Jean-Yves Hayez Jean-Yves Hayez Jean-Yves Hayez Jean-Yves Hayez
ic04

La société et

les institutions belges

face à la maltraitance

* biographie et recueil de publications scientifiques du professeur Jean-Yves Hayez.
   cochez nouveautés pour voir les textes les plus récents
" La vraie trahison est de suivre le monde comme il va et d'employer l'esprit à le justifier." Jean Guéhenno.

Jean-Yves Hayez
a le plaisir de vous proposer






La société et les institutions belges face à la maltraitance



J.-Y. HAYEZ (1).

I. En Belgique comme dans nombre de pays industrialisés, la proportion de cas de maltraitance physique révélés a diminué significativement en vingt ans, à l'inverse de l'accroissement considérable des plaintes pour abus sexuel. Parmi celles-ci les allégations d'abus dans le contexte de séparations parentales problématiques se produisent dans 5 à 7% de toutes les séparations conflictuelles et une partie significative d'entre elles ( autour de 50% ) s'avère exacte.

On a vu également s'accroître le nombre de plaintes contre des mineurs qui seraient auteurs d'abus ou mais ici, bon nombre de ces plaintes sont, soit elles-mêmes abusives, soit dramatisant indûment des événements destinés à rester isolés ( tâtonnement dans le cadre du développement adolescentaire ).
Quant à la négligence, c'est un champ qui reste confus, tout à tour inclus dans celui de la maltraitance ou dans celui de l'inorganisation et des carences multiples des familles. Pour ma part, je pense qu'il ne faudrait considérer comme forme de maltraitance que les négligences franchement intentionnelles.

II. La société civile belge s'occupe officiellement des phénomènes de maltraitance depuis 1975, avec une réelle générosité d'intention mais, à mon sens, avec les mêmes erreurs dramatiques sur la conception de l'équipement et des attitudes remédiatives que celles commises dans les autres pays.

Côté prévention primaire et secondaire la Belgique s'est efforcée d'améliorer les connaissances du public et des professionnels sur le phénomène de la maltraitance et sur ses signes cliniques, dans la perspective d'un meilleur repérage. Elle a multiplié les campagnes pour sensibiliser les enfants sur leurs droits à se faire respecter et sur leur intérêt à s'ouvrir de leurs malheurs à une personne de confiance Elle a néanmoins raté trois dimensions-clé :

- Encourager les enfants à contribuer eux-mêmes à leur propre protection ou les y entraîner ou leur signaler que se faire respecter est non seulement un droit, mais aussi un devoir, et leur en proposer les moyens.

- Encourager les forces saines du tissu social de proximité ( y inclus les professionnels de première ligne ) à participer activement à la protection de l'enfant ( et, le cas échéant, au mieux être de la famille mal traitante ) ou lui indiquer le rôle primordial de son engagement et de sa solidarité

- Aider les agents directs de maltraitance, dès les premiers moments de dérapage, en parlant publiquement de la maltraitance comme d'un phénomène inhérent à la nature humaine et en leur offrant des lieux d'écoute et de soins où la confidentialité serait totalement garantie.

III. Plutôt que de viser à intensifier cette efficacité de la première ligne, la Belgique a mis en place un nombre insuffisant d'équipes d'intervention psychosociales très spécialisées, de troisième ligne, les équipes " SOS - Enfants " (2) , qui travaillent ambulatoirement et moins souvent en milieu hospitalier. Comme les autres pays, elle a misé sur la séquence sensibilisation au repérage " révélation en un lieu officiel " protection et aide efficaces émanant d'institutions spécialisées ...

A. Or c'est loin d'être aussi fonctionnel que prévu. En effet, que se passe-t-il sur le terrain belge? Comme la tyrannie au signalement émanant de l'institution judiciaire est nettement moindre qu'en France, 25% environ des cas révélés , toute maltraitances confondues, commencent à être traités exclusivement dans des centres psychosociaux de troisième ligne ( essentiellement les équipes SOS-Enfants précitées et les centres de santé mentale ) : ce sont les cas où l'on prévoit une bonne collaboration des principaux protagonistes de la problématique (3). Au fil du temps, beaucoup d'intervenants de ces centres ont acquis de la compétence : les enfants victimes sont invités à des thérapies, le plus souvent individuelles et d'inspiration psychodynamique, mais sans violence institutionnelle qui soit exercée sur eux pour les obliger à s'engager. Des entretiens familiarisés s'y ajoutent régulièrement, avec une gradation prudente de la convocation des membres de la famille invités à chaque séance [2]. Des interventions sociales ou scolaires les complètent si nécessaire.

