentation des écrans ( TV : 17% : Internet : 12%; autres accès aux jeux vidéos : 8% ) et 16% à la musique (« de jeunes » bien sûr ). L'enquête n'a pas recensé le temps consacré aux portables, temps saupoudré sur la journée mais sans doute significatif, lui aussi. Dans cette tranche d'âge, le sport, les activités culturelles ou récréatives en groupe, les sorties et la lecture arrivent bien après! On « sort », mais à domicile, devant une machine : à partir de 11 ans, on atteint rapidement le chiffre de 80% de jeunes qui fréquentent Internet quotidiennement pour s'y distraire ou pour y chatter : En Belgique toujours, la messagerie instantanée d'apparence privée MSN Messenger fait un véritable tabac : 60% des 12-14 ans en maîtrisent fort bien le chat speak très spécifique. Souvent, ils ont des dizaines de contacts inscrits sur leur liste de correspondants et entretiennent des conversations simultanées avec 5 à 7 d'entre eux ...

Nombre de jeunes ont l'œil sur plusieurs multimédias ( MM ) à la fois ; ils les gèrent en combinant zapping ( fréquent ) et effectuation de tâches multiples et quasi simultanées : dialoguer avec plusieurs interlocuteurs dans un chatt, tout en allant lire leur courriel, nourrir leur cyber-ours ou chercher vaguement de la documentation scolaire sur Google ; en même temps, jeter un œil sur la TV au cas où un programme s'avèrerait alléchant ( type Starac, hélas ) répondre à leur portable ou surveiller sur l'écran de celui l'arrivée de SMS et autres images ...

Petits virtuoses de la technologie ? Créateurs de modes très nouveaux de se distraire, de communiquer, ou en tout cas de passer son adolescence ? Prisonniers d'une redoutable sirène, dont l'adulte tire les marrons du feu ( conditionnement de la pensée des jeunes ; profits financiers, etc. via les appareils vendus ). Va savoir! Les sociétés changent vite, ainsi que le rapport aux objets, et les jeunes sont montés dans le train des MM bien plus vite que leurs parents. Je vais donc vous proposer une analyse résumée des bienfaits potentiels et des risques que j'y vois.

§ II. Ce qui me semble positif, ou en tout cas, acceptable, dans les pratiques des jeunes sur les MM.


Positif, jusqu'à une certaine limite d'intensité! Chaque acquisition que je vais décrire peut être comparée à la langue d'Esope : par exemple le sentiment de compétence, qui va être évoqué tout de suite, est un acquis positif. Mais quelques jeunes se transforment en sorte de capitaines Nemo des underground médiatiques habités par l'ivresse d'une puissance sans limites : ils ont ainsi franchi la limite de la toxicité.

Je suis conscient de ces risques de dépassement négatif, mais la majorité des jeunes ne s'y hasardent jamais, ou alors très occasionnellement, lors d'un moment de curiosité éphémère ou lors d'une mauvaise passe de leur vie. Quant au petit nombre qui dépasse plus habituellement les limites du déséquilibre intrapsychique et social via leur utilisation des MM, on ne peut pas vraiment en déduire que c'est ceux-ci qui créent le problème : la personnalité de base et l'environnement social présentait souvent d'importants dysfonctionnements préalables, et les MM ne sont jamais que l'objet tentateur très commode et très accessible dans lequel s'engouffrent ces jeunes à l'équilibre déjà fragile.

I. Via leur usage personnel des MM,

beaucoup de jeunes font l'expérience d'une compétence personnelle originale et d'une maîtrise exercée sur le monde matériel, voire relationnel; ils vivent la réussite de projets, petits ou grands, qu'ils avaient pensé tous seuls ou entre copains : ici, leur savoir faire ne leur a pas été dicté par des adultes-parents ou professeurs; ils ont choisi eux-mêmes leurs éventuelles références. Même si ces expériences de compétence comportent des limites et des illusions, elles sont majoritairement positives pour leur sentiment de confiance en soi et la construction de leur identité.