Si dans ces 25%, on prend au hasard 100 situations, on constate que 40 à 50 s'améliorent de façon raisonnablement satisfaisante grâce à ce seul travail à l'amiable ( au minimum, bonne protection de l'enfant contre les récidives ). 5 à 10 cas supplémentaires y parviendront encore lorsqu'on y ajoute le cadre ferme d'une agence sociale d'Etat spécifique, le service d'aide à la jeunesse : celui-ci use de sa seule autorité morale ou de subtils pouvoirs de pression ( menace de judiciarisation ) pour mettre en route une certaine mobilisation. Dans 20 environ des cas restant, on fait appel à l'institution judiciaire dans un troisième temps, si les choses s'enlisent ( destin ultérieur ? cfr infra ). Enfin, pour les 20-30 derniers cas, c'est l'échec pur et dur, avoué comme tel ou masqué par de lénifiantes politiques de l'autruche circonstancielles.

B. 75% environ des cas révélés prennent tout de suite ou rapidement le chemin de l'institution judiciaire (4). Il se passe alors grosso modo la même chose en Belgique qu'en France :

- Une prise en charge psychosociale conjointe du problème n'a pas lieu ou se déroule de façon largement clivée du travail de la Justice (5). C'est le cas notamment pour tout ce qui concerne la prise en charge de l'agent direct de maltraitance et la redéfinition de sa place dans la famille (6) ( notamment, ce qu'il en est de ses contacts avec l'enfant-victime ).

- Les procédures de l'instruction judiciaire restent souvent trop lentes et passablement traumatiques. Cette lenteur a des effets particulièrement catastrophiques lorsque ce sont des tout petits qui sont concernés(7).

- La majorité des intervenants, tant les experts psychosociaux que les magistrats sont très loin de se référer à des méthodes de recueil et d'analyse du discours de l'enfant qui soient validées, comme c'est le cas pour la méthode québécoise SVA [1]. La formation spécialisée dans le champ du diagnostic ( et du traitement ) de la maltraitance est encore très lacunaire!

- Qu'est-ce qui en résulte? : la probabilité d'une sanction judiciaire n'est élevée que lorsque existent des informations complémentaires à la seule parole de l'enfant : preuves matérielles, présence de témoins fiables, aveux de l'agent maltraitant qui aurait fini par « craquer « .

- Lorsqu'on n'a comme matériel que la parole de l'enfant ce qui se produit dans la majorité des cas! beaucoup trop peu de Tribunaux prennent la responsabilité d'y croire, et ceci même lorsqu'elle est bien validée. Bien plus souvent, les magistrats s'abritent derrière la valeur-refuge de présomption d'innocence utilisée à bon et à mauvais escient, et qui devient alors une manière de protéger l'ordre adulte contre des velléités de déstabilisation induites par les dires de l'enfant. Dans le cadre des allégations liées à la séparation parentale en particulier, le parent qui dénonce est bien souvent regardé de façon négative, parfois à l'encontre de fortes probabilités. On oblige, et parfois violemment, l'enfant, à rester en contact avec le parent suspect. Les Tribunaux pour mineurs ne sont pas assez souvent appelés à la rescousse pour exercer leur fonction de protection.

Cette analyse n'est malheureusement par réjouissante, mais elle est réaliste. Comme l'espace me manque pour bien développer ma pensée dans le cadre de ce bref article, je vous propose de prendre une connaissance plus approfondie de celle-ci dans les textes, articles ou documents vidéos suivants :

Bibliographie.


[1]. J.Y. Hayez, E. de Becker ,
" L'enfant victime d'abus sexuel et sa famille : évaluation et traitement", Coll. Monographies de la psychiatrie de l'enfant, Paris, P.U.F.,1997, 301 p.

[2]. J.-Y. Hayez,
La sexualité des enfants, Paris, Odile Jacob, 2004, 311 p

[3]. J.-Y. Hayez et E. de Becker,
Perspective systémique et travail familial ou de couple dans la prise en charge des au auteurs d'agression sexuelle, 237-254 in Psychopathologie et traitements actuels des auteurs d'agression sexuelle, Actes de la conférence de consensus de la Fédération française de psychiatrie., 2001

[4]. J.-Y. Hayez ( sous la dir. de ) ,
Le traitement pluridisciplinaire de l'enfant maltraité et de sa famille, trois cassettes ou DVD, Editions Anthéa , 2002.

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir.


Retour au menu princeps.
Retour au début.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 

Notes.


(1). Psychiatre infanto-juvénile, docteur en psychologie, professeur ordinaire à la Faculté de médecine de l'Université Catholique de Louvain, directeur de l'Unité de Pédopsychiatrie et coordonnateur de l'équipe des Cliniques Universitaires Saint-Luc.

(2). Elle commence aussi à mettre en place quelques structures psychothérapeutiques pour délinquants sexuels apparemment motivés à changer, structures hospitalières et ambulatoires, mais dans ce domaine, elle a un retard assez net sur la France !