II. Beaucoup de jeunes trouvent dans les multimédia

une occasion de satisfaire cette disposition humaine fondamentale qu'est la curiosité ( le pourquoi et le comment des choses et des êtres ). Ils peuvent le faire sans tabou ni contrôle : cela aussi, c'est grandir, même si on s'y brûle parfois le bout des ailes.

III. A l'occasion, les jeunes peuvent éventer dans les MM des surplus d'agressivité ou de pulsions sexuelles qui ne peuvent pas diriger tout de suite sur des objets externes incarnés : parfois ce sont de pures équivalents fantasmatiques; ailleurs, c'est déjà plus interactionnel, mais avec des interlocuteurs médiatés. Ah, comme ça peut faire du bien, tel jeu vidéo violent, en écoutant Eminem chanter sa révolte tous azimuts, juste après les injustices criantes du prof de mathématiques! Et ma foi, même si ce sont des représentants de l'ordre établi qui y sont massacrés, ce n'est jamais qu'un jeu, et l'adolescent normal sait bien faire la part des choses entre l'imaginaire et la réalité! Et une conversation sexuelle, voire un peu de cybersexe avec une fille de Montréal que ça amuse aussi, c'est déjà se hasarder à dépasser le monde de la sexualité solitaire ; cette expérimentation est-elle ipso facto plus délétère qu'une fellation dans les cabinets du collège, avec un plus jeune qu'on a plus ou moins forcé à jouer Monica Lewinski?

IV. Dans un ordre d'idées analogue, les MM permettent bien d'autres petites transgressions commodes, tâtonnements nécessaires à l'affirmation de soi et au grandissement : depuis les sales coups joués à des internautes qu'on n'aime pas, ou encore, depuis la pratique du piratage façon script kiddies ( 2 ), jusqu'à l'expertise théorique acquise en matière de cannabis ça, c'est de l'information qu'un jeune va plus volontiers chercher que la biographie de Charles Quint pour le cours d'histoire! -. Ou encore, jusqu'à la fréquentation occasionnelle de la pornographie Ah, tous ces gamins de 9 ans qui cherchant « pipi » ou « caca » sur Google pour se prouver qu'ils sont grands, et voient des sites scato leur sauter en pleine figure! -

V. Les MM, et toujours et surtout Internet, permettent encore aux jeunes de découvrir et d'explorer différentes facettes de ce patchwork qu'est « l'identité ». Selon les sites et interlocuteurs du moment, les voici porteurs de « pseudo », d'une carte d'identité et de manières d'être bien différentes ( 3 ). Tour à tour rudes, timides ou tendres, régressifs jusqu'à se dire bébés attardés ou avançant leur âge pour mieux séduire amoureusement, changeant parfois de sexe, ces jeux d'identité, qu'ils maîtrisent parfaitement et où ils désirent bien plus s'essayer à ce qu'ils pourraient être que tromper l'autre, les amènent progressivement à mieux identifier tout ce dont ils sont faits; mieux s'assumer dans leurs dimensions intérieures et être plus tolérants pour celle des autres; gagner en confiance en soi et se choisir petit à petit une identité dominante.

VI. Et j'en arrive ainsi à décrire et évaluer les trois objectifs que les jeunes déclarent le plus clairement lorsqu'on leur demande ce qu'ils vont faire dans les MM :

A. Il s'agit d'abord et beaucoup de communiquer. Communiquer avec leurs copains de toujours, avec qui ils aiment être branchés en permanence, et communiquer avec le monde entier, parfois tous âges confondus. C'est la réponse de leur génération à la nôtre, bien plus centrée sur l'individualisme : eux, ils vivent en réseau. Ce n'est pas principalement sous la pression des facilités technologiques ni de la publicité. C'est parce qu'ils adorent être en relation; c'est parce qu'ils sont curieux, intéressés par les différences humaines et plus tolérants à elles que nous ne l'avons été. Il y a de tout dans ces communications, et il est injuste - et typique d'une rivalité intergénérationnelle - de les réduire à des chit-chats superficiels; elles peuvent être profondes ou passionnées : chacun y met en jeu son intimité, ses incertitudes et ses contradictions, ses défaillances, sans se sentir obligé de jouer un rôle. Peut-être le contrôle sur l'anonymat et sur la possibilité de débrancher à la seconde y contribuent-ils ? Oui, sans doute, mais pas fondamentalement. On a dit parfois d'Internet qu'il constituait le plus grand groupe de self-help du monde, immense réservoir communicationnel où, entre gens connus ou inconnus, s'exercent de profondes entraides, solidarités et fonctions thérapeutiques informelles. Et ne parlons pas des engagements politiques, philosophiques, idéologiques et des défenses de droit de l'homme dans lesquels les jeunes prennent leur part, et qui font leur chemin eux aussi à travers le web ou les échanges de courriels.