(3). Familles maltraitantes " réceptives " et aussi enfants et familles victimes d'agresseurs externes [1].

(4). Auxquelles s'ajoutent les 5% d'arrivée tardive mentionnées Justice au- dessus !

(5). Je ne prétends néanmoins pas qu'une collusion psy-Justice constitue " la " bonne formule ou certaines pratiques françaises, où les policiers sont très présents dans les hôpitaux, n'existent pas en Belgique et c'est très bien ainsi. Je plaide plutôt pour une reconnaissance et un respect mutuels, une organisation fonctionnelle du travail d'ensemble, et une forte centration de tous sur l'amélioration du sort des victimes.

(6). S'il s'agit de maltraitance intra-familiale.

(7). Pour eux, au moins, on devrait instituer une Justice aussi rapide que celle des " flagrants délits ".

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir.


Retour au menu princeps.

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 

Création le 31 mai 2004.
Dernière mise à jour le dimanche 02 mpai 2010.
Issu d'un texte en traitement de texte remis par le professeur Jean-Yves Hayez, le 31 mai 2004.
DS.ds


 


Fin du dossier























































































































































































... Inutile de continuer à dérouler car ce qui suit n'est constitué que d'informations techniques automatiques dont les textes sont déjà repris plus haut.

... Ce qui suit ne mérite pas d'être imprimé pour les mêmes raisons et n'a rien à voir avec le texte du professeur Jean-Yves Hayez.





































 

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 

































































































































































































Bravo de m'avoir trouvé

Félicitations

Ce site a été composé par un bénévole sans aucune rémunération sinon l'estime et l'amitié du professeur Hayez.

C'est dans un mail que le professeur Hayez lui adressait qu'il l'a traité de fourmi laborieuse.

L'hébergement du site est situé sur lycos depuis le début en 2001 et nous les remercions ici d'avoir pratiqué cette action bénévolement également avec beaucoup de professionnalisme.

Malheureusement le site gratuit chez Multimania-Lycos a été supprimé par Lycos le 15 octobre 2006 pour une raison non expliquée. Nous le regrettons vivement et ceci altère fortement ce que nous disions au paragraphe précédent.



... L'empreinte digitale dans le coin gauche de l'en-tête appartient au pouce droit du professeur Jean-Yves Hayez ... a été retirée par souci de simplicité.







Vérification d'accessibilité

Le site est bien visible avec Internet Explorer 3.0 et plus et Netscape ( quelques instructions ignorées )

Vérification faite avec windows 3.0/95/98/XP

La présentation est prévue pour écran 640x480 mais est encore correcte avec les écrans plus grands 1600x1200 ou autres.


Mes plus vifs remerciements vont à mon webmaster, le docteur Guy De Saedeleer : sans sa créativité et son infatigable persévérance, ce site n'existerait pas.
Ce 22 septembre 2008,
Jean-Yves Hayez


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 







































































































































































































































































































































































































... Inutile de continuer à dérouler car ce qui suit n'est constitué que d'informations techniques automatiques dont les textes sont déjà repris plus haut.

... Ce qui suit ne mérite pas d'être imprimé pour les mêmes raisons et n'a rien à voir avec le texte du professeur Jean-Yves Hayez.





































 

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 




















































































































































































Ce site a été composé par un bénévole sans aucune rémunération sinon l'estime et l'amitié du professeur Hayez.

C'est dans un mail que le professeur Hayez lui adressait qu'il l'a traité de fourmi laborieuse.

L'hébergement du site est situé sur lycos depuis le début en 2001 et nous les remercions ici d'avoir pratiqué cette action bénévolement également avec beaucoup de professionnalisme.

Malheureusement le site gratuit chez Multimania-Lycos a été supprimé par Lycos le 15 octobre 2006 pour une raison non expliquée. Nous le regrettons vivement et ceci altère fortement ce que nous disions au paragraphe précédent.



... L'empreinte digitale dans le coin gauche de l'en-tête appartient au pouce droit du professeur Jean-Yves Hayez ... a été retirée par souci de simplicité.








Vérification d'accessibilité

Le site est bien visible avec Internet Explorer 3.0 et plus et Netscape ( quelques instructions ignorées )
Vérification faite avec windows 3.0/95/98/XP

La présentation est prévue pour écran 640x480 mais est encore correcte avec les écrans plus grands 1600x1200 ou autres.


Mes plus vifs remerciements vont à mon webmaster, le docteur Guy De Saedeleer : sans sa créativité et son infatigable persévérance, ce site n'existerait pas.
Ce 22 septembre 2008,
Jean-Yves Hayez


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be












 
























































































































































































































 


Bibliographie.     ici

Notes.     ici

Télécharger.     ici


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































- Bibliographie automatique. -

.
.
Bibliographie numéro 1.