B. Un grand nombre de jeunes cherche aussi tout simplement à s'y distraire. Distractions contemporaines chatoyantes, où l'excitation du maniement réussi de l'appareil et l'esthétique des percepts sont autant source de plaisir que le résultat. Distractions vécues seules ou partagées avec des pairs ( on en parle à la récré; on est à deux ou trois devant l'écran; on échange des fichiers; on se plonge dans un jeu multiplayers ...). Distractions plutôt stimulantes pour l'esprit, même si l'on ne bouge pas beaucoup : l'interactivité y domine largement. Nous faisons souvent reproche à nos jeunes de passer trop de temps à ces distractions cocoon et sans doute n'avons-nous pas complètement tort ( 4 ). Mais par ailleurs, les rues de nos villes sont-elles encore si sûres pour y jouer? Et les distractions organisées ( sports, stages ) si bon marché, et si « distrayantes » qu'elles l'annoncent?

C. Enfin, les jeunes se servent aussi des MM Internet toujours en tête - pour collecter de l'information : d'abord celles de la vie quotidienne, sociale, récréative, qu'ils se débrouillent pour trouver vite fait bien fait; puis, les informations logistiques sur le maniement même des MM, où beaucoup sont « au top ». Et il y a aussi l'information qui devrait constituer une des sources de leur savoir sur la vie. Information qu'on leur demande de collecter dans le cadre de recherches scolaires ou qu'ils vont parfois chercher tous seuls, en référence à des intérêts personnels. Ici, hélas, il m'arrive d'être sceptique quant au fruit bien intégré de leur démarche : une partie d'entre eux s'en tient à constituer de beaux dossiers et fichiers, esthétiquement conçus selon leurs critères personnels, davantage que de retenir ce qu'il y a dedans. D'autres veulent tout sucer de leur pouce, sans référence à un savoir transmis hiérarchiquement, de génération en génération et sans avoir toujours l'esprit critique nécessaire pour distinguer l'information correcte et celle, trompeuse, dictée par les idéologies, la perversité ou le commerce.

§ III. Les risques et les franches destructions


Ce qui précède constituait la description des dimensions positives de la langue d'Esope. Voici maintenant le revers de la médaille, c'est-à-dire les pièges des MM : tout le monde est susceptible d'y tomber par ingénuité - le temps de se reprendre - ou lors d'une passe défavorable occasionnelle de sa vie, et quelques-uns s'y empêtrent longuement.

I. Le premier risque est quantitatif,

c'est la MM-dépendance, avec son application la plus fréquente, la cyberdépendance. Même si elle frappe surtout au-delà de 20 ans, principalement les gens sans liens ni bonheur relationnel, elle n'épargne pas une petite partie des mineurs d'âge, ceux chez qui les parents n'ont pas été assez vigilants pour amener progressivement une autodiscipline dans l'usage des MM. La cyberdépendance peut consister en un surf diffus et interminable sur les diverses fonctions d'Internet, ou avoir un objet très précis ( le chatt, les jeux vidéos, la pornographie ou telle fixation pornographique, la fabrication de logiciels et l'amélioration sans fin de l'ordinateur, le téléchargement obsessionnel de musique et de vidéos, etc.).

II. Les autres risques constituent un retournement qualitatif

en son contraire de chacun des acquis potentiels décrits dans le paragraphe précédent.

- Le sentiment de compétence peut se transformer en ivresse de toute-puissance. Celle-ci coupe le jeune des autres, le rend esclave d'une machine procurant tant de jouissances et d'illusions, et le pousse même à expérimenter dans le monde réel, l'une ou l'autre stratégie violente ou sexuelle dont il s'est déjà repu virtuellement, principalement pour le plaisir de se sentir invincible : inutile de rappeler que ce dernier passage à l'acte, rare, menace surtout les jeunes dont l'équilibre psychique préalable était déjà problématique!

- La rencontre faite avec la sexualité se focalise sur une zone de plus en plus étroite, sur laquelle se fixent, parfois définitivement et précocement, l'orientation ou les goûts sexuels du jeune ( 5 ). Cette fixation peut porter sur la sexualité ordinaire réduite à sa dimension pornographique, ou être antisociale ( pédophilie ) ou perverse. Selon les cas, le jeune ne réalise sa fixation qu'en solitaire ( par exemple : collection d'images et de vidéos ), la partage sur le web avec d'autres « cyber-fixés », et/ou l'exporte dans le monde incarné.

- Dans un ordre d'idées analogue, les transgressions dont tout jeune est amateur peuvent le pousser à chercher des connaissances de plus en plus antisociales et à les mettre en pratique sur le web ou dans le monde incarné ( création ou renforcement d'une structure délinquante ). Le jeune ne se fait pas toujours facilement à l'idée qu'il devient délinquant, tant les sites visités paraissent lointains ( faussement « virtuels ») et tant il est intoxiqué par l'idée que des foules d'internautes font comme lui et donc que ce n'est pas grave.

- La fréquentation en solitaire des MM peut couper de plus en plus des liens sociaux incarnés, ce qui convient très bien à certains jeunes peu sûrs d'eux; ils se contentent de fréquenter des mondes où l'autre n'est présent qu'indirectement et où ils ont la maîtrise de l'anonymat et du débranchement. Alors, même des échanges au contenu très profonds, peuvent constituer un chant de sirène, s'ils ne coexistent pas avec des rencontres incarnées, ou s'ils n'y conduisent pas progressivement.

- Quelques jeunes sont tellement dépendants des MM, comme source de distraction qui remplit leur vie qu'ils en deviennent ... trop pleins. Ce n'est pas qu'ils confondent le réel et l'imaginaire, c'est plutôt qu'ils ne savent presque plus se débrancher : même quand le média n'est pas là concrètement en face d'eux, il est toujours occupé à agir dans leur tête, où continuent à passer presque sans fin les images, les sons, les expériences médiatiques qui les ont le plus excités. Alors, bonjour les dégâts scolaires et ceux en sociabilité!

- Enfin, s'il se construit chez certains jeunes trop de savoirs erronés ou superficiels, parce que l'intergénérationnel et l'éducation à la critique scientifique ne jouent plus, nous n'avons qu'à nous en prendre à nos démissions d'adultes!

§ IV. Faits nouveaux : la nécessaire implication des adultes éducateurs.


L'investissement massif des nouvelles technologies MM par les jeunes est très vraisemblablement un investissement durable. Leurs nouvelles façons de communiquer, de se distraire et de s'informer ne devraient pas entraîner de frileuses positions de repli d'anciens combattants, ni de sombres prédictions psychopathologisantes construites à partir d'a priori!

I. Tous les adultes devraient s'intéresser aux multimédias. et y connaître au moins un petit quelque chose, évitant ainsi de leur conférer la dimension d'un monde réservé aux moins de 20 ans!