[1] J.Y. Hayez, E. de Becker ,
" L'enfant victime d'abus sexuel et sa famille : évaluation et traitement", Coll. Monographies de la psychiatrie de l'enfant, Paris, P.U.F.,1997, 301 p.

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Bibliographie numéro 2.

[2] J.-Y. Hayez,
La sexualité des enfants, Paris, Odile Jacob, 2004, 311 p

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Bibliographie numéro 3.

[3]. J.-Y. Hayez et E. de Becker,
Perspective systémique et travail familial ou de couple dans la prise en charge des au auteurs d'agression sexuelle, 237-254 in Psychopathologie et traitements actuels des auteurs d'agression sexuelle, Actes de la conférence de consensus de la Fédération française de psychiatrie., 2001


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Bibliographie numéro 4.

[4]. J.-Y. Hayez ( sous la dir. de ) ,
Le traitement pluridisciplinaire de l'enfant maltraité et de sa famille, trois cassettes ou DVD, Editions Anthéa , 2002.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































- Notes automatiques. -

.
.
Note 1.


(1). Psychiatre infanto-juvénile, docteur en psychologie, professeur ordinaire à la Faculté de médecine de l'Université Catholique de Louvain, directeur de l'Unité de Pédopsychiatrie et coordonnateur de l'équipe des Cliniques Universitaires Saint-Luc.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 2.

(2). Elle commence aussi à mettre en place quelques structures psychothérapeutiques pour délinquants sexuels apparemment motivés à changer, structures hospitalières et ambulatoires, mais dans ce domaine, elle a un retard assez net sur la France !


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 
.
.
Note 3.

(3). Familles maltraitantes " réceptives " et aussi enfants et familles victimes d'agresseurs externes [1]
Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 4.

(4). Auxquelles s'ajoutent les 5% d'arrivée tardive mentionnées Justice au- dessus !


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 5.

(5). Je ne prétends néanmoins pas qu'une collusion psy-Justice constitue " la " bonne formule ou certaines pratiques françaises, où les policiers sont très présents dans les hôpitaux, n'existent pas en Belgique et c'est très bien ainsi. Je plaide plutôt pour une reconnaissance et un respect mutuels, une organisation fonctionnelle du travail d'ensemble, et une forte centration de tous sur l'amélioration du sort des victimes.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 6.

(6). S'il s'agit de maltraitance intra-familiale.


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier






















































































































































































.
.
Note 7.

(7). Pour eux, au moins, on devrait instituer une Justice aussi rapide que celle des " flagrants délits ".


Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir


je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier























































































































































































Pour télécharger ce site ...


 
La société et les institutions belges face à la maltraitance


... en format traitement de texte vous avez les choix suivants :

Format word 9.0 pour imprimante couleur ( 29.07.2005 ).

Pour retourner à l'endroit dont je viens de partir

Retour au menu princeps

je serais très heureux de dialoguer avec vous à ce propos : jyhayez@uclouvain.be

 


Fin du dossier























































































































































































... Inutile de continuer à dérouler car ce qui suit n'est constitué que d'informations techniques automatiques dont les textes sont déjà repris plus haut.

... Ce qui suit ne mérite pas d'être imprimé pour les mêmes raisons et n'a rien à voir avec le texte du professeur Jean-Yves Hayez.





































 




















































































































































































liste des mots-clés du site au 28 septembre 2005.

abus sexuel, accompagnement éducatif, adolescents abuseurs, adolescents, allégation d'abus sexuel, angoisse de séparation, angoisse, anxiété, assuétude, autorité parentale, beaux-parents, besoins psychiques des enfants, bizarrerie sexuelle infantile, cadre thérapeutique, confidences, confidentialité, conformisme, culpabilité, debriefing collectif, délinquance, dépendance, dépression, destructivité, deuil compliqué, deuil pathologique, éducation sexuelle, enfant abuseur, enfants, énuresie, éthique, équipes SOS-Enfants, famille, famille reconstituée, Familles restructurées, guerre, identité, infanto-juvénile, intervention de crise, Jean-Yves Hayez, jeux sexuels, livres, mendiants, mort, mort d'un proche, mots-clés, pédopsychiatrie, perversion sexuelle infantile, perversion sexuelle, peur, pornographie, protection, psychiatrie de liaison, psychothérapie, publications, relation de soin, réparations, réseau de santé, sanctions, secrets de famille, séparation parentale, sexualité infantile, sexualité normale, signalement, soins pluridisciplinaires, stress, SOS-enfants, suggestibilité, syndrome de stress post-traumatique, traumatisme psychique, trouble de l'endormissement, trouble du comportement, trouble psychique, urgences, violence, vulnerabilité.