II. Côté parents, nous avons à rester des éducateurs actifs, tant dans le champ de la gestion des médias que dans celui des idées qu'ils suscitent. Je me limiterai à développer deux idées à ce propos :

A. Installer précocement, dès 9-10 ans, une bonne discipline quant aux durées consacrées aux MM ; ces durées peuvent certes augmenter au fur et à mesure que l'enfant grandit, mais les parents doivent garder un vrai contrôle dessus, aussi longtemps qu'ils ne sont pas sûrs que le jeune y arrive tout seul : la MM-dépendance, et plus strictement la cyberdépendance, est vraiment une grande misère, rebelle à améliorer, équivalente aux autres toxico- dépendances. Je ne veux pourtant pas induire l'idée que les durées permises doivent être maigrelettes. A titre d'exemple, on peut admettre qu'un enfant de 10 ans qui le désirerait puisse consacrer 2h par jour de semaine aux MM, tous appareils confondus, à certaines conditions : avoir fini et bien fini ses tâches scolaires; aller au lit à une heure raisonnable ( sans écran allumé dans sa chambre! ); ne pas échapper par médias interposés à des services matériels à rendre en famille ni à de saines distractions familiales ou sociales, pour peu qu'elles soient concrètement accessibles; dans le même ordre d'idées, si une famille en a les moyens financiers, elle peut acheter deux ou trois ordinateurs et les installer dans une pièce commune conviviale, plutôt que de régler sournoisement la question des durées en obligeant les utilisateurs potentiels mineurs d'âge à se bagarrer et à « s'arranger » autour de l'unique appareil de la maison : à ce jeu-là, ce sont trop souvent les plus forts qui gagnent!

B. Dialoguer beaucoup avec les enfants et les adolescents : sur la place des médias dans nos vies et dans les sociétés; sur les intérêts et les risques liés à leur utilisation; sur les idées et les images qu'on y capte et sur les valeurs; sur la pornographie, le Bien, le Mal. Je préfère mille fois ces discussions, pas toujours suivies d'obéissance, que la croyance en la vertu des filtres ou des seules interdictions proférées de haut. Une des idées-clé de ce dialogue est la suivante : ce qui se pratique sur Internet et dans les autres MM, c'est susceptible d'être aussi bien, « neutre », ou mal que ce qui se pratique dans la vie incarnée; et dans la famille, on attend de chacun, adultes et jeunes, qu'ils soient plutôt des gens « bien », même si, pour y arriver, ils doivent parfois se battre ... avec eux-mêmes.

III. Côté professionnels de la santé mentale, il n'est plus possible d'ignorer cet investissement massif des MM par les jeunes. Bien des voies sont possibles pour nous y investir : tout simplement, nous enquérir amicalement de ce qu'ils y font, lors des consultations et des thérapies, et nous y intéresser ; utiliser des médias modernes dans la panoplie de nos techniques de prise en charge ( courriels; programmes d'éveil cognitif en orthophonie; jeux vidéos en hôpital de jour, etc.) ; être présent sur le web ( sites d'information; forums questions-réponses pour jeunes ...) ; aller à la rencontre de jeunes à la dérive sur des chatts, comme le font les éducateurs de rue dans la vie incarnée, etc.



Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


- Notes. -

(1). Psychiatre infanto-juvénile, docteur en psychologie, professeur ordinaire à la Faculté de Médecine de l'Université Catholique de Louvain, directeur de l'Unité de Pédopsychiatrie des Cliniques Universitaires St Luc. Email : jyhayez@uclouvain.be

(2). Script kid, pirate, souvent adolescent, qui s'amuse à parasiter symboliquement le courriel ou d'autres fichiers d'une entreprise, histoire d'y poser sa marque.

(3). Je ne me réfère pas ici aux personnages pourtant déjà révélateurs que les jeunes peuvent endosser dans les jeux vidéos multiplayers, mais plutôt aux personnages parfois variés qu'ils prétendent être pour du vrai face à leurs interlocuteurs médiatés.

(4). Je reviendrai plus loin à la question de la réglementation du temps.

(5). Par exemple, des adolescents d'abord bien indécis voient leur homosexualité « prendre » rapidement, comme une sauce qui s'épaissit, à partir des nombreux encouragements et images pornographiques rencontrés sur le Net.



Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir..

Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 

Création le 2 janvier 2005.
Dernière mise à jour le dimanche 30 mai 2010.
Issu d'un document en traitement de texte reçu par mail du professeur Jean-Yves Hayez.

Vous avez la possibilité de voir le texte brut de ce dossier. ici

ds.ds


 


Fin du dossier























































































































































































... Inutile de continuer à dérouler car ce qui suit n'est constitué que d'informations techniques automatiques dont les textes sont déjà repris plus haut.

... Ce qui suit ne mérite pas d'être imprimé pour les mêmes raisons et n'a rien à voir avec le texte du professeur Jean-Yves Hayez.





































 
Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 

































































































































































































Bravo de m'avoir trouvé

Félicitations

Ce site a été composé par un bénévole sans aucune rémunération sinon l'estime et l'amitié du professeur Hayez.

C'est dans un mail que le professeur Hayez lui adressait qu'il l'a traité de fourmi laborieuse.

L'hébergement du site est situé sur lycos depuis le début en 2001 et nous les remercions ici d'avoir pratiqué cette action bénévolement également avec beaucoup de professionnalisme.

Malheureusement le site gratuit chez Multimania-Lycos a été supprimé par Lycos le 15 octobre 2006 pour une raison non expliquée. Nous le regrettons vivement et ceci altère fortement ce que nous disions au paragraphe précédent.



... L'empreinte digitale dans le coin gauche de l'en-tête appartient au pouce droit du professeur Jean-Yves Hayez ... a été retirée par souci de simplicité.







Vérification d'accessibilité

Le site est bien visible avec Internet Explorer 3.0 et plus et Netscape ( quelques instructions ignorées )

Vérification faite avec windows 3.0/95/98/XP

La présentation est prévue pour écran 640x480 mais est encore correcte avec les écrans plus grands 1600x1200 ou autres.


Mes plus vifs remerciements vont à mon webmaster, le docteur Guy De Saedeleer : sans sa créativité et son infatigable persévérance, ce site n'existerait pas.
Ce 22 septembre 2008,
Jean-Yves Hayez

Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 







































































































































































































































































































































































































... Inutile de continuer à dérouler car ce qui suit n'est constitué que d'informations techniques automatiques dont les textes sont déjà repris plus haut.

... Ce qui suit ne mérite pas d'être imprimé pour les mêmes raisons et n'a rien à voir avec le texte du professeur Jean-Yves Hayez.





































 
Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 




















































































































































































Ce site a été composé par un bénévole sans aucune rémunération sinon l'estime et l'amitié du professeur Hayez.

C'est dans un mail que le professeur Hayez lui adressait qu'il l'a traité de fourmi laborieuse.

L'hébergement du site est situé sur lycos depuis le début en 2001 et nous les remercions ici d'avoir pratiqué cette action bénévolement également avec beaucoup de professionnalisme.

Malheureusement le site gratuit chez Multimania-Lycos a été supprimé par Lycos le 15 octobre 2006 pour une raison non expliquée. Nous le regrettons vivement et ceci altère fortement ce que nous disions au paragraphe précédent.



... L'empreinte digitale dans le coin gauche de l'en-tête appartient au pouce droit du professeur Jean-Yves Hayez ... a été retirée par souci de simplicité.








Vérification d'accessibilité

Le site est bien visible avec Internet Explorer 3.0 et plus et Netscape ( quelques instructions ignorées )
Vérification faite avec windows 3.0/95/98/XP

La présentation est prévue pour écran 640x480 mais est encore correcte avec les écrans plus grands 1600x1200 ou autres.


Mes plus vifs remerciements vont à mon webmaster, le docteur Guy De Saedeleer : sans sa créativité et son infatigable persévérance, ce site n'existerait pas.
Ce 22 septembre 2008,
Jean-Yves Hayez


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 
























































































































































































































 

Plan.     ici

Notes.     ici

Télécharger.     ici

Brut.     ici


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 




































PLAN.

Cochez ici pour voir le texte original et intégral immédiatement sur votre écran.
Enfants, Adolescents et Média.

§ I. Quelques faits.
§ II. Ce qui me semble positif, ou en tout cas, acceptable, dans les pratiques des jeunes sur les MM.
I. Via leur usage personnel des MM,
II. Beaucoup de jeunes trouvent dans les multimédia
III. A l'occasion, les jeunes peuvent éventer
IV. Dans un ordre d'idées analogue,
V. Les MM, et toujours et surtout Internet,
VI. Et j'en arrive ainsi à décrire et évaluer les trois objectifs
A. Il s'agit d'abord et beaucoup de communiquer.
B. Un grand nombre de jeunes cherche aussi tout simplement à s'y distraire.
C. Enfin, les jeunes se servent aussi des MM Internet toujours en tête - pour collecter de l'information :
§ III. Les risques et les franches destructions.
I. Le premier risque est quantitatif,
II. Les autres risques constituent un retournement qualitatif
§ IV. Faits nouveaux : la nécessaire implication des adultes éducateurs.
I. Tous les adultes devraient s'intéresser aux multimédias.
II. Côté parents, nous avons à rester des éducateurs actifs,
A. Installer précocement, dès 9-10 ans, une bonne discipline
B. Dialoguer beaucoup avec les enfants et les adolescents :
III. Côté professionnels de la santé mentale,


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































- Notes automatiques. -

.
.
Note 1.


(1). Psychiatre infanto-juvénile, docteur en psychologie, professeur ordinaire à la Faculté de Médecine de l'Université Catholique de Louvain, directeur de l'Unité de Pédopsychiatrie des Cliniques Universitaires St Luc. Email : jyhayez@uclouvain.be

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 2.


(2). Script kid, pirate, souvent adolescent, qui s'amuse à parasiter symboliquement le courriel ou d'autres fichiers d'une entreprise, histoire d'y poser sa marque.

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 3.


(3). Je ne me réfère pas ici aux personnages pourtant déjà révélateurs que les jeunes peuvent endosser dans les jeux vidéos multiplayers, mais plutôt aux personnages parfois variés qu'ils prétendent être pour du vrai face à leurs interlocuteurs médiatés.

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 4.


(4). Je reviendrai plus loin à la question de la réglementation du temps.

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 5.


(5). Par exemple, des adolescents d'abord bien indécis voient leur homosexualité « prendre » rapidement, comme une sauce qui s'épaissit, à partir des nombreux encouragements et images pornographiques rencontrés sur le Net.

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier























































































































































































Pour télécharger ce site ...

Enfants, Adolescents et Média.

... en format traitement de texte, vous avez les choix suivants :

Format word 8

Format word 9.0 pour imprimante couleur ( 06.12.2005 ).


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier























































































































































































Enfants, Adolescents et Média.



Vous avez la possibilité de voir le texte brut : ici. .


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier























































































































































































... Inutile de continuer à dérouler car ce qui suit n'est constitué que d'informations techniques automatiques dont les textes sont déjà repris plus haut.

... Ce qui suit ne mérite pas d'être imprimé pour les mêmes raisons et n'a rien à voir avec le texte du professeur Jean-Yves Hayez.





































 




















































































































































































liste des mots-clés du site au 28 septembre 2005.

abus sexuel, accompagnement éducatif, adolescents abuseurs, adolescents, allégation d'abus sexuel, angoisse de séparation, angoisse, anxiété, assuétude, autorité parentale, beaux-parents, besoins psychiques des enfants, bizarrerie sexuelle infantile, cadre thérapeutique, confidences, confidentialité, conformisme, culpabilité, debriefing collectif, délinquance, dépendance, dépression, destructivité, deuil compliqué, deuil pathologique, éducation sexuelle, enfant abuseur, enfants, énuresie, éthique, équipes SOS-Enfants, famille, famille reconstituée, Familles restructurées, guerre, identité, infanto-juvénile, intervention de crise, Jean-Yves Hayez, jeux sexuels, livres, mendiants, mort, mort d'un proche, mots-clés, pédopsychiatrie, perversion sexuelle infantile, perversion sexuelle, peur, pornographie, protection, psychiatrie de liaison, psychothérapie, publications, relation de soin, réparations, réseau de santé, sanctions, secrets de famille, séparation parentale, sexualité infantile, sexualité normale, signalement, soins pluridisciplinaires, stress, SOS-enfants, suggestibilité, syndrome de stress post-traumatique, traumatisme psychique, trouble de l'endormissement, trouble du comportement, trouble psychique, urgences, violence, vulnerabilité